Empowerment : appropriation ou réappropriation de son pouvoir

Synthèse d’une revue de la bibliographie concernant les définitions de l’empowerment, le rôle des intervenants en empowerement et les notions sous-jacentes. Si l’empowerment représente un concept clé de l’approche genre et développement d’où il a émergé, il est aujourd’hui également utilisé dans d’autres contextes et dans le cadre d’autres revendications que celles des femmes.
(photo : Camps réfugiés Darfour, décembre 2004, Cécile Thimoreau)

Empowerment : appropriation ou réappropriation de son pouvoir
(Se réapproprier sa puissance ?)

DÉFINITION DE L’EMPOWERMENT

Les auteurs ont élaboré plusieurs définitions concernant le concept d’empowerment (Rappaport, 1984). Selon les contextes, on peut conceptualiser la notion d’empowerment et s’y référer à la fois comme théorie, cadre de référence, plan d’action, but, idéologie, processus, résultat (Hawley & Mc Wrirter, 1991) ou conséquence (Gibson, 1991).
L’importance démontrée d’une compréhension pluraliste de ce concept nous amène à aborder les questions de recherche à différents niveaux, (individuel, social et communautaire) et selon différentes perspectives (psychologique, organisationnelle, sociale, éthique, communautaire et politique (Gibson, 1991). Nous présentons ici ces différents niveaux et perspectives.

L’analyse du concept d’empowerment réalisée par Le Bossé et Lavallée (1993) a permis de dégager certaines constantes se retrouvant dans la majorité des définitions applicables à l’empowerment. Les notions de caractéristiques individuelles (le sentiment de compétence personnelle, de prise de conscience et de motivation à l’action sociale), ainsi que celles liées à l’action, aux relations avec l’environnement et à sa dimension dynamique font l’unanimité.

Au plan individuel, Eisen (1994) définit l’empowerment comme la façon par laquelle l’individu accroît ses habiletés favorisant l’estime de soi, la confiance en soi, l’initiative et le contrôle. Certains parlent de processus social de reconnaissance, de promotion et d’habilitation des personnes dans leur capacité à satisfaire leurs besoins, à régler leurs problèmes et à mobiliser les ressources nécessaires de façon à se sentir en contrôle de leur propre vie (Gibson, 1991 p. 359). Les notions de sentiment de compétence personnelle (Zimmerman, 1990), de prise de conscience (Kieffer, 1984) et de motivation à l’action sociale (Rappoport, 1987, Anderson, 1991) y sont de plus associées. L’empowerment individuel comprend une dimension transactionnelle qui se joue aussi au plan social et collectif car il implique une relation avec les autres. À cet effet, Katz (1984) le représente comme un paradigme synergique où les personnes sont interreliées, où il y a un partage des ressources et où la collaboration est encouragée. Il demande un effort individuel qui est alimenté par les efforts de collaboration et un changement de l’environnement (Wallerstein & Bernstein, 1988).

À ce niveau, la notion d’empowerment psychologique est primordiale. Elle est définie comme un sentiment de grand contrôle sur sa vie où l’expérience individuelle suit les membres actifs dans un groupe ou une organisation. Cette notion se construit sur des niveaux de développement personnel, de soutien mutuel de groupe, de participation et d’organisation. Elle peut apparaître sans la participation d’une action politique ou collective et l’unité d’analyse est l’individu (Rissel, 1994). L’empowerment psychologique est nécessaire mais insuffisant pour l’accomplissement de transformations et de changements de niveau social ou collectif. Rappoport (1987) estime que si la psychologie communautaire doit encourager la reconnaissance de la diversité culturelle, c’est essentiellement parce que cela est nécessaire au développement de l’empowerment. Il en est de même pour la prévention, le développement des communautés, la démocratie participative, la relation entre chercheurs et participants, les réseaux de soutien, les groupes d’entraide, etc.

Rappoport (1987) transforme la notion d’empowerment, jusqu’alors utilisée pour exprimer une intention abstraite, en un objectif explicite, celui qui doit être au coeur de toutes les réflexions. L’empowerment comporte quatre composantes essentielles : la participation, la compétence, l’estime de soi et la conscience critique (conscience individuelle, collective, sociale et politique). Lorsque ces quatre composantes sont en interaction, un processus d’empowerment est alors enclenché. Ce processus proactif est centré sur les forces, les droits et les habiletés des individus et de la communauté, plutôt que sur les déficits ou les besoins (Gibson, 1991, Anderson, 1996).

Hawley et Mc Whirter (1991) ajoutent à la dimension individuelle et à tout ce qui précède, les perspectives sociales et communautaires lorsque l’empowerment se situe au niveau collectif ou communautaire. L’empowerment contribue au développement de la santé communautaire par les attitudes, les valeurs, les capacités, les structures organisationnelles et le leadership. À cet effet, les attitudes et les valeurs sont associées au degré avec lequel les individus ont le "sens communautaire", les capacités réfèrent aux connaissances et habiletés de la communauté ou de ses membres ; la structure organisationnelle réfère au développement des organisations locales ; et le leadership pour les individus et les organisations est l’opportunité d’exercer leur initiative au plan communautaire (Lackey, Burke, Peterson,1987).

L’empowerment communautaire devient un processus au moment où il y a interaction entre la coopération, la synergie, la transparence et la circulation de l’information, le tout basé sur les forces du milieu. Il est le résultat de la participation dans des actions politiques et collectives et il requiert la participation active des personnes où la redistribution des ressources est favorable pour le groupe. L’unité d’analyse devient le groupe ou la communauté. L’empowerment communautaire se déroule en plusieurs étapes : la découverte des membres du milieu entre eux ainsi que le dialogue et l’établissement d’un sentiment d’appartenance au groupe. Après concertation, le groupe pose un diagnostic de la situation dans lequel il se trouve et formule par la suite des objectifs à atteindre (Lackey, Burke, Peterson,1987). Dans une approche de santé communautaire, l’empowerment touche le plus souvent des groupes de personnes sans pouvoir reconnu. Il est primordial de renforcer les forces souvent inutilisées de ces individus. Cibler les forces existantes devient bénéfique pour l’ensemble du groupe. Il est à noter que dans un tel processus, les conflits peuvent surgir. Les personnes impliquées doivent prioritairement trouver des stratégies pour diminuer ou régler ces conflits.

L’un des objectif de l’empowerment communautaire est de rendre la communauté capable d’analyser sa situation, de définir ses problèmes et de les résoudre afin qu’elle jouisse pleinement de son droit aux services de santé. Les stratégies d’intervention peuvent être l’animation à la base (méthodes de communication interpersonnelles, groupes de discussion), la formation en séminaire, en atelier, l’appui financier et logistique de ces comités ainsi que le suivi des activités. Au niveau des structures de santé, l’objectif retenu est le renforcement de la capacité des intervenants à remplir leurs rôles de techniciens de la santé et d’accompagnateurs de la population dans son action sociale. Les stratégies opérationnelles deviennent la formation ou le recyclage en cours d’emploi des professionnels de la santé, l’appui financier et logistique aux structures sanitaires, le suivi et l’évaluation des activités (Eisen, 1994).

Dans une perspective organisationnelle, l’empowerment réfère principalement au transfert du pouvoir de l’équipe d’intervention vers une clientèle (Cornwall & Perlman, 1990). Socialement, l’empowerment a une influence potentielle sur la formulation des politiques de santé publique et la formulation des programmes de santé (Wallerstein & Bernstein, 1988).

Dans la perspective politique, l’empowerment est le résultat qui permet de changer les structures actuelles et les relations de pouvoir entre les diverses instances, les intervenants et les individus (Sherwin,1992). L’expérience a démontré que les programmes qui associent la population à leur gestion ont souvent mieux réussi que d’autres. Il est souhaitable de développer chez certains membres de la communauté l’expertise nécessaire pour l’auto-gestion de programme au fur et à mesure qu’il évolue. En adoptant cette politique, on économise des ressources rares qui servent à soutenir des experts étrangers au milieu alors qu’une main d’oeuvre locale valorisée offrirait de meilleures garanties au plan des coûts et des bénéfices pour la communauté. La formation des intervenants vise le transfert des outils, des techniques et donc de l’expertise à la base.

Selon, Beaulieu, Shaminan, Donner et Pringle (1997) d’autres dimensions sont liées au succès de l’empowerment, comme le soutien, l’information, les ressources et la créativité (Chally, 1992). Lorsque mises en application, il est démontré que ces dimensions peuvent contribuer à favoriser l’augmentation de la confiance et du pouvoir chez les individus ou les collectivités en matière de santé (Chally, 1992).


RÔLES DES INTERVENANTS EN EMPOWERMENT

Différents professionnels de la santé jouent à leur façon un rôle déterminant dans le renouveau des systèmes de santé vers une plus grande accessibilité aux services. Dans une perspective d’empowerment ces professionnels doivent garder à l’esprit que le système social à privilégier est celui dans lequel les personnes exercent un contrôle direct sur les décisions et les événements qui ont un impact sur leur vie quotidienne (Rappaport, 1987). Les intervenants doivent ainsi être sensibilisés et comprendre que des forces sociales, politiques et économiques complexes, modulent la vie des individus. Il est important que le potentiel individuel et communautaire à exercer des changements constructifs dans leur environnement soit investigué et reconnu. Il s’agit de reconnaître l’expérience subjective des personnes comme expertes de leur propre vie. Les professionnels doivent partager l’information avec leur clientèle ou le groupe communautaire (Hawley & Mc Wrirter, 1991). L’empowerment implique des liens de collaboration aux plans pratique, administratif et professionnel. Ainsi, indépendamment du secteur d’activité, il est essentiel de soutenir les rassembleurs autour de projets concrets qui amènent les femmes et les hommes à s’impliquer collectivement pour l’amélioration de la qualité de vie de la population et de leur milieu.


CONCEPTS SOUS-JACENTS À L’EMPOWEREMENT

La compétence personnelle, la prise de conscience, la motivation, l’information, la créativité, le pouvoir, les valeurs, la coopération, la participation active, le dialogue et la promotion, pour ne nommer que ceux-ci, sont tous des concepts sous-jacents aux différentes définitions accordées à l’empowerment.


RÉFÉRENCES

AQUIRRE-MOLINA M., PARRA P.A., (1995). Latino youth and families as active participants in planning change : A description of the process of a community-univerity partnership, (R.E. Zambrana, ed.). Understanding Latino Families : Scholarship, Policy and Practice, Sage, Newberry Park, CA. Pp. 130-153.

ANDERSON J.M., (1991). Immigrant women speak of chronic Illness : the social construction of the devalued self. Journal of Advanced Nursing. 16. p. 710-717.

ANDERSON J.M., (1996). Empowering patients : Issues and Strategies. Social Sciences Medicine. Vol. 43 no 5 p. 697-705.

BEAULIEU R., SHAMINAN J., DONNER G. et PRINGLE D., (1997). Empowerment and Commitment of Nurses in Long-term Care. Nursing Economic. vol 15 no. 1.

CARBONU DM., SOARES J.M., (1997). Forensic Nursing in Pakistan Bridging the gap between victimized women and health care delivery systems. Journal of psychosocial nursing. Vol. 35. No 6.

CARDACI D., (1997). Health Education in Latin América : the difficulties of community participation and empowerment. Promotion et Education. Vol, 4 p. 20-22.

CHALLY P.S., (1992). Empowerment through teaching. Journal of Nursing Education. 31 (3) : 117-120.

Closter to Home ; Report of the British Columbia Royal Commission on Health Care and Costs, Crown Publications, Victoria (1991).

CORNWALL J.R., et PERLMAN B., (1990). Organizational entrepreneurship. Homewood. II Irwin.

DEVKOTA P.L., (1992). Reflexion on participation development in rural Nepal : an insider’s perspective. Kathmandu, Nepal and Calgary, Canada, Nepal health development. Projet, 1992.

DOWLER J.M., SIMPSON D.A, ADAMS O., (1992). Inégalités dans la prestation des soins au Canada. Health Reports. Vol. 4. p. 125-136.

DROLET M., (1997). L’empowerment appliqué à l’intervention familiale individualisée : Démarche de conceptualisation et pistes pour la recherche. Résumé de publication, 4e symosium québécois de recherche sur la famille. Université du Québec, Trois-Rivières.

DROUIN M.C., GENDRON D., JUTRAS F., LAPRISE L., CHAUVETTE A., MARCHESSAULT D., (1997). Le projet mère-veille. Quant le CLSC et les organisations communautaires du milieu se mobilisent autour de jeunes femmes en difficulté. Résumé de publication, 4e symosium québécois de recherche sur la famille. Université du Québec, Trois-Rivières.

DUCHESNE D., (1989). Giving Freely : survey of volonteers in Canada. Statistiques Canada. Catalogue 71-602. Ottawa : Approvisionnements et Services Canada.

DUNCAN S.M., (1996). Empowerment Statistiques in Nursing Education : A foundation for Population-focused clinical studies. Public Health Nursing. 13. (5). 311-317.

EISEN A., (1994). Survey of neighborhood-based, comprehensive community empowerment initiatives. Health Education Quaterly, 21 (2), 235-252.

FREIRE P., (1988). Pedagogy of the oppressed. Ney-York. N.Y. Continuum.

GALLAGHER F., MORIN D., ALARY J., PAUL D., ARCHAMBAULT J., ST-CYR TRIBBLE D., (1997), Les réseaux de soutien familiaux. Le regard des familles. Résumé de publication, 4e symosium québécois de recherche sur la famille. Université du Québec, Trois-Rivières

GIBSON C.H., (1991). A concept analysis of empowerment. Journal of Advanced Nursing, 16, 354-361.

HAWLEY et MC WHIRTER E., (1991). Empowerment in counseling. Journal of Counseling & Development, 69. 222-227

JUTRAS S., VEILLEUX F., Informal Care-guiving. Correlates of Perceived Burden. La revue Canadienne du vieillissement. 91 10-1 p. 40-55.

KALYANPUR M., & RAO S.S., (1991). Empowering low-income black families of handicapped children. American Journal of Orthopsychiatry, 61 (4), 523-532.

KATZ R., (1984), Empowerment and Synergy : Expanding the community’s healing ressources. Prevention in Human Services. 3. P. 201-226.

KIEFFER C.H., (1984). Citizen empowerment : A developmental perspectives. In J. Rappaport, R. Hess, & C. Swift (EDS.), Studies in empowerment : Steps toward understanding and action. New York : The Hayworth Press.

LABONTÉ R., (1994). Health Promotion and Empowerment : Reflections on Professional Practice. Health Eduction Quarterly, 21, 253-268.

LE BOSSÉ Y., LAVALLÉE M., (1993). Empowerment et psychologie communautaire Aperçu historique et perspectives d’avenir. Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale. no 18. p 7-20.

LESSEMANN F., (1997). État-Providence ou familles-providence : De quelques enjeux des récentes réformes ministérielles. Résumé de publication, 4e symosium québécois de recherche sur la famille. Université du Québec, Trois-Rivières.

LÉVESQUE C., RAINS C., BLONDEAU H. (1997)., Familles autochtones d’hier et d’aujourd’hui. Résumé de publication, 4e symosium québécois de recherche sur la famille. Univesité du Québec, Trois-Rivières

LOWE G.S., (1989). Women, paid\unpaid work, and stress. New directions for research. Ottawa : Canadien Advisory Council on the status of women.

MARTIN C., ANCTIL H., (1992). Promotion de la santé vers l’adoption créatrice. Les Cahiers Santé Société, La Promotion de la santé, une perspective, une pratique

MC FARLANE J., KELLY E., RODRIGUEZ R., FEHIR J., (1994). De Madres à Madres : Women Building community coalitions for health. Health Care for Women International. 15 p. 465-476.

MCKNIGHT J.L., (1987), Regenerating Community, Social Politique 54-58.

MILLER M., (1985). Turning problems into Actionable Issues. Organize training Center. San Francisco, CA.

Ministère de la santé et des services sociaux., (1992). La politique de la santé et du bien-être. Québec : Gouvernement du Québec, Ministère de la santé et des services sociaux.

NGO BEBE D., DUMBI T., BUTEVO P., & BAKANSEKA I., (1995), Le paradoxe de la particiaption communautaire aux soins de santé primaire au Zaire. Promotion & Education, vol 2\4, p. 29-33.

RAPPAPORT J., (1984). Studies in Empowerment : introduction to the Issues. Prevention in Human Services. 3. P.1-17.

RAPPAPORT J., (1987). Terms of empowerment/exemplars of prevention : toward a theory for community psychology. Américan Journal of Community Psychologie, 15, 121-148.

RISSEL C., (1994). Empowerment : the holy grail of health promotion ?. Health Promotion International. 9 (1), 39-47

ROCHON A., (1988). L’éducation pour la santé : un guide F.A.C.I.L.E., Montréal, Les Editions d’Agence d’Arc.

SHERWIN S., (1992). No Longer Patient : Feminist Ethics and health Care. Temple University Press. Philadelphia.

SINIGER M.A., (1995). Community participation in health care decision making : Is it feasible ? Canadian Medical Association Journal, 15, 153 (4). P. 421-424

Statistiques Canada., (1988). Statistiques sociales du logement et des familles. Enquêtes sociales générale : cycle deux : emploi du temps et mobilité sociale (non publié).

Statistiques Canada., (1990). Statistiques sociales du logement et des familles. Enquêtes sociales générale : cycle cinq : Familles et amis (non publié).

SYME S.L., (1986), Stratégies for health promotion. Preventive Medicine, 15, 492-507

TOCHON F.V., MIRON J-M., ROUILLARD Y., PARTICIU S., PÉPIN M., (1997). Compte-rendu des travaux de laboratoire Langages, communication et interactions en éducation en matière de compétence parentale en milieux défavorisés et pluriethniques. Résumé de publication, 4e symosium québécois de recherche sur la famille. Université du Québec, Trois-Rivières

WALLERSTEIN N., (1992). Powerlessness, empowerment and health : implication for health promotion programs. American Journal of Health Promotion. 6 (3) p. 197-205.

WALLERSTEIN N., & BERNSTEIN E., (1988). Empowerment Education : Freire’s Ideas Adapted to Health Education. Health Ecucation Quarterly. Vol 15 (4)., 379-394.

WALSH R.T., (1987). A social historical note on the formal emergence of community psychology. American Journal of Community Psychologie. 15 (5) p 523-529.

WEISS J.R., Wallerstein N., MacLean T., (1995). Organizational development of a univerity-based. Interdisciplinary Health Promotion Projet. American Journal of Health Promotion, vol.10 no.1. p. 37-46.

Zambrana R.E., (1996), The Rôle of Latino\Hispanic Communities in Health Services Research : Strategies for a Meaningful Partnership. Journal of Medical Systems. Vol 20, no 5. pp. 317-328.

ZIMMERMAN M.A., (1990). Taking aim on empowerment research : On the distinction between individual and psychological concepts. Américan Journal Psychology 18 : 169-177.


Origine : http://www.chez.com/brunofortin/sme...

Origine des textes : http://www.cewh-cesf.ca/PDF/cesaf/p...

Origine : http://www.cesaf.umontreal.ca/f.res...

Source : http://1libertaire.free.fr/Puissanc...

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter