Sénégal : au sud, très peu d’aides pour les femmes fistuleuses

Dans la région du Sud au Sénégal, 58% des accouchements se font à domicile sans aucune assistance médicale, et sans que la femme n’ait été suivie pendant sa grossesse. Ces conditions, alliées au manque de médecins, de sage-femmes et d’infirmiers, expliqueraient la fréquence des fistules. Les grossesses précoces en seraient aussi responsables, car les fillettes n’ayant pas encore atteint la maturité morphologique vivent des accouchements très longs, augmentant ainsi la vulnérabilité des tissus. Les fistules, responsables de l’abandon et du rejet des femmes par le reste de la communauté, pourraient être prises en charge si les frais des soins n’étaient pas aussi élevés.

***


Pour consulter l’article en entier :

IPS - Sénégal : Les femmes fistuleuses abandonnées à leur sort dans le sud

Pour en savoir plus :

Genre en Action - Sénégal : gynécologie, une spécialité médicale qui peine à entrer dans les moeurs

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter