Une Église machiste et autoritaire : Retour sur l’excommunication de la fillette brésilienne

Marie-Andrée Roy, directrice de l’Institut de Recherches et d’Etudes Féministes et sociologue, revient sur l’événement qui a récemment créé polémique à travers le monde, concernant l’excommunication de la fillette brésilienne de 9 ans ayant subi un avortement à la suite de viols répétés de la part de son beau-père. La position de l’Eglise Catholique, à savoir un déni de la souffrance de la victime et une non-reconnaissance du viol en tant que crime, soulève depuis de nombreuses réactions outrées. Les voix qui s’élèvent questionnent le machisme répété d’une religion qui ne reconnait pas les droits des femmes.

Le drame d’une petite Brésilienne de neuf ans, enceinte de jumeaux après avoir été violée et agressée par son beau-père depuis l’âge de six ans, a récemment ému la planète. Sa vie étant gravement en danger, il y a eu avortement comme le permet, dans des cas exceptionnels, la loi brésilienne. La mère qui soutenait la fillette et l’équipe médicale qui a pratiqué l’avortement ont été excommuniées par l’évêque du diocèse de Recife, Mgr José Cardoso Sobrinho qui a affirmé que « le viol est un péché moins grave que l’avortement ». Ce dernier a reçu l’appui du préfet de la Congrégation des évêques au Vatican, le cardinal Giovanni Battista Re, réputé être un proche de Benoît XVI.

Comment lire ces événements et que faire pour qu’ils ne se reproduisent plus ? Je suggère deux pistes de lecture qui sont autant de voies de changements requis pour que cesse l’inacceptable : d’abord, la représentation des femmes dans l’Église marquée par le sexisme et le machisme clérical et puis le rapport au pouvoir et à l’autorité dans l’Église.

***

Pour retrouver l’article dans son intégralité : Sisyphe.org

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter