Que les femmes unissent leurs forces…

A l’issue de l’ouverture du forum, il n’est qu’un refrain sur toutes les lèvres : unir les forces. Avec les femmes handicapées, avec les mouvements LGBT, avec les populations autochtones… Les alliances comme nouvelle stratégie de renforcement du pouvoir des mouvements.

« Pour la première fois, je prend part au forum d’AWID. Je suis immensément émerveillée de la possibilité de réunir des femmes de divers horizons pour qu’elles échangent mais aussi qu’elles contribuent à l’amélioration de leurs conditions de vie, celles de leurs enfants, de leur mari et de la société en général ». Mama Adama Keita vient de Guinée et c’est ainsi qu’elle décrit ses premières impressions du forum qui vient de s’ouvrir. « Le forum, en offrant une occasion, un espace et des axes de travail aux militants de tous bords, promet de trouver des pistes de réponses pour de nombreuses interrogations », confirme Fatma Mint Elkory de Mauritanie. « Loin de se lamenter, la femme continue de subir les pesanteurs de la tradition en Afrique (mariage précoce, violence au foyer, analphabétisme…), ignorant du coup ses droits les plus élémentaires, poursuit Mama Adama Keita. Cette rencontre d’une très grande dimension permettra aux unes et aux autres de posséder désormais des informations crédibles leur permettant d’ouvrir de nouvelles portes ».
Venus de cent quarante quatre pays, les quelques 2200 participants vont pouvoir, pendant quatre jours, échanger et débattre autour d’un thème ambitieux : «  Le pouvoir des mouvements ». Vaste programme que la plénière d’ouverture esquisse à grands traits et décline dans un appel à l’union dans la diversité, relayé par Lydia Alpizar Duran, directrice d’AWID. « Unir nos forces, un slogan sur toutes les lèvres, qui pourrait éventuellement faire avancer les projets et programmes élaborés par les femmes », explique Mama Adama Keita. Le consensus est établi dans la salle : la force des mouvements n’est possible qu’en construisant des alliances larges. Les interventions se succèdent L. Muthoni Wanyeki de la Commission des droits humains du Kenya, Mijoo Kim de Women with disabilities Arts & Culture Network (Corée du Sud), Nadine X., un groupe de soutien LGBT du Liban, et Monica Aleman du Forum international des femmes autochtones (Nicaragua). Les alliances se dessinent lentement, à la tribune comme dans la salle, entre des participantes, qu’elles soient anglophones, francophones, hispanophones ou lusophones.

Des alliances larges
« L’accent doit être mis sur la marginalisation dont certaines femmes sont victimes, souligne Mama Adama Keita. Quand les femmes se rencontrent enfin, elles doivent se sentir plus responsables en n’excluant aucune frange féminine ». Nadine X. use avec brio de son franc parler et de sa verve. Elle emporte l’adhésion de la salle sur le thème a priori peu consensuel de la nécessaire alliance entre les féministes et les mouvements LGBT. « Aucun de nous ne sera libre, tant que nous ne serons pas tous libres », scande-t-elle. Mijoo Kim, en s’interrogeant sur la trop longue absence des femmes handicapées dans les luttes féministes, a également bousculé l’assistance. « Le forum nous offre l’opportunité de réfléchir sur le handicap. Quel sentiment avons-nous à la vue d’une personne handicapée ? Demeurons-nous indifférents ? Que faisons-nous pour en atténuer le handicap ?, relève Perrine Ntomera du Burundi. Le handicap n’est pas une fatalité. Il faut encourager les femmes handicapées à garder le moral, à être entreprenante et les assister ». Et Perrine d’encourager aussi le gouvernement, les organisations gouvernementales et non gouvernementales, locales et internationales, de faire davantage pour eux.
« Démarreé par un survol du mouvement féminin et féministe dans le monde, couronnée par un vibrant hommage à la grande diva, Miriam Makeba (disparue quelques jours plus tôt), conclut Fatma Mint Elkory, la plénière d’ouverture annonçait bien la détermination des organisatrices. » Reste à voir ce que ces quatre journées de rencontres permettront réellement et fortement de tisser comme alliances. Le sommet parallèle organisé par Sawi le vendredi 14 novembre, montre que beaucoup de chemin reste à parcourir.

David Eloy - Altermondes - France

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter