Religions et droits des femmes : un éternel combat

A travers son article "Les religions n’aiment pas les droits des femmes", Geneviève Fraisse, philosophe et historienne de la pensée féministe, revient sur le cas de la fillette brésilienne âgée de 9 ans qui est tombée enceinte à la suite de viols répétés subis par son beau-père. Le Vatican a décidé début mars d’excommunier la fillette, sa mère et les médecins ayant pratiqué l’interruption de la grossesse qui présentait de graves risques et mettait la vie de l’enfant en danger. Le "droit de vivre" l’emportait sur la gravité du crime, selon l’archevêque de Recife, le cardinal Giovanni Battista Re, préfet de la congrégation pour les évêques et président de la Commission pontificale pour l’Amérique latine. Retour sur une grave polémique au sein du pays le plus catholique du monde...

Les religions n’aiment pas les droits des femmes

Par Geneviève Fraisse [1]

Comment le Vatican peut-il condamner l’IVG d’une fillette violée ?

Le Vatican a du mal avec l’Holocauste : du mal parce qu’il n’a pas brillé, au XXe siècle, pour le dénoncer ; du mal parce qu’il est capable de soupeser avec légèreté, au XXIe siècle, le négationnisme d’un de ses prélats. Or depuis longtemps, nous le savons, les militants anti-avortement dénoncent l’IVG comme un acte similaire à l’Holocauste. Nous sommes des « survivants », clament les pro-vie, car nous avons survécu à la contraception et à l’avortement, meurtres de masse. Le Vatican, en 2009, aggrave encore les choses : la négation de l’Holocauste y semble mieux admise que l’avortement d’une gamine. Oui, face à l’histoire brésilienne d’excommunications en série pour l’avortement de cette fillette, violée, enceinte de jumeaux à neuf ans, la question principale vise l’Église, dans sa splendeur vaticane, et par voie de conséquence ceux qu’elle entraîne avec elle, les catholiques… On les dit malheureux, furieux contre leur hiérarchie… Répétons-le : le lien entre les deux affaires n’est pas anecdotique, ou simple coïncidence : l’extermination des juifs serait moins grave que la destruction de cellules vivantes sans visage.

Ensuite, en ce XXIe siècle où les religions sont à l’honneur, réfléchissons à ce qu’elles font aux femmes. Ma question est simple : quelle religion pense sérieusement le droit des femmes ? Il y a celles qui refusent l’avortement, l’habeas corpus des femmes, maîtrise de la reproduction, et il y a celles, parfois les mêmes, qui refusent la prêtrise aux femmes, c’est-à-dire la parité, dont je rappelle la signification : le partage du pouvoir de décider et d’agir pour le bien commun. Du côté de la liberté individuelle, de la propriété du corps, et du côté du collectif (comment imaginer et gouverner le monde), les religions préfèrent penser « pour » les femmes plutôt que de les laisser penser « par » elles-mêmes… Allons-y sans détour : aucune religion ne pense l’égalité des sexes, aucun des trois monothéismes notamment. Chrétiens, juifs, musulmans louvoient tous à leur façon pour éviter cette question brutale : l’égalité, doublée de la liberté, pour tous et toutes. On me répond toujours que tout est dans la nécessaire et délicieuse « complémentarité » des sexes ; manière de formuler, avec bonne conscience, toutes sortes de disparités.

Venons-en, enfin, à l’actualité politique : je n’écris pas ces lignes pour pester contre les religions en général, et leur traitement des femmes en particulier. J’écris pour expliquer que lorsque les féministes s’insurgent contre telle ou telle obligation liée à la religion musulmane, port du foulard ou polygamie, elles savent que la religion chrétienne, aujourd’hui l’Église catholique, peut être tout autant discriminante. Elles connaissent évidemment le soupçon, non négligeable, de bien-pensance colonialiste. Mais elles se savent dans le même bateau, embarcation si fragile du droit des femmes… Voyez d’ailleurs le peu de considération, pour ne pas dire le mépris, accordée par notre gouvernement au Planning familial.

Elles se mettent donc dans le même bateau car l’histoire leur enseigne la vigilance. Le droit des femmes ne s’exporte pas ? Mais il ne se fractionne pas non plus. Et partout, dans le monde, on peut s’en emparer. Ce n’est pas l’Occident et son universalisme qui nous intéressent, ce sont les principes d’égalité et de liberté.

***

Source : L’Humanité, tribune libre

Notes

[1Derniers livres parus en 2008 : Le privilège de Simone de Beauvoir, Actes Sud et L’Europe des idées, France Culture/L’Harmattan.

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter