Systèmes agraires et rapports de genre en changements

Ces 30 années ont été jalonnées de sécheresses, de crises alimentaires, de coups d’état. Elles ont aussi vu se développer la décentralisation, le multipartisme, la société civile, de nouvelles politiques agricoles. Ce sont ces changements, prévisibles ou imprévisibles et leurs impacts sur l’alimentation des familles rurales sahéliennes qui sont au centre de cette communication, rédigée par Marie Monimart (International Fellow researcher, IIED).

La communication qui suit, intitulée « Systèmes agraires et rapports de genre en changements - Sahel : sécheresses, crises alimentaires et déféminisation des systèmes agraires » s’appuie sur des recherches et travaux sur les questions de genre conduits en Afrique sub-saharienne, et plus spécifiquement au Sahel, depuis les années 80, plus précisément au Mali et au Niger (avec Marthe Doka-Diarra) sur la période 2002-2010.

Les asymétries de genre ou plutôt les inéquités persistent et signent, en dépit d’indicateurs clignotant au vert (parfois un peu artificiel) en matière de santé et d’éducation, objectifs du millénium dans le collimateur. Mais la question des changements des rapports de genre au sein de systèmes agraires en pleine mutation dans des pays encore ruraux à près de 80 % n’attire toujours pas les foules – politiciens, développeurs, responsables d’organisations paysannes, et même chercheurs. Et pourtant ! Il s’en passe des choses, consternantes ou revigorantes. La paysannerie sahélienne – agriculteurs, agropasteurs, pasteurs mobiles, bouge, et vite ! Ce sont ces changements, prévisibles ou imprévisibles, et leurs impacts sur l’alimentation des familles rurales sahéliennes qui sont au centre de cette communication.

Vous pouvez consulter et télécharger cette communication

***

Pour en savoir plus :

- A propos de l’auteure :

Marie Monimart est chercheure en sciences sociales et consultante. Elle a travaillé pendant 25 ans en Afrique sub-saharienne - en particulier dans les pays de l’Ouest du Sahel africain, Madagascar, Afrique centrale et, pour de courtes périodes, en Haïti et au Cambodge. Son travail est axé sur les questions de genre liées à la gestion équitable des ressources naturelles, la sécurité alimentaire, et le pastoralisme. Ses travaux œuvrent pour une intégration plus efficace et durable des questions de genre dans les politiques de réduction de la pauvreté.

Aujourd’hui, Marie Monimart travaille principalement avec le Groupe de Ressources naturelles de l’IIED.

Télécharger

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter