Il y a 2 sexes

"C’était déjà la féminisation de la pauvreté, l’insécurité sexuelle et la montée des intégrismes qui avaient motivé, il y a dix ans, la première édition de ce recueil. Le constat négatif que je faisais alors, loin d’être obsolète, est plus que jamais d’actualité. Les nouveaux textes de cette rédition attestent une régression, une contre-libération menaçante." Extrait de la seconde édition de cet ouvrage de base d’Antoinette Fouque.

Préface de la première édition 1995

Il y a deux sexes. C’est là une réalité dont l’histoire devra, désormais, faire son quatrième principe, au-delà de la liberté, de l’égalité et de la fraternité, si elle veut être en accord avec ses idéaux. Qu’est-ce que la reconnaissance intellectuelle, sociale, politique de cette réalité peut apporter au processus de démocratisation ? Comment penser et pratiquer une citoyenneté qui ait la parité pour principe ? Il y a deux sexes. La production de vivant est tripartite : un que multiplie un font un ou une à venir. Cette tripartition a toujours été dénaturée par le thème de la Trinité : trois ne font qu’Un seul. Comment rompre le cercle infernal du monos : monothéisme, monarchie, monosexualité ; autant de préfigurations de l’Universalisme ?

On trouvera ici un ensemble d’essais de penser plus avant et différemment. J’appelle féminologie ce champ épistémologique nouvellement ouvert aux côtés des sciences de l’Homme, promesse d’enrichissement réciproque. Ces sciences des femmes s’efforcent de comprendre notre savoir forclos, à la fois inconscient et exclu. Elles s’ancrent dans le lieu de la gestation, le temps de la procréation : généalogie de la connaissance et connaissance de la généalogie. En retraversant les sciences de la nature et les sciences humaines, elles iront de la gynéconomie à l’éthique.

Depuis toujours, je me suis efforcée de penser en femme d’action et d’agir en femme de pensée. J’ai choisi pour illustrer mon mouvement psychopolitique commencé il y a plus de vingt-cinq ans, de publier des textes situés entre deux dates symboliques, le 8 mars 1989 et le 8 mars 1995.

Antoinette Fouque.

(source http://www.desfemmes.fr/essais/democratie/fouque_women.htm)

Voir la présentation de la seconde édition

Réédition revue et augmentée, mars 2004
Publiée chez Le Débat-Gallimard

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter