Intégrer le genre dans la Cedeao

La Communauté Economique pour le Développement de l’Afrique de l’Ouest s’implique dans la promotion et la protection des droits des femmes
africaines.

Du 06 au 8 décembre 2005, s’est tenu à Saly Portudal au Sénégal, un atelier relatif
à l’intégration du genre dans le développement et les droits de la femme.
L’initiative en a été prise par le Centre de la CEDEAO sur le développement du genre
(CCDG) qui a invité à cette rencontre les points focaux genre des pays membres de la
CEDEAO et les membres du Conseil Consultatif dudit centre. Les travaux devraient
entre autres permettre, d’harmoniser les conceptions et outils et renforcer la
capacité des points focaux en matière de genre, de les former en droits des femmes
et adopter un plan d’action pour l’intégration du genre et des droits des femmes
dans les politiques et programmes de développement.

L’unanimité s’est faite sans difficulté sur la nécessité pour le centre et les
Etats, principalement les ministères chargés de la femme, d’inscrire désormais les
droits des femmes au cour de leur action.

Le constat a été fait de ce que tous les pays ont maintenant intégré le genre dans
les documents de stratégie de lutte contre la pauvreté et ont une politique genre.
Cependant, au titre de ce qui doit être fait, les participants ont reconnu que ces
politiques doivent être révisés afin que l’approche droit y soit intégrée. La
représentante du Mali a fait observer que ce processus de révision est en cours dans
son pays avec l’appui de l’UNICEF.

Les participants ont en conséquence décidé qu’en dehors de la CEDEF, le protocole à
la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatifs aux droits de la
femme en Afrique, ainsi que la déclaration solennelle sur l’égalité des hommes et
des femmes en Afrique constitueront le socle de leurs actions.

Aussi ont-ils inscrits entre autres points dans leur plan d’action, le lobbying pour
la ratification du protocole par les 8 pays de la sous région qui ne l’ont pas
encore fait. L’initiation de comités de révision des textes législatifs en vue de
l’harmonisation des lois nationales avec le protocole dans les pays où la
ratification et le dépôt d’instrument de ratification sont déjà une réalité, la
vulgarisation du protocole et la sensibilisation des populations sur son contenu et
celui de la Déclaration solennelle. La collaboration avec les structures de la
société civile au niveau sous régional comme national pour la mise en ouvre de ce
plan axé sur les droits humains des femmes a été également inscrite dans les
documents de l’atelier comme étant une nécessité.

Soulignons que le CCDG a été mis en place à la 26ème Conférence des Chefs d’Etat et
de Gouvernement de la CEDEAO, tenue à Dakar en janvier 2003. Il a pour mission de
tout mettre en ouvre pour créer un environnement favorable à l’épanouissement des
femmes de la sous région. Pour ce faire, il devra mettre en chantier, développer,
faciliter, coordonner et suivre des stratégies et programmes propres à assurer
l’intégration des questions de genre dans les programmes d’intégration de la
Communauté.

Toutes nos félicitations au centre et aux points focaux gouvernementaux genre pour
avoir opté pour une vision qui, sans aucun doute, permettra de faire dans la sous
région un grand bon en matière d’égalité de l’homme et de la femme et créera les
conditions pour un développement durable.

La société civile est en ce qui la concerne, prête à collaborer avec les partenaires
stratégiques qu’ils sont en vue de la pleine régionalisation des droits des femmes
d’Afrique de l’Ouest.

Les documents de la réunion seront mis en ligne sur le site au : www.wildaf-ao.org

Source : WiLDAF/FeDDAF Bureau sous régional de l’Afrique de l’ouest

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter