Document d’orientation stratégique de la France en matière de Droits et Santé des Femmes

Ce document d’orientation stratégique (téléchargeable) détaille la stratégie française de coopération santé dans le domaine spécifique de la santé des femmes dans le monde, en particulier dans les pays en développement. Il prend en compte les aspects de droits liés à la santé et fait le lien avec le document d’orientation stratégique « genre » (également téléchargeable) pour ce qui concerne la santé des femmes.

La santé est un droit inaliénable et universel refusé à des centaines de millions de femmes dans le monde. Ce document jette les bases de toutes les actions bilatérales, multilatérales ou sous d’autres formes (coopération décentralisée, soutien aux ONG, etc.) que la France souhaite soutenir dans le monde. Cette politique et cette stratégie devront bien entendu s’adapter à chaque contexte.

La problématique du droit à la santé des femmes s’inscrit dans la problématique plus large du développement. Il ne peut y avoir de développement durable avec l’exclusion d’une moitié de la population, souvent la plus active. "(…) Il ne peut y avoir de stratégie efficace de développement dans laquelle les femmes ne jouent pas un rôle central. Lorsque les femmes sont impliquées, les effets sont immédiats : les familles sont en meilleure santé et sont mieux alimentées ; leur revenu, épargne et capacité à réinvestir augmentent. Et ce qui est vrai pour les familles l’est également pour les communautés et, tôt ou tard, pour des pays entiers" (Kofi Annan, Secrétaire Général des Nations Unies, le 8 mars 2003).

Pour des raisons éthiques évidentes et pour que les femmes puissent jouer pleinement leur rôle moteur dans le développement, il faut mettre en œuvre parallèlement des actions visant à améliorer leur statut et donc leurs droits et des actions visant à améliorer leur santé, les deux actions étant interdépendantes.

Il peut paraître surprenant que la reconnaissance universelle que les droits des femmes soient des droits humains n’ait que 24 ans (Conférence mondiale sur les Droits de l’Homme, 1993). Or, "être femme signifie encore dans de nombreux pays faire partie de la moitié de la population la plus pauvre, la moins éduquée, la moins en bonne santé et la plus marginalisée".

Télécharger le document :

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter