Répertoire des enseignements universitaires en "genre et développement - politiques publiques" dans les pays francophones

Où obtenir un certificat, un diplôme universitaire, un Master 1 ou 2, un Doctorat en "genre" axé sur les politiques publiques en général, et les politiques de développement en particulier, dans les pays francophones ? Genre en Action a recensé pour ses membres 38 enseignements et laboratoires universitaires (certificats, DU, masters et doctorats) sur cette thématique, dont 18 en Afrique francophone. Alors que le genre s’affirme comme une thématique essentielle pour la justice sociale et l’efficacité des politiques publiques, aux Nords et aux Suds, les enseignements universitaires restent rares ...

POURQUOI CE REPERTOIRE ?

Le réseau Genre en Action reçoit de nombreuses requêtes de ses membres à la recherche de formations sur le genre en français, dans les pays francophones. En effet, la formation est un levier important pour faire avancer la prise en compte du genre dans les politiques publiques, notamment en lien avec le développement durable des pays aux Suds et aux Nords. De par nos travaux sur les formations en genre depuis plus d’une décennie, nous savons que des formations existent mais que la validation, ou la certification des apprentissages reste un enjeu. Souvent trop brèves, dispensées par des organisations ou des personnes non « homologué.es », les formations proposées ne permettent pas toujours aux étudiant.es d’atteindre le niveau de connaissances et de compétences nécessaire ou souhaité. Ou bien, si ce niveau est acquis, il n’est pas validé par un diplôme reconnu.

Aussi, nous avons décidé d’établir un répertoire. Certes, des listings existent, des repérages ont déjà eu lieu, mais les informations sont dispersées et souvent périmées (voir section « Pour aller plus loin » en fin de document). Le but est simple et double : Informer les étudiant.es potentiel.les, des Suds comme des Nords, des formations universitaires qui existent en 2017 sur le genre en lien avec le développement et les politiques publiques en général dans l’espace francophone ET faire connaître les initiatives des universités francophones dans ce domaine.

QU’AVONS-NOUS APPRIS ?

Nous n’avons pas fait un travail qualitatif, mais le repérage donne quelques pistes de réflexions (et d’actions) pour les politiques publiques en charge d’intégrer la thématique du genre dans les formations universitaires des personnes amenées à gérer des politiques publiques, des programmes et des projets de développement (international, régional, local).

  • Il a objectivé la rareté, dans l’espace francophone, des formations universitaires dédiées à la thématique du genre, en lien avec les politiques publiques et le développement durable en particulier (notre focus). Dans ce répertoire qui contient 38 entrées (Cours et laboratoires), seules 14 sont en Afrique subsaharienne et 4 au Maghreb.
  • De nouvelles formations universitaires dédiées au genre émergent manifestement. Certains Masters sont établis, d’autres en construction … mais d’autres ont disparu (au Burundi par exemple). Des formations numériques voient le jour, souvent dans le cadre de partenariats Nords/Suds. Nous avons trouvé plus de laboratoires de recherche que d’enseignements sur la thématique genre.
  • L’usage du terme « genre » est à géométrie variable. Quand il est en lien avec les politiques publiques, on parle d’avantage d’égalité femmes-hommes que de genre (en France notamment). Les formations sur les identités de genre, les sexualités et le genre et l’intersectionnalité se développent dans les universités des Nords (nous ne les avons pas toutes incluses), mais peu aux Suds. Le terme genre est plus facilement utilisé en Afrique Subsaharienne qu’en France mais dans un dynamique plus binaire (femmes-hommes). L’interdisciplinarité est une approche souvent mentionnée dans les descriptions des cursus.
  • Lors de la recherche, des « modules » sur le genre intégrés aux Masters (de sociologie souvent) nous ont été signalés. A ce stade, nous ne les avons pas inclus. Certains établissements (UNIL de Lausanne par exemple) ont précisé qu’ils avaient fait le choix de la transversalité » plutôt que de la spécificité des enseignements sur le genre. Pour autant, la signification de « modules genre » au sein des Masters est à creuser … Début d’institutionnalisation, stratégie transversale accomplie ou marginalisation ? Dans quels Masters sont les modules genre, hors des sciences sociales ?
  • Il reste difficile de localiser les formations sur le genre sur internet (sur les sites des universités africaines notamment). Les réseaux sociaux sont de plus en plus utilisés pour palier ce déficit de visibilité, notamment par les laboratoires de recherche (nous avons privilégié les liens internet des sites institutionnels). Sur les masters que nous avons localisés, seuls deux sont le répertoire de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) des formations de niveau master ou supérieur (nous avons tapé genre, féminisme, femmes, sexe … dans le moteur de recherche :-().

QUELLES FORMATIONS FIGURENT DANS LE REPERTOIRE ?

Nous n’avons pas intégré dans ce répertoire tout ce que nous avons trouvé. Nous avons privilégié :

  • Les enseignements dans les universités francophones des Suds ;
  • Dans les pays francophones des Nords (Belgique, Suisse, France et Canada/Québec), nous donnons priorité aux enseignements sur « genre et développement », sur l’intégration du genre dans les politiques publiques, le féminisme et les droits des femmes (les violences notamment).

Au final, y figurent des enseignements aux caractéristiques suivantes :

  • Le cours est un certificat, un diplôme universitaire (DU), un Master (1 ou 2) ou un doctorat ;
  • Le cours est dispensé en français, dans un pays francophone ;
  • Le titre du diplôme comporte le terme genre (et/ou féminisme, égalité, droits des femmes) ;
  • L’égalité femmes-hommes/genre est la principale thématique, croisée ou non avec une autre (ex. genre et conflit, genre et sociétés) ;
  • Les modules ou séminaires « genre » proposés dans des cursus non spécifiques au genre ne sont pas répertoriés ;
  • Les cours signalés « en construction » et les Chaires Unesco dédiées au genre ne sont pas répertoriés ;
  • Les laboratoires de recherche sont mentionnés dans la mesure où ils accompagnent ou accueillent des doctorats. Quelques groupes/clubs genre affiliés à l’université sont inclus.

Pour compiler ces informations, nous avons fait appel à nos réseaux, aux réseaux sociaux et nous avons consulté internet. Le résultat est un répertoire, un annuaire. Il ne comporte aucune proposition qualitative et analytique de notre part. Les informations proviennent des sites et brochures des universités et des réponses des personnes contactées. Toutes les personnes responsables des cours inclus ont été contactées pour vérifier la véracité des informations mais toutes n’ont pas répondu.

Nous ne prétendons pas avoir épuisé la question. Ce document est évolutif. Si vous avez connaissance d’enseignements correspondant aux critères et que nous n’avons pas répertoriés, ou si vous avez des corrections à apporter, merci de nous contacter.

Nous incluons à la fin du répertoire une liste non exhaustive de repérages effectués par différentes institutions.

Ce travail a bénéficié d’un soutien partiel de la Plateforme Genre et Développement du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. Sa réalisation est avant tout un travail bénévole militant du réseau Genre en Action. Une seconde version de ce répertoire sera réalisée en 2018, si nous obtenons le soutien nécessaire pour la réaliser.

Contact : claudy.vouhe(at)genreenaction.net ou coordination(at)genreenaction.net

Rappel sur Genre en Action et la question des formations :

Les membres, expertes et/ou militantes, du réseau Genre en Action se penchent sur les questions de formation en genre depuis plus de 10 ans :

Dans la même rubrique :

Répondre à cet article

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter