La première dame du Nigeria portée à la tête de la MIPREDA

samedi 10 mai 2008

La première dame du Nigeria, Mme Turaï Oumar
Yar’Adua, a été portée, vendredi à Brazzaville, à la tête de la Mission de
Paix des Premières Dames d’Afrique (MIPREDA) pour un mandat de deux ans, a
constaté l’Agence de Presse Africaine (APA) sur place.

Elue à l’unanimité des participantes à la 6ème session de l’assemblée
générale de la MIPREDA qui s’est déroulée du 14 au 15 février dans la
capitale congolaise, Mme Yar’Adua sera secondée par quatre vice-présidentes
désignées par sous-régions africaines : l’Afrique du sud pour l’Afrique
australe, la Libye pour l’Afrique du nord, le Soudan pour l’Afrique de
l’est et le Cameroun pour l’Afrique centrale.

A l’ouverture des travaux jeudi, les premières dames d’Afrique ont condamné
les violences faites aux femmes pendant les conflits armés, déplorant
notamment le lourd tribut payé par les femmes, les jeunes filles et les
enfants dans ces conflits souvent déclenchés par l’homme.

La première dame du Tchad, Mme Blinda Déby Itno, a dénoncé les conflits
récurrents dans son pays, tandis que la représentante de la première dame
de la RDC a préconisé la création d’une association des femmes pour la paix
qui aurait son secrétariat au siège de l’Union africaine (UA) à Addis Abeba
(Ethiopie).

Soulignant la place prépondérante de la femme dans le processus de paix en
Afrique et dans le monde, la présidente sortante de la MIPREDA, Mme
Antoinette Sassou N’Guesso, a souhaité que les assises de Brazzaville
jettent les bases de véritables stratégies de lutte contre les conflits
pour une paix et un développement durable en Afrique.

La représentante du gouvernement Belge, Mme Mandala Malanda, a demandé aux
premières dames d’Afrique de saisir l’opportunité offerte par l’Union
européenne (UE) en plaçant l’année 2008 sous le signe de la lutte contre la
violence pour mener des actions de sensibilisation auprès des premières
dames européennes en les invitant notamment à participer à la prochaine
réunion de la MIPREDA.

Pour un développement durable

Mme Malanda a souhaité que la prochaine réunion de la MIPREDA soit placée
dans le contexte du développement durable.

Cette 6ème session de l’assemblée générale de la MIPREDA a enregistré la
participation de dix premières dames en provenance du Congo, du Mali, du
Tchad, d’Afrique du Sud, du Burkina Faso, du Niger, des Comores, du
Nigeria, de la Namibie et de la République centrafricaine.

Le Gabon, la Guinée Conakry, la Guinée-équatoriale, le Cameroun, la Gambie,
le Sénégal, la République démocratique du Congo (RDC) et la Zambie ont
envoyé des représentantes à ces assises.

***

Source : Apa news

Partagez