Atelier « Genre, féminismes et mouvements sociaux en Afrique : différences et synergies entre les approches francophone, anglophone et lusophone »

L’hypothèse de départ, à vérifier, est que les mouvements de femmes en Afrique sont différents selon qu’ils opèrent dans des milieux francophones, anglophones ou lusophones et que, par conséquent, leur rapport avec les mouvements sociaux sont également différents. La session propose de confronter les différentes approches et stratégies utilisées par les mouvements de femmes et féministes issus de pays d’Afrique francophone, anglophone et lusophone afin d’identifier les différences et les similitudes dans les liens que les mouvements de femmes et féministes entretiennent avec les mouvements sociaux.
Retrouvez d’ores-et-déjà les contributions des intervenantes et participant-es.

Pour des raisons liées principalement à l’histoire coloniale de l’Afrique, les mouvements sociaux de femmes ont suivi des voies différentes selon qu’ils se sont développés dans les milieux francophones, anglophones ou lusophones. Alors qu’un féminisme à l’Africaine continue à être défendu dans les pays francophones d’Afrique de l’Ouest, l’évolution du concept genre et son application a surtout touché les pays anglophones sous l’influence des agences internationales et des bilatérales pionnières sur le genre. Les pays francophones ont été confrontés au genre beaucoup plus tard et de façon moins structurée. Les financements pour travailler sur « le genre » ont été moins importants en Francophonie, malgré des efforts dans ce sens depuis plusieurs années. Dans les pays lusophones, à l’exception du Mozambique qui a fait l’objet de très nombreux projets d’aides au développement de la part d’agences de tous les pays, la question du genre commence juste à poindre.

Dans un premier temps, la session s’interrogera sur la façon dont, dans ces différentes « zones linguistiques », le féminisme est perçu par les mouvements des femmes et les mouvements sociaux ? Selon les zones linguistiques, comment se comportent les mouvements des femmes : où sont-ils plus efficaces, moins marginaux, mieux financés, et pourquoi ?

Dans un deuxième temps, la session se penchera sur les liens entre les mouvements des femmes et les mouvements sociaux. En quoi les fondements (conceptuels, idéologiques et politiques) sur lesquels reposent les définitions du « genre » et du « féminisme » dans les différentes zones influencent-ils les rapports entre les mouvements des femmes et d’autres mouvements sociaux ? Dans ces différentes zones, comment s’articulent les revendications et les actions des femmes avec celles des mouvements sociaux ? Est-ce et comment le genre est intégré dans les mouvements sociaux ?

La question finale sera : que pouvons-nous apprendre des approches dans les différentes zones ? Comment travailler ensemble au-delà de nos différences pour construire des alliances durables et efficaces entre les mouvements des femmes et les autres mouvements sociaux, notamment en Francophonie ?

Contributions des intervenantes

Vonifanja ANDRIANAONITSOA
Idalina Freire
Idalina Freire Gonçalves
SCHOLASTIQUE COMPAORE
Jamila SOUSSI

Contributions des participant-es

Amina AHMED
Zamba Akpe AMEYO
Khadijetou CHEICK OUEDRAOGO
Fatma ELKORY OUMRANE
Gisèle Kapinga
Aissé Keita
Mama Adama KEITA
Habibou KOANDA ZONGO
Marguerite KOFIO
Eugénie KONAN ADJOUA
Mambo Kadidja Danté
Jivka MARINOVA
Théodore MBAINAISSEM
Marie Hélène MOTTIN
Jacqueline MUSUGANI
Pierrette OYANE NZUE
Marcelline RAHAINGO-RAZAFIMBELO
Mina Harivola RAKOTOARINDRASATA
Noroarisoa S. RAVAOZANANY
Hassania CHALBI-DRISSI
Caroline Mofogang

Contributions reçues sur le forum électronique

Attention !
Ces contributions n’ont été ni revues ni corrigées. Nous les proposons ici telles qu’elles ont été postées sur le site.

Contributions du forum

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter