Budgétisation sensible au genre : le projet

Présentation du projet proposé par GENRE EN ACTION et les observatoires du genre citoyens au Sénégal regroupés au sein du pôle BEUTOU ASKANWI. Ce projet est réalisé en partenariat avec les communes de Saint-Louis et de Nabadji Civol, avec le soutien financier de la Région Auvergne-Rhônes-Alpes, du Centre International de Formation de l’Organisation Internationale du Travail (CIT-OIT) et de Wallonie Bruxelles International.

JPEG - 60.5 ko
© Genre en Action 2016
Les citoyens et citoyennes du Sénégal s’intéressent de près à la façon dont l’argent public est dépensé, et s’il tient compte des inégalités de genre.
De g. à dr. Yene Diop, Penda Ndeye Diouf, Mamadou Sylla sont des responsables associatifs de Saint-Louis, membres de l’observatoire du genre local (Observatoire genre et développement de Saint Louis - OGDSL). Ils et elles travaillent sur cette question avec d’autres observatoires sénégalais, regroupés au sein du pôle BEUTOU ASKANWI (« l’œil du peuple en wolof), né tout récemment en 2014 et membre de Genre en Action. Le projet, qui a pour slogan "L’égalité, ça compte !", a pour objectif de sensibiliser les acteurs du développement aux enjeux de genre et d’influencer les budgets communaux 2017 des régions de Matam et Saint-Louis.

Projet pilote de budgétisation communale sensible au genre dans les régions de Matam et Saint-louis, Sénégal, avril 2016 – juillet 2017

LE CONTEXTE

Au Sénégal, les femmes sont présentes dans les organisations communautaires de base et dans tous les secteurs de la vie économique et politique. Pourtant, des restrictions et des déséquilibres existent et sont liés fondamentalement à la question du genre.

Dans le cadre des politiques publiques, le budget est un des principaux outils pour la mise en œuvre des programmes ; il est supposé profiter équitablement aux femmes et aux hommes, aux filles et aux garçons. Or, un budget n’est pas neutre du point de vue du genre. Au contraire, en ne tenant pas compte des rôles, capacités et besoins différents des femmes et des hommes, les choix budgétaires peuvent renforcer les inégalités existantes.

La budgétisation sensible au genre (BSG) est un outil reconnu à l’échelle internationale pour traduire de manière effective les engagements pris en matière d’égalité des sexes et de droits des femmes. En articulant l’approche de genre et les processus de budgétisation, la BSG est une composante essentielle de l’approche intégrée de l’égalité femmes-hommes.

La finalité d’un budget communal est de répondre aux besoins des populations locales. Il peut être un levier majeur pour la justice sociale. Depuis plusieurs années, le gouvernement sénégalais a entrepris de rendre le budget national sensible au genre. Le présent projet souhaite prolonger cette action au niveau local.

LES OBJECTIFS

L’objectif du projet est de rendre les budgets communaux sensibles au genre, dans le but de plus de justice sociale. Il s’agit de contribuer à la réduction des inégalités femmes-hommes par la mise en œuvre d’une budgétisation participative sensible au genre dans les régions de Saint-Louis et de Matam et la participation des femmes dans la démocratie locale.

Les objectifs spécifiques du projet sont de renforcer les compétences des associations, des élu-e-s, des technicien-ne-s et citoyen-ne-s en matière de BSG, de produire des données et de mettre en place des outils citoyens permettant le suivi des budgets communaux à partir de 2017. Le projet entend aussi contribuer à la reconnaissance par les communes de l’égalité femmes-hommes comme un enjeu pour l’émergence des territoires.

Le projet est considéré comme « pilote ». Sa démarche et ses résultats seront capitalisés et partagés afin de nourrir d’autres actions au Sénégal et ailleurs.

JPEG - 60.5 ko
© Genre en Action 2016
Les citoyens et citoyennes du Sénégal s’intéressent de près à la façon dont l’argent public est dépensé, et s’il tient compte des inégalités de genre.
De g. à dr. Yene Diop, Penda Ndeye Diouf, Mamadou Sylla sont des responsables associatifs de Saint-Louis, membres de l’observatoire du genre local (Observatoire genre et développement de Saint Louis - OGDSL). Ils et elles travaillent sur cette question avec d’autres observatoires sénégalais, regroupés au sein du pôle BEUTOU ASKANWI (« l’œil du peuple en wolof), né tout récemment en 2014 et membre de Genre en Action. Le projet, qui a pour slogan "L’égalité, ça compte !", a pour objectif de sensibiliser les acteurs du développement aux enjeux de genre et d’influencer les budgets communaux 2017 des régions de Matam et Saint-Louis.

LES ACTIVITES

Pour atteindre ses objectifs, le projet mettra en œuvre des actions de sensibilisation et une recherche-action, dans deux collectivités locales pilotes (Saint-Louis et Nabadji Civol) en cinq étapes :

1. Sensibilisation des conseils municipaux des communes de Saint-Louis et de Nabadji Civol à la BSG (mai 2016)
2. Formation d’une équipe de recherche à l’analyse des budgets communaux d’un point de vue sensible au genre (juin 2016)
3. Recherche-action participative sur les budgets communaux de Saint-Louis et Nabadji Civol (juin-août 2016)
4. Formation des élu-e-s des deux communes sur la base des résultats de la recherche, et plaidoyer pour la formulation sensible au genre du budget 2017 (août/septembre 2016)
5. Plaidoyer et accompagnement des équipes pour la mise en oeuvre du budget 2017 (avril 2017)
6. Evaluation et capitalisation du projet (juillet 2017)

LES RESULTATS ATTENDUS

A travers ce projet, nous souhaitons créer des changements dans la dynamique locale autour de la budgétisation. Le projet produira :

1. Des acteurs locaux sensibilisé-e-s à l’égalité de genre :

• Des élu.e.s soucieux de refléter cette préoccupation dans le budget communal ;
• Des associations locales qui créent, maîtrisent et partagent des outils d’analyse et de plaidoyer favorisant l’intégration du genre dans le processus budgétaire ;
• Des technicien.ne.s des services communaux (responsables des finances notamment) à même d’utiliser des outils d’analyse, de planification et des indicateurs pour agir sur l’égalité de genre ;
• Des habitant.e.s, et surtout des femmes, qui connaissent le processus budgétaire, et font valoir leurs préoccupations, notamment sur les inégalités femmes-hommes ;
• Des synergies entre tous les acteurs du territoire autour de l’égalité femmes-hommes, thématique transversale « par excellence » ;

2. Des données sur le genre
• Des données quantitatives sur la répartition des budgets communaux en fonction du genre
• Des statistiques sur la participation des femmes et des hommes dans le processus budgétaire
• Des données sur les besoins sexo-spécifiques des habitant.e.s
• Les budget 2017 reflèteront les besoins des femmes autant que ceux des hommes et alloueront des fonds appropriés pour la réduction des inégalités entre les sexes ;
• Des outils d’observation de l’égalité femmes-hommes dans le budget local au service des associations locales et des habitant.e.s.

Des indicateurs permettront de vérifier que ces résultats ont été atteints.

LES BENEFICIAIRES

Bénéficiaires directs
Le pays bénéficiaire est le Sénégal, en particulier les régions de St Louis et de Matam. Environ 25 personnes de la société civile sénégalaise, issues en particulier du Pôle Beutou Askanwi, et plus spécifiquement de l’Observatoire Genre et Développement de Saint Louis (OGDSL) et de l’Observatoire Régional Genre de Matam (ORGM), seront bénéficiaires directes. Elles recevront une formation en BSG, un appui sur les outils et méthodes de recherche participative en BSG, la communication et le plaidoyer.

Environ 100 élu-e-s et technicien-ne-s des communes de Saint-Louis et de Nabadji Civol bénéficieront de formations et développeront des compétences en BSG. Les équipes communales bénéficieront de données nouvelles issues de la recherche et seront impliquées dans le processus de mise en place de CHANCES, une charte de l’égalité femmes-hommes.

Bénéficiaires indirects
Les citoyens et citoyennes des régions concernées seront partie prenant dans la recherche participative et profiteront des retombées du projet : informations sur l’usage et les processus de budgétisation en faveur de l’égalité femmes-hommes, insertion dans des mécanismes de concertation et de suivi citoyen des budgets. A termes, elles et ils bénéficieront de budgets répondant plus précisément à leurs besoins.

Les 4800 membres de Genre en Action, en particulier les observatoires du genre du monde francophone, bénéficieront du projet grâce aux documents de capitalisation qui seront accessibles sur le site et les réseaux sociaux. La documentation sera également diffusée en libre accès (format « Open Licence ») sur Observ’action (bibliothèque en ligne de Genre en Action) et ses partenaires du réseau « GOKH » (« Global Open Knowledge Hub » de l’Institut britannique des Etudes de Développement).

LES ORGANISATIONS

Genre en Action est l’association porteuse du projet, son siège est basé en France. La coordination du projet est assurée par le Pôle Beutou Askanwi, une association sénégalaise membre de Genre en Action, qui a pour mission l’observation citoyenne du genre au Sénégal.

PÔLE BEUTOU ASKANWI

Créé en septembre 2014 sur une initiative des observatoires du genre membres de Genre en Action, le Pôle Beutou Askanwi (l’œil du peuple en wolof) est une association sénégalaise qui œuvre pour l’observation citoyenne du genre au Sénégal. Il est composé de cinq observatoires : HOM-DEDFF, l’Observatoire des Relations de Genre Sénégal (ORGENS), l’Observatoire Régional Genre de Matam (ORGM), l’Observatoire genre et développement de St Louis (OGDSL) et WiLDAF/FeDDAF-Sénégal.

Dans ce projet, le pôle Beutou Askanwi sera représenté par les observatoires OGDSL et ORGM qui assureront sa coordination et sa mise en œuvre.

  • Observatoire genre et développement de Saint Louis (OGDSL)  : C’est un observatoire public décentralisé qui a été créé en 2012 sous l’impulsion de la Mairie de Saint-Louis. Les objectifs de cette structure sont de faciliter les échanges de pratiques et d’expériences sur la question de l’égalité entre les hommes et les femmes et sur la mise en œuvre de l’approche genre dans les projets des structures locales ; de sensibiliser les élus à l’approche genre ; de proposer des actions de plaidoyer pour l’intégration du genre dans les politiques de développement de la coopération et de fournir un appui/conseil pour l’analyse et la formulation de politiques et programmes sensibles au genre.
  • Observatoire Régional Genre de Matam (ORGM) : Il a été créé en 2007 par le PRODAM (Projet de développement agricole de Matam) sous l’impulsion de la Région de Matam. Il est devenu une association en 2011. L’ORGM a une mission de veille et d’alerte sur les questions de Genre dans les programmes de développement de la région. Ses objectifs spécifiques sont : (i) veiller à l’accès équitable des couches sociales aux ressources ; (ii) mettre en place un système d’information et de formation sur l’approche genre ; (iii) veiller à l’harmonisation et à l’intégration de la dimension genre dans les programmes de développement et (iiii) mettre en place un dispositif de suivi évaluation. A noter, des antennes de l’observatoire sont en place au niveau des communautés rurales et des communes de la région.

LES PARTENAIRES

Partenaires financiers
Le projet est financé par le Bureau International du Travail, Wallonie Bruxelles International et la région Auvergne-Rhônes-Alpes.

Partenaires associés
Les communes de Saint-Louis et de Nabadji Civol au Sénégal sont les partenaires du projet en tant que collectivités locales pilotes.

Dans la même rubrique :

Répondre à cet article

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter