Dame Nation, par Rada Ivekovic

Le principe de maintien de l’identité, la souveraineté - immobilise. Il opère
l’auto-fondation du propre par le partage de la raison. Les constructions telles que
la différence des sexes, la nation, sont instrumentales à cet effet, et
interdépendantes. la
différence des sexes est un "premier" différend, constitutif de la communauté et
de la nation.

Le principe de maintien de l’identité, la souveraineté - immobilise. Il opère
l’auto-fondation du propre par le partage de la raison. Les constructions telles que
la différence des sexes, la nation, sont instrumentales à cet effet, et
interdépendantes. Mais la conservation de la continuité est faite d’interruptions.
De sorte que le prix de la communauté (sous l’égide de l’un-ego) est paradoxalement ce qui sépare. Cette scission est la condition même de la communauté. Or, la
différence des sexes est un tel "premier" différend, constitutif de la communauté et
de la nation.

Quel est l’"au-delà" de la souveraineté ? C’est la surabondance de soi. La politique
est, sous cet angle là, passion (une passion de soi-même) et homodoxie. Il n’est pas
étonnant alors que la sexualité soit un enjeu de pouvoir pouvant aller jusqu’à
sacraliser la domination. Mais la "différence des sexes", et plus encore le "genre",
ne sont qu’une forme fondamentale, car normative du partage de la raison, ou de
son arrêt. Ils sont ontologiquement "faibles", d’où leur caractère rituel, directif,
suppléant à leur manque de substance. Le sexe est une idée forte, constituante de
l’"identité" sexuelle comme de toute identité.

L’auteur

Rada Ivekovic, philosophe, est née en 1945 en Yougoslavie. Elle est professeure à
l’Université de Saint-Etienne.
Livres sur des thèmes apparentés :
Le sexe de la
philosophie. Jean-François Lyotard et le féminin (L’Harmattan, Paris 1997) ; avec
Julie Mostov,
From Gender to Nation (livre collectif), (Longo Editore, Ravenne
2002) ;
Le sexe de la nation (Léo Scheer, Paris 2003).

Table des matières

I. L’inertie de l’identique, l’autofondation du propre
1-Le principe d’identité et d’auto-génération. Les identités
La citoyenneté
Indentité
Le corps parlé, la langue sans perte

2-L’image impossible
3-La contrainte contradictoire assurant la soumission

4-Une sexuation de la subjectivation
Le portrait et les conquêtes géographiques
Le partage de la raison et la différence des sexes
Le maître et l’esclave, le maître et la femme
Les femmes et le programme national

5-La dépossession de soi et l’inadéquation de l’opposition
sujet-objet : le paradoxe existentiel

6-Le différend des sexes : le politique par delà l’écran de la pensée/du langage

II. Echelles de la violence

7-La communauté et la société. Temps et violence

8-La fratrie et les patriarchies

9-La sexuation de la nation et du discours
Les maraines de la nation

10-Violence et viols dans la constitution de l’ego et le rôle du langage
La ritualisation de la violence et l’honneur par les femmes

III. Ethnie, nation et difféence des sexes en Amérique Centrale

11-La violence et la guerre
12-Les Maya entre ethnies et nation
L’indigénisme Zapatiste

13-Guatemala : femmes et indigènes, la double oppression

Pour vous procurer cet ouvrage :
Istituto per l’Europa Centro Orientale e Balcanica
Europe and the Balkans International Network
University of Bologna - Forlì Campus
via Sigismondo Marchesi, 12
47100 Forlì, European Union - Italy
phone +39 0543 21995
fax +39 0543 23351
e-mail : marina.mantini chez poloforli.unibo.it

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter