Genre en action

Réseau international francophone pour l’égalité des femmes et des hommes dans le développement.

Accueil > Archives > Intranet FSP genre > Outils pratiques & documents sur l’intégration du genre > Outils méthodologiques genre FSP > Fiche diagnostic genre

Fiche diagnostic genre

lundi 1er février 2010, par Yveline Nicolas

Note 1 – Faire un premier diagnostic de nos projets au regard de l’objectif d’intégration du genre

Pôle genre Programme AGLAE – janv 2010 - élaboré par Yveline Nicolas ;
ynicolas@adequations.org

A noter : les documents indiqués à consulter sont des documents de travail déjà transmis ou à transmettre aux responsables de projets et structures d’appui / expert-es genre.

Introduction : informations à connaître sur le contexte de notre programme

Le Consortium 2 du Fonds de solidarité prioritaire (FSP) du ministère français des Affaires étrangères et européennes (MAEE) est composé des ONG : Adéquations, Aster-International, Ethnik, Equilibres & Populations, Guilde du Raid, Terre des Hommes France . Il va mettre en œuvre, entre 2010 et 2012, le programme AGLAE (Approche Genre Levier de l’Activité Economique). Le programme AGLAE est constitué de 5 projets que nous avons réfléchis ensemble et qui s’articulent les uns aux autres, au Burkina Faso, Niger, Togo, Bénin.

AGLAE prévoit un volet transversal Intégration du genre dans les projets qui comporte un diagnostic genre, une formulation d’objectifs et d’indicateurs, l’accompagnement des acteurs, une capitalisation. Ce volet transversal est un facteur de cohérence des projets et d’échanges de compétences entre les acteurs. Il est mis en œuvre en lien étroit avec le Consortium 1, puisque l’ensemble du Fonds de solidarité prioritaire du ministère des Affaires étrangères a pour objectif l’intégration de l’approche genre dans les projets, en vue de favoriser l’objectif d’égalité des femmes et des hommes, autonomisation des femmes, et le changement des mentalités.

Pour aider à l’intégration du genre dans toutes les phases des projets AGLAE, un pôle genre est mis en place, constitué des trois ONG françaises Adéquations, Aster, Equilibres & Populations et d’une structure d’appui / expert-e genre par pays, qui sera identifiée et recrutée en début de projet.

Dans la phase actuelle de démarrage, l’objectif est d’acquérir une culture commune de ce qu’est « l’approche genre », afin de commencer par un diagnostic des projets et des structures porteuses au regard de l’approche de genre.

Ce diagnostic, mis en œuvre par les structures d’appui ou expert-es genre Ouest africain-es et les responsables des différents projets, permettra de définir une stratégie genre pour chaque projet avec des objectifs et des indicateurs clairs, précisant et complétant les indicateurs provisoires déjà mentionnés dans les projets. Le résultat attendu est, chez les actrices et bénéficiaires des projets, des changements socio-économiques vers plus d’égalité entre femmes et hommes et plus d’autonomisation des femmes ; et chez les partenaires, équipes locales, structures d’appui et ONG françaises une compétence accrue à l’approche genre et à sa mise en œuvre.

Nous sommes donc dans un processus de co-apprentissage en matière de genre et de co-construction d’objectifs et d’indicateurs en matière d’égalité femmes-hommes, de changements des mentalités, et de création, ensemble, d’indicateurs pour mesurer nos progrès et nos réalisations.

Calendrier

Calendrier proposé des phases diagnostic et formulation des objectifs

- Début décembre 09 : identification des structures d’appui ou expert-es genre et note de cadrage de leur intervention
à consulter : fiche de mission des expert-es genre
- Fin novembre à fin janvier :
Diagnostic des projets et des structures au regard du genre
Première définition d’indicateurs
Première définition d’objectifs dans le domaine de l’autonomisation des femmes et du plaidoyer pour l’égalité économique et décisionnelle
Calage ensemble de l’atelier sous-régional
- Semaine du 22 février 2010 : atelier sous-régional à Ouagadougou réunissant les ONG, leurs partenaires, les expert-es genre afin de valider les objectifs, indicateurs, axes de plaidoyer genre des projets. Une partie de l’atelier réunira les ONG des deux consortiums. L’organisation de cet atelier est coordonnée par Equilibres & Populations, qui a un bureau à Ouagadougou (avec ASMADE).


Diagnostic genre initial

1/ Connaissez vous le profil genre de votre structure ?

- Avez vous dans votre organisation des personnes formées dans l’approche de genre ? Quelles fonctions occupent ces personnes ?
- Prévoyez vous de former des collaborateurs et collaboratrices en genre ? Qui ?
- Connaissez vous parmi les structures proches de la votre des personnes-ressources formées en genre auxquelles vous pouvez faire appel ?
- Utilisez vous déjà des outils pratiques du genre dans la conduite de vos projets ? (méthodologie, indicateurs…) ? Si oui, lesquels ?
- Parmi les personnes qui vont mettre en œuvre le projet directement ou indirectement
combien d’hommes ? (et leurs fonctions)
combien de femmes ? (et leurs fonctions)

- Dans votre documentation, disposez vous déjà d’études, de diagnostics, d’évaluations genre dans le domaine d’intervention de votre projet ?
- Quelles seraient les structures proches de la vôtre qui sont déjà intervenues dans des domaines proches et pourraient disposer de documents de diagnostic et d’évaluations ? Pourriez vous les récupérer ?

2/ Quelques recherches que vous pouvez faire pour un diagnostic genre du contexte

- Où en est votre pays en matière de genre et d’égalité ? Votre pays a-t-il une stratégie genre ou égalité femmes-hommes, ou promotion de la femme ? Pouvez vous vous la procurer ?
- Quelles sont les articulations possibles du secteur d’intervention de votre projet avec les politiques genre, égalité, promotion des femmes et les politiques de développement aux niveaux national et local ? Votre projet entre-t-il dans les objectifs de ces politiques ? Lesquels ?
- Exemple : le projet Niger du FSP Appui aux femmes artisanes nous a communiqué un document « Analyse genre des politiques et programmes des ministères », qui donne des recommandations formulées par le ministère du Tourisme et de l’Artisanat

- Avec quelles structures et politiques étatiques nationales / régionales votre projet est-il lié ? comment va-t-il participer de ce fait à la mise en œuvre des objectifs du pays ?
(ex. : DSRP, objectifs fixés par la stratégie genre du pays, plan de développement de l’entreprenariat, plan agricole et alimentaire, etc.)
- Quelles structures interviennent déjà dans le domaine économique (chambres de commerce et d’industrie, chambres d’agriculture, des métiers, etc.) ? Ont-elles des plans d’action pour aider le secteur formel ou informel ? Des objectifs concernant les femmes ?
- Ya-t-il déjà des structures d’appui à l’entreprenariat économique des femmes, au renforcement de leurs capacités et de leurs droits au niveau global ou régional ? Pourriez vous les identifier et les contacter ?
- Quelles sont les structures d’expertise et de recherche, cursus universitaires, etc. sur le genre, dans votre pays ? Pensez vous pouvoir prendre des contacts ?
- Y a-t-il des émissions de radios rurales animées par ou destinées aux femmes, aux actions économiques, etc. ?
- Dans les trois ans de notre programme FSP, quelles sont les échéances électorales (politiques, économiques, ex. collectivités territoriales, syndicats, chambre des métiers, CCI, etc.) ? Comment le projet pourrait-il en profiter pour sensibiliser des décideurs locaux, par ex. à la parité femmes-hommes ?

- Votre pays a signé la Convention pour l’élimination de toutes les discriminations envers les femmes (CEDEF). Des rapports sont faits périodiquement sur la mise en œuvre par votre gouvernement, les connaissez vous ? Parfois, des rapports alternatifs sont faits par des organisations de la société civile, les connaissez vous ? Pouvez vous vous mettre en contact avec ces organisations ?

Pensez à faire le tour des stratégies et projets des autres acteurs des filières concernés par nos thèmes d’action : coopération française, autres coopérations internationales, organismes internationaux (Banque mondiale, Organisation internationale du travail, Unifem, etc.), autres ONG, syndicats, collectivités locales, entreprises, chambres de commerce, institutions de recherche, milieu scolaire et éducatif, associations de migrant-es en France…
Le fait de constituer progressivement une liste de ces organismes avec le contact des responsables sera très utile.

3/ Quelles sont les caractéristiques propres de votre projet au regard du genre ?

- Nombre de femmes et hommes bénéficiaires du projet
(indiquer aussi si dans le public-cible ont trouve des femmes cheffes de famille monoparentale)

Quelles sont les inégalités entre femmes et hommes ?

- Quelles sont les inégalités entre femmes et hommes, sur lequel le projet pourra agir directement ou indirectement ?
Au niveau de la famille et de la communauté : par exemple temps de travail différent, accès différent aux facteurs de production, à l’éducation, à la terre, possibilités différentes de déplacements, de transport…
Au niveau de l’environnement socio-économique : marché du travail, des métiers, de la formation professionnelle…
Au niveau global : législations défavorables, droit de la propriété, de succession, participation moindre aux responsabilités politiques, économiques…

Pensez à approfondir la nature et les modalités des inégalités économiques et décisionnelles : par ex. en matière de niveau de salaire, de capacité juridique des femmes à obtenir un crédit, à déposer des fonds dans une banque officielle, à créer et gérer une entreprise, et à en garder la gestion en cas de succession ou de modification de statut familial par exemple (veuvage, divorce…). Les inégalités les plus handicapantes au regard de l’objectif de développement d’activités économiques autonomisantes pourront ensuite permettre de formuler un axe de plaidoyer fort.

Quelles sont les activités des femmes et des hommes ?

- Quelles sont les activités socialement / traditionnellement réservées aux hommes et aux femmes dans votre secteur ?
Par ex. pour le projet Asmade au Burkina Faso : femmes vendeuses dans la rue, hommes grilleurs de viande.

- Est ce qu’il y a des évolutions, des changements en ce moment concernant ces activités traditionnelles ? Lesquels ?

- Il sera essentiel d’établir le profil d’une journée de travail des femmes et des hommes concernés : temps respectif des femmes et des hommes pour les tâches domestiques, pour l’activité productive et rémunératrice, pour l’activité associative et pour les responsabilités politique ?
Comment ferez vous pour que les femmes aient vraiment le temps de se former, de participer à des réunions du projet etc. Que peut-on déjà envisager pour résoudre le problème du temps inégal entre les femmes et les hommes ?

Avez vous bien pensé à la pertinence de votre projet en termes de filière pour les femmes
- En termes de marchés, de filières, le projet répond-t-il à un besoin, une demande exprimée ?
- Y a-t-il des débouchés réels et sur le long terme pour les femmes ?
- Y a-t-il des risques de concurrence entre des activités formelles mieux organisées et avec plus de moyens gérées généralement par des hommes et des activités plus réduites qu’on va proposer aux femmes ?

- Si les femmes augmentent leurs revenus, quels seraient les risques
de ne pas avoir le contrôle de leurs revenus
de connaître une surcharge de travail par rapport à leurs actuels travaux domestiques, productifs, communautaires… ?

4/ Identifions ensemble des objectifs de changements socio-économiques vers plus d’égalité

- D’après vous, comment le projet peut-il favoriser, au-delà de la simple « survie matérielle », c’est à dire du fait de satisfaire des besoins pratiques essentiels (revenus, santé, alphabétisation, éducation, outillage technique…) la promotion des intérêts stratégiques des femmes, c’est-à-dire la transformation de relations sociales inégalitaires par la prise de responsabilités et l’autonomie économique, familiale, sociale des femmes ?

- Quels objectifs pouvons nous fixer :
de renforcement de la présence de femmes responsables de structures locales économiques,
de passage d’un nombre de femmes d’AGR informelles de survie à des entreprises plus formelles avec un plan de développement, une capacité d’investir, une autonomie dans l’utilisation d’outils de gestion et d’internet…

- Quels objectifs pouvons nous fixer :
de sensibilisation des femmes et des hommes à l’égalité des femmes et des hommes (connaissance de textes internationaux et nationaux sur les droits, contre les violences, par ex.) ;
de renforcement de dynamiques de changements sociaux en cours (par ex. chez les jeunes, les migrant-es…) ;
de diminution de l’emprise de stéréotypes, préjugés, représentations ancrées dans les mentalités (métiers, activités, mobilités, rôles sociaux…)

- Quels premiers objectifs de plaidoyer pouvons nous fixer en direction des pouvoirs publics et économiques, en partant de nos réalisations (créations d’activités, organisation de groupes de femmes), et de la création de structures d’appui et de référentiels concrets comme celui Maison des femmes (Bénin)

- Avons nous des objectifs qui concernent des hommes ?
sensibilisations spécifiques des hommes bénéficiaires du projet sur les droits, l’égalité, les violences ?
sensibilisation de décideurs politiques et économiques au niveau local ou national ? lesquels ?
autres objectifs qui vous paraitraient pertinents ?

Indicateurs

Une de nos missions d’ici l’atelier de Ouagadougou en février : identifier avec les structures d’appui genre des objectifs et indicateurs quantitatifs et qualitatifs communs de genre dans les projets et pour l’activité en France, afin de pouvoir en discuter et les valider ensemble lors de l’atelier de février.
- Objectif et indicateurs de passage de satisfaction de besoins pratiques immédiats au renforcement d’intérêts stratégiques à plus long terme de femmes et d’organisations de femmes.
- Objectif et indicateurs de sensibilisation / formation de bénéficiaires et/ou d’encadrant-es à des aspects importants de l’égalité femmes-hommes et des droits humains.
- Objectifs et indicateurs de renforcement des capacités en genre et d’outillage en « genre et économie » des partenaires et associations Sud et Nord, en particulier les structures d’appui dont on veut renforcer et pérenniser les compétences.
- Objectif et indicateurs de plaidoyer économique et politique en lien avec un agenda local, régional, national.
- Objectifs et indicateurs d’éducation au développement et de plaidoyer en France sur un thème peu approprié par les acteurs de la solidarité internationale

A consulter : les indicateurs provisoirement formulés dans vos projets ; réfléchir à les préciser en ce qui concerne l’objectif d’égalité femmes – hommes