Religion, droits humains des femmes et féminismes

Sélection de textes sur genre, religions et droits des femmes rassemblés par Béatrice Borghino, membre actif du réseau Genre en Action. Est surtout abordée la problématique complexe des féminismes musulmanes, mettant en avant les enjeux de l’égalité hommes-femmes dans le contexte de l’islam, même si les situations ne sont pas fondamentalement différentes en ce qui concerne les autres religions monothéistes.

- "Culture, genre et croissance", texte dans la série Repères du Centre de Développement de l’OCDE qui compare la discrimination à l’égard des femmes en fonction de l’appartenance réligieuse.

- "Genre et politique au Maroc - les enjeux de l’égalité hommes-femmes entre islamisme et modernisme", une note de lecture de cette analyse de genre dans le domaine politique par H. Alami M’Chichi (professeur de science politique à la faculté de droit de Casablanca).

- Condition de la femme : la présidente de l’Assemblée générale de l’ONU appelle à de nouvelles interprétations des textes islamiques

- autour des rencontres de Barcelone en novembre dernier :
"Le djihad du féminisme islamique" : un nombre croissant de femmes musulmanes demande une réinterprétation des textes sacrés de l’islam et revendique l’égalité avec les hommes.
"Des musulmanes repensent la place des femmes dans l’islam" : Des fidèles de nombreux pays musulmans ont débattu durant trois jours des lois discriminatoires envers les femmes. Ce courant féministe, qui compte aussi des hommes, reste minoritaire

- la position du LEF sur "religion et droits humains des femmes" adoptée en mai 2006

- intervention intitulée "Religions, Femmes et Fondamentalismes" faite par Michèle Vianès, devant les responsables des coordinations nationales du Lobby européen des femmes des différents pays d’Europe, des organisations européennes ou internationales membres du LEF et des femmes migrantes des différents pays qui avaient participé au colloque "mêmes droits, même voix" à Bruxelles en janvier 2007

Dans le débat lors de cette manifestation, la secrétaire générale de la LEF a précisé que comme pour toutes les autres religions, parmi les femmes de confession et de filiation musulmanes, on peut distinguer :

1/ Celles qui considèrent que leur croyance relève de l’intime et que la sphère publique doit être réglée par les lois décidées par les hommes et les femmes. L’égalité en droit entre toutes les personnes, quels que soient le sexe, la religion ou l’absence de religion, l’ethnie, est un principe incontournable. Elles subissent la pression de leur Etat ou du groupe d’appartenance pour les migrantes. Leurs vies sont perpétuellement en danger. Elles dénoncent l’islamisme qu’elles préfèrent appeller « islam politique ».
Il est évident que nous partageons leur combat.

2/Celles qui réfléchissent sur l’interprétation des religions. C’est le groupe de « l’islam action ». Elles existent depuis le prophète et menaient la prière en présence d’hommes. Verset contre verset, hadith contre hadith, elles s’opposent à ceux qui veulent instrumentaliser le coran pour opprimer les femmes. Leur combat de l’intérieur est difficile, voire dangereux. Elles dénoncent l’instrumentalisation de l’islam à des fins patriarcales. Elles aussi parlent « d’islam politique ». Là aussi, le soutien est évident puisqu’elles veulent bénéficier des droits fondamentaux de la personne humaine.

3 / Celles qui revendiquent leur soumission à dieu, leur servitude volontaire, une obéissance absolue aux interprétations les plus rigoristes de l’islam et qui se prétendent … « féministes, mais islamistes », s’opposant aux Occidentales, mais pas aux hommes qui les oppriment. Adeptes du clash des civilisations, elles revendiquent le statut exclusif de « bonnes musulmanes ». Elles combattent bien sur les musulmanes qui n’ont pas la même vision totalitaire de leur religion ainsi que toutes les autres femmes autonomes et font du prosélytisme actif auprès des jeunes filles et des femmes, allant des menaces psychologiques aux violences physiques. Fadela Amara les appelle les « soldates de l’armée des intégristes ».

Bien évidement, non seulement nous n’avons aucun point commun - le féminisme c’est l’autonomie des femmes et non leur soumission - mais elles nous combattent avec les moyens financiers et idéologiques de « l’islam politique ».

Cliquez ici pour en savoir plus sur la LEF.

Télécharger

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter