Réseau des Femmes africaines ministres et parlementaires

Le Réseau des Femmes africaines ministres et parlementaires, (REFAMP) s’est insurgé contre toutes formes de discrimination fondée sur le genre, a-t-on constaté, au dernier jour du conclave dudit Réseau réuni à Abidjan du 2 au 4 avril, pour marquer le dixième anniversaire de la section locale.

La section ivoirienne du réseau a été créée en juillet 1997 et son anniversaire a été célébré autour du thème « Leadership et démocratie quel impact des femmes dans le processus démocratique ».

Des femmes ministres et parlementaires venues de seize pays africains, prennent part aux assises d’Abidjan, dont la officielle cérémonie d’ouverture a été présidée mercredi, par le chef de l’Etat de Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo, qui avait à ses côtés son homologue libérienne, Mme Héllen Johson Sirleaf, . Dans un entretien à APA (Agence de Presse Africaine), à la veille de l’Assemblée générale du REFAMP, qui se tient samedi, dans la capitale économique de la Côte d’ivoire, la présidente de la section locale, Mme Véronique Aka, a expliqué qu’il s’agit maintenant de « dire au monde, que les femmes aussi sont capables d’être ministre, d’être parlementaire, d’être présidente de la République ».

« Nous ne voulons plus de discrimination mais sinon, nous ne forçons pas la main, nous ne demandons pas de nous insérer. Il faut s’affirmer » a ajouté Mme Aka, député à l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire.

Aucun homme « ne nous fera de place au soleil », , a-t-elle affirmé, estimant qu’il appartient dès lors à celles qui ont « la chance d’être ministre ou parlementaire, de (se) mettre ensemble pour valoriser la situation de la femme ».

Le Réseau des Femmes africaines ministres et parlementaires est actuellement présidé par la ministre gabonaise de la Famille, de la Protection de l’Enfance et de la Promotion de la femme, Angélique Ngoma.

L’organisation a été crée en 1995 au Caire en Egypte à la faveur d’une rencontre sur « Population et développement ».

Source : Agence de Presse Africaine

Le Réseau des Femmes africaines Ministres et Parlementaires (REFAMP) a été crée pour faciliter la mise en oeuvre des recommandations de la Conférence
Internationale sur la Population et le Développement (CIPD) tenue au Caire en 1994.

Le Réseau est un cadre de partage d’expériences, d’échanges d’informations,
de diffusion des innovations et succès, au plan des politiques et programmes comme
au niveau de la législation. Sa création répond au souci d’impliquer les femmes
ayant pouvoir de décision et de contrôle dans la mise en oeuvre effective des
politiques et programmes concernant la population et le développement. Elle
procède aussi du souci de renforcer la collaboration entre l’exécutif et le
législatif en vue de réduire l’éccart entre les décisions politiques et les
attentes des acteurs réels. Les femmes leaders devaient ainsi consolider leur
propre position au sein des institutions (Parlements et Gouvernements) et participer
activement aux processus de prise de décisions quant aux politiques et stratégies
en matière de population et de développement.

La vision du REFAMP est d’être une Organisation régionale représentative et
permanente, en mesure d’influencer les politiques, les lois et les programmes
relatifs àl ’équité et à l’égalité entre les sexes et de contribuer à
l’émergence d’une société plus juste et respectueuse des droits humains dans
un climat de paix et de développement durable.

Le Secrétariat Permanent du REFAMP sera installé à Addis Abeba en Ethiopie. La
Secrétaire permanente, de nationalité burkinabé travaille pour le moment à
partir du Burkina Faso.

Mme Zéneb TOURE
Secrétaire Permanente du REFAMP

06 BP 9336 Ouagadougou 06
Cel : (+226)70 21 31 81
Burkina Faso

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter