Genre en action

Réseau international francophone pour l’égalité des femmes et des hommes dans le développement.

Accueil > Archives > Intranet FSP genre > Outils pratiques & documents sur l’intégration du genre > Documents de formation des projets, rapports de formations et (...) > Compte rendu atelier sous-régional de formation année 2 Tchiwara

Compte rendu atelier sous-régional de formation année 2 Tchiwara

lundi 13 juin 2011

Le consortium 1 Tchiwara a tenu un atelier sous-régional de formation au genre pour l’année 2 du FSP à Keur Moussa au Sénégal, du 2 au 4 février 2011

COMPTE RENDU DE L’ACTIVITE INTRODUCTIVE

ATTENTES ET CRAINTES

L’atelier commence par une présentation ludique des participantes et participants, (balle envoyée à une personne qui parle puis l’envoie à une autre, de façon à maintenir l’attention de tous et de briser la glace).

Ensuite les attentes et craintes par rapport au programme et au déroulé de l’atelier sont recueillies et prise en notes sur des cartes ; les cartes restent affichée durant tout l’atelier et permet à chacun de suivre l’évolution des choses ; au moment de l’évaluation finale, il est bon de les reprendre pour confronter son évaluation à ses craintes ou attentes initiales.

Lors de cet atelier, l’évaluation s’est faite hors de la salle de travail, dans la cour du centre ASES, par une ronde d’idées, les cartes n’ont pas été reprises. Les participants étaient fatigués, une évaluation très formelle aurait été difficile. Cependant il serait possible de mettre des réactions sur le wiki ensuite.

Les attentes formulées ont été plus nombreuses que les craintes, notamment parce qu’il s’agissait d’un deuxième atelier international et que la moitié des participant-es se connaissaient déjà.
Sur 35 participantes et participants, 18 étaient présent-es à l’atelier de lancement de Ouagadougou en février 2010. Et 8 avaient participé également à la conférence et à l’atelier organisés par Afrique Verte durant le SIAO les 4 et 5 novembre 2010. L’atelier de Keur Moussa se situaient donc dans une certaine continuité.

ATTENTES.
Nous les avons classées en trois groupes.

1. premier groupe : échanger
- Mutualiser la première année d’expérience
- Apprendre des autres
- Bénéficier de l’expérience des uns et des autres pour mieux réussir
- Faire le point des différentes expériences des projets
- Ressortir grandi des expériences des autres
- Des échanges fructueux
- Echanger des idées pour aller plus loin avec les femmes
- Nous inspirer des initiatives des autres membres du consortium
- Echanger des solutions aux difficultés
- Echanger sur les expériences et et corriger les insuffisances
- Profiter des expériences acquises par les autres

Elles concernent en premier lieu de désir d’échanges avec les autres projets du consortium. En effet comme l’a souligné Hubert de Beaumont de Tech Dev, tous les FSP ou tous les consortiums ne comportent pas nécessairement un volet échanges. C’est une force de ce programme que de le faire.
L’apprentissage né des échanges est "horizontal", au moins aussi riche, et complémentaire de la formation conventionnelle, "verticale" apportée par un ou une formatrice sur le genre. La formation est donc conçue en bonne partie sur une méthodologie d’apprentissage entre pairs, les questions posées permettant aux participants de se poser des questions nouvelles, de creuser dans la discussion, d’élaborer des perceptions nouvelles et de tirer des conclusions de leur expérience. Cet apprentissage participatif est donc une démarche fortement attendue des participants.

2. Echanger sur les outils genre

- Echanger sur les outils genre
- Est-ce que les outils pratiques ont été mis en pratique
- Echanger sur les outils
- Ensemble réfléchir sur les acquis et et voir comment avancer

Des précisions sont ainsi apportées sur les points que les participants souhaitent aborder, et qui sont effectivement prévus dans le programme : ce retour sur l’utilisation des outils enseignés et pratiqués à Ouagadougou (cartographie de la division du travail et des territoires, budgets temps, tableau accès et contrôle des ressources, ainsi que les questionnaires individuels de suivi des changements vécus par les femmes ou leurs maris) avait été abordé lors de la formation durant le SIAO. Un premier retour sur expérience avait été réalisé lors de la deuxième journée de formation.
Un compte rendu de ces échanges a été distribué aux participants dans leur dossier, pour permettre à ceux qui n’étaient pas présents de s’en saisir.

Durant l’atelier, ce module a du être compacté, en raison d’un temps plus long rendu nécessaire par l’exercice précédent.

Il est souhaitable dès lors que le compte rendu du SIAO soit lu et commenté, pour que d’autres retours d’expérience puissent être partagés.

3. Apprendre de nouvelles connaissance
s

- Apprendre car je suis nouveau, échanger
- Avoir plus d’information sur les projets
- Maitriser plus l’approche genre
- Lever et solutionner les problèmes genre au Niger.
- Corriger les erreurs

Ces attentes émanent surtout des personnes nouvelles, mais également de celles qui souhaitent avancer dans leur formation sur les questions de genre.

CRAINTES :

- INSATISFACTION DES PARTICIPANTS
- ETRANGERE AUX DEBATS
- DYNAMISME DES PARTICIPANTS
- SUIVRE LES ECHANGES PENDANT 3 JOURS
- ATTENTION DES PARTICIPANTS

Elles ont été assez peu nombreuses, essentiellement parce qu’une bonne partie des participant-es connaissaient la méthodologie participative et connaissaient une bonne partie des autres personnes.
Les craintes exprimées concernent les contenus, la méthodologie, la crainte de ne pas s’intégrer, de comprendre, ou la durée de la formation pour les "nouveaux".

On verra dans l’évaluation que la plupart de ces craintes se sont dissipées.

- Télécharger ci-dessous l’intégralité du rapport de formation (word, 46 pages, 4 Mo)