Une femme pleura car elle n’avait pas eu de carte d’identité

Jean Nkeshimana, Coordinateur des projets de la SFBLSP Burundi (Solidarité des Femmes Burundaises pour la Lutte contre le Sida et le Paludisme), a voulu nous reléguer cet article de l’Agence Burundaise de Presse, afin que les lectrices et les lecteurs soient informés de la réalité et de la violence faite aux femmes qui prévaut au Burundi.


"Une femme qui avait passé toute la journée à attendre une carte nationale d’identité au chef-lieu de l’une des six communes de la province Mwaro (centre-ouest du Burundi) remarque qu’elle sera obligée de revenir et demanda à l’administrateur de lui accorder la faveur de rentrer avec cette grâce a rapporté un témoin oculaire.

L’administrateur lui répondit que ce n’était pas possible et la maman s’écria : « et voilà que je viens de passer toute la journée ici, je n’ai même pas préparé le repas pour mes enfants et je ne serai pas à mesure de le faire si j’arrive à la maison car j’habite loin d’ici ».

L’administrateur rétorqua, « si j’étais ton mari, je t’aurais frappé car tu ne t’es pas occupée de tes enfants » et la femme pleura. C’était au cours de l’opération de distribution des cartes d’identité à ceux qui ne peuvent s’en procurer moyennant de l’argent".

***
Au Burundi, dans la province de Mwaro, 31 décembre 2009 (ABP).

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter