Rapport de la Banque Mondiale en faveur de l’équité

Ce rapport de la Banque mondiale explique, avec de nombreux graphiques et des exemples simples, la façon dont les inégalités commencent dès la naissance, et finissent par freiner le développement d’un pays. Le message est clair : « L’équité accompagne obligatoirement la poursuite de la prospérité à long terme ».

Dès l’introduction, l’édition 2006 du rapport sur le développement dans le monde plante le décor : elle nous présente deux jeunes sud-africains, nés le même jour de la même année.

L’un des enfants est une fille, noire, née dans une famille pauvre des zones rurales. L’autre est un garçon, blanc, né dans une famille aisée du Cap.

Pour l’un des enfants, la probabilité de mourir avant d’atteindre un an est de 7,2 pour-cent, plus de 2 fois celle de l’autre enfant.

L’un d’eux a une espérance de vie de 68 ans, 18 ans de plus que celle de l’autre enfant. L’un peut s’attendre à recevoir un enseignement scolaire pendant 12 ans. L’autre pourra s’estimer heureux d’avoir été à l’école un an.

Le perdant dans tous les cas est toujours le même : la jeune fille noire.

Comme le fait remarquer le Rapport sur le développement dans le monde de 2006, les probabilités de réussite pour chacun de ces deux enfants sont fondamentalement différentes dès leur naissance. Ce n’est pas de leur faute. Et cette différence en matière d’opportunités qui leur sont offertes va se traduire par des contributions très différentes au développement de leur pays, l’Afrique du Sud.

Ces deux exemples illustrent le thème central du Rapport sur le développement dans le monde de cette année : Une situation d’équité, où chacun a la même chance dans la vie, est essentielle à la croissance économique et à la prospérité d’un pays.

Le Chef économiste de la Banque mondiale, M. François Bourguignon, qui est aussi le Vice-président principal pour l’économie du développement, renforce ce message. « L’équité accompagne obligatoirement la poursuite de la prospérité à long terme, »dit-il.

Le manque d’équité est une perte pour le pays

Pour l’auteur principal du rapport, M. Francisco Ferreira, si l’équité n’est pas prise en compte, le pays lui-même est le principal perdant.

« Lorsque des segments entiers de la population restent en marge du processus de développement, qu’ils ne reçoivent pas une éducation décente, qu’ils n’ont pas d’opportunités d’investissement, que leurs droits de propriété sont bafoués, et qu’ils n’ont pas le même poids politique ni la même capacité à influencer leur gouvernement, ces gens-là vont forcément moins innover et moins investir, » dit M. Ferreira.

« On assiste alors à un grand gaspillage du potentiel humain productif de la société. »

Selon M. Ferreira, le rapport montre que les règles du jeu sont loin d’être les mêmes pour tous les pays.

« Les données dont nous disposons montrent que dans certains pays, le taux de mortalité infantile parmi les couches pauvres est quatre fois celui des familles aisées. On retrouve les mêmes inégalités en matière de couverture vaccinale, d’accès à de bonnes écoles, d’accès au crédit, et même d’accès au système de justice. »

Selon le rapport, les inégalités à l’échelle mondiale sont énormes.

« L’inégalité commence à la naissance, » dit M. Ferreira. « Sur 1.000 bébés américains, 7 vont mourir avant d’avoir atteint 1 an. Mais, au Mali, sur 1.000 bébés, 126 n’atteindront pas 1 an. Et ceux qui survivent, pas seulement au Mali mais dans toute l’Afrique, et dans les pays pauvres d’Asie et d’Amérique latine, courent des risques en matière de nutrition beaucoup plus importants que les enfants nés dans des pays riches. »

Et lorsque les enfants nés dans des pays pauvres ont la chance d’aller à l’école, les conditions d’enseignement dans lesquelles ils seront sont nettement inférieures à celles des enfants d’Europe, du Japon ou des États-Unis.

Combattre la domination par les élites

Le rapport démontre que des inégalités criantes sur les plans politique et économique débouchent sur des systèmes institutionnels et sociaux qui favorisent systématiquement les élites, car ce sont elles, les élites, qui ont le plus d’influence.

Pour Ferreira, ce type de circonstances limite fortement le potentiel de croissance d’un pays et sa capacité à réduire la pauvreté.

Des institutions inéquitables imposent des coûts économiques. Elles vont protéger les intérêts de ceux qui détiennent l’influence politique et la fortune, souvent au détriment de la majorité de la population, avec, pour résultat, une société moins efficace. En effet, si les classes moyennes et les pauvres sont incapables d’exploiter leurs talents, la société toute entière perd des occasions d’innover et d’investir.

Comme le souligne le rapport, les effets nuisibles de l’inégalité dans les opportunités offertes, et dans le pouvoir politique se feront d’autant plus sentir que les inégalités économiques, sociales et politiques auront tendance à se perpétuer de génération en génération.

Cette situation conduit à ce que le rapport appelle les « pièges à inégalité, où le cycle de la médiocrité se perpétue. »

Michael Walton, également auteur princiapl du rapport, indique que l’égalité est un point essentiel pour obtenir un meilleur climat des investissements. "Il s’agit aussi d’un point essentiel dans la réalisation des Objectifs de développement pour le Millénaire" ajoute-il.

Rétablir l’équilibre des chances

Pour encourager l’équité dans les pays en développement, le rapport recommande des politiques susceptibles de rétablir des règles du jeu équitables en matière économique et politique, dont les principales mesures seraient les suivantes :

Investir dans l’humain, en étendant l’accès aux services de santé (depuis la naissance et en ciblant ceux dont les besoins sont les plus criants) ; en permettant à plus d’enfants de fréquenter l’école, et en établissant des filets de sécurité qui protègent les pauvres qui travaillent, ceux qui sont incapables de travailler, et des groupes particulièrement vulnérables.
Imposer des taxes pour financer l’équité (le rapport préconise une assiette fiscale la plus large possible), vu que la restauration de l’équité dans les règles du jeu va demander suffisamment de ressources.
Mettre en place des systèmes de justice équitables, et garantir plus d’équité dans l’accès à la terre ; construire des infrastructures en donnant priorité aux besoins des populations et des régions pauvres
Assurer plus d’égalité dans l’accès aux ressources financières en élargissant les systèmes financiers.
Encourager l’équité sur le marché de l’emploi, de façon à ce que sur tous les marchés, le travailleur soit protégé, et n’ait pas à souffrir de la discrimination.

La réforme foncière constitue un bon exemple d’un changement dans les politiques en faveur de l’équité. Par exemple, dans l’état indien du Bengale occidental, une réforme foncière a permis d’améliorer la sécurité dans le régime foncier applicable aux métayers, tout en leur garantissant au moins 75 pour-cent de leur production. Le résultat : une augmentation de 62 pour-cent de la productivité.

Améliorer l’accès des personnes pauvres au crédit est un autre moyen de rétablir l’équilibre des chances dans la recherche de la prospérité. Des études menées en Inde, au Kenya, au Zimbabwe et dans d’autres pays ont montré que les personnes pauvres payent des taux d’intérêt beaucoup plus élevés que les riches. Ceci veut dire que les personnes pauvres investissent moins dans les petites entreprises qu’ils ne le feraient si les marchés de crédit fonctionnaient correctement.

Selon Ferreira, beaucoup peut être fait à l’échelle mondiale pour rétablir l’égalité des chances, et améliorer la vie des gens dans le monde en développement.

« Plus de liberté en matière de commerce, y compris pour les produits agricoles et les textiles, et une aide accrue et mieux utilisée sont autant de moyens d’aider les pays en développement, » dit-il.

Le rapport plaide également pour une aide accrue aux travailleurs des pays pauvres pour abolir les obstacles qui s’opposent à leur migration dans des pays plus riches, où ils pourraient gagner plus d’argent.

Selon le rapport, autoriser une migration temporaire plus importante dans les pays de l’OCDE, permettre aux pays en développement d’utiliser des médicaments génériques, et mettre au point des normes financières mieux adaptées aux pays en développement sont également des moyens possibles pour rétablir l’égalité des chances.

Cliquez ici pour un extrait du rapport.

Télécharger

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter