Cameroun : une constitution discutée, la parité revendiquée

Le 25 janvier 2008 s’est tenue au Cercle Municipal de l’Hôtel de ville de Yaoundé, une Journée de Réflexion sur la place de la femme dans la Constitution au Cameroun. Journée visant à exprimer la position de la femme sur le débat constitutionnel de l’heure.

Le Réseau de Soutien à la Participation Politique des Femmes au Cameroun « More Women in Politics », saisit l’opportunité historique de la reforme constitutionnelle au Cameroun, motivé par la nécessité urgente de fixer des garanties constitutionnelles de l’égalité entre l’homme et la femme.

De cette réunion, le Déclaration sur la Parité dans la constitution révisée du Cameroun (document ci-joint) a été remis au Premier Ministre, Chef du Gouvernement de la République du Cameroun, ainsi que vous pouvez le constater, aux participants et participantes à la Journée de Réflexion organisée le 25 janvier 2008 à l’hôtel de ville de Yaoundé, journée à l’issue de laquelle ce document a été finalisé par les sois d’experts constitutionnalistes et de consultants
en GENRE et Droits Politiques.

Cette déclaration déclare que le partage du pouvoir politique est une nécessité et qu’au surplus le partage du pouvoir économique entre les hommes et les femmes prépare à une économie plus équitable, plus juste et plus prospère.

Les femmes prennent position et :

- Disent oui à une reforme de notre loi fondamentale qui tienne compte de la place de la femme dans tous les aspects de la vie civile, politique, économique, sociale et culturelle.

- Affirment leur attachement à l’égalité et à la parité à tous les niveaux et dans tous les domaines de la gestion des affaires de la Cité.
- Intègrent la perspective de genre dans la gouvernance et les processus de décentralisation actuels, essentiel pour atteindre un développement humain durable équitable et inclusif.

- Proposent en conséquence que l’exigence de parité sus – évoquée, indice de démocratie, de justice sociale, de civilisation et de modernité, soit consignée dans un article du dispositif constitutionnel afin d’en garantir la pleine justiciabilité.

- Que soit abrogé purement et simplement le tiret 17 du Préambule de l’actuelle Constitution qui dispose que « la nation protège la femme… », comme contraire au principe de l’égalité.

- appellent à une révision constitutionnelle et soumettent cinq articles qui ont pour objectif d’institutionnaliser la parité et de créer un observatoire de la parité.

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter