VIOLENCES LIEES AU GENRE EN MILIEU SCOLAIRE EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE

Etat des lieux, pistes d’action, perspectives - une étude du MAE

RESUME

La France est engagée dans la réalisation des grands objectifs internationaux en matière éducative notamment fixés par le "Cadre d’action de Dakar" sur l’Education pour tous d’avril 2000 et par la Déclaration du Millénaire pour le développement de septembre 2000.

L’égalité entre les sexes dans le domaine éducatif est une condition indispensable pour parvenir à l’universalisation de l’éducation primaire. Les violences liées au genre constituent un des freins à l’accès et au maintien des filles à l’école et engendrent, plus largement, des répercussions aux plans éducatif, sanitaire et social.

L’état des lieux non exhaustif de ces violences s’appuie sur des études de terrain menées en Afrique subsaharienne. Ces études confirment l’analyse avancée dans le rapport mondial de suivi de l’EPT 2003/2004, Genre et Education pour tous, le pari de l’égalité : « Loin d’être des lieux sûrs d’apprentissage, les écoles sont souvent des espaces d’intolérance, de discrimination, et de violence dont les filles sont de manière disproportionnée les victimes ». Les violences tenant au genre à l’école mettent en jeu des dimensions multiples : économique (cas du sexe transactionnel), socioculturelle (tabou sur l’éducation à la sexualité, relations de genre asymétriques) et sanitaire (faible utilisation de la contraception et du préservatif entraînant une transmission des IST -Infections Sexuellement Transmissibles- ainsi que des grossesses non désirées).

Si des déclarations, conventions et plans d’action internationaux ont fixé un cadre international condamnant les violences envers les enfants et liées au genre ainsi que la discrimination dans le secteur éducatif, le problème reste tabou et fait l’objet d’une faible mobilisation politique, même si des ONG tentent de susciter le débat et d’agir sur le terrain.

L’objectif de cette étude est de disposer d’éléments d’analyse, de mettre en lumière les facteurs associés à la réussite des actions contre les violences (adoption d’une approche genre, contexte politique favorable, soutien aux associations locales, mobilisation de la société civile, participation de tous les acteurs concernés aux projets/programmes, formation des enseignants à une pédagogie sensible au genre et manuels scolaires sensibles au genre, approche intersectorielle) et de définir les implications politiques de l’émergence d’un environnement scolaire inclusif et sûr pour tous les élèves.

Cette ambition implique en effet d’engager des recherches sur les violences tenant au genre en milieu scolaire, d’identifier les initiatives qui sont susceptibles d’être mises à l’échelle, de développer le suivi de l’égalité entre les sexes dans l’éducation en utilisant des indicateurs innovants, d’adopter une approche sociologique de l’école et de ses fonctions pour y donner toute leur place aux valeurs des droits de l’Homme, et d’intégrer le problème des violences liées au genre en milieu scolaire dans le dialogue sectoriel.

La publication vise également à apporter une contribution à une meilleure prise en compte de la dimension de genre dans les actions de coopération internationale avec l’ensemble des acteurs, institutionnels et de la société civile, en cohérence avec la volonté politique exprimée par Mme Brigitte Girardin, ministre déléguée à la Coopération, au Développement et à la Francophonie à l’occasion de la Journée internationale des femmes du 8 mars 2006.

Cliquez ici pour télécharger le texte intégrale de cette étude.

Télécharger

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter