L’engagement des organisations de femmes dans cadre de l’agenda de l’efficacité de l’aide

Cecilia Alemany, responsable de l’Initiative Stratégique "Influencer les pratiques et les acteurs du développement pour les droits des femmes" de l’AWID, revient sur l’engagement des organisations de femmes dans l’élaboration de politiques à l’échelle mondiale dans le cadre de l’agenda de l’efficacité de l’aide. Elle insiste notamment sur l’importance de l’implication de la société civile dans ces questions.

Cecilia Alemany relate la participation de plusieurs groupes de femmes dans le processus d’efficacité de l’aide menée dans le cadre de l’Organisation pour la coopération et de développement économiques (OCDE). Le but de cette participation est d’influencer les pratiques et les politiques des bailleurs de fonds et de plaider en faveur des droits humains, des droits des femmes et de l’égalité de genre dans le processus d’efficacité de l’aide.

Les principales revendications :
- la remise en question des rapports de force et des impositions de politique ;
- la réclamation d’une appropriation plus démocratique du processus de l’aide, par exemple à travers la participation des organisations de la société civile, et en particulier des groupes de femmes, à l’élaboration des politiques des pays en développement ;
- la dénonciation de la façon dont les bailleurs de fonds utilisent l’aide à la coopération à d’autres fins, comme par exemple pour garantir leurs intérêts commerciaux et sécuritaires ;
- la réclamation d’une plus grande prévisibilité de l’aide au-delà des engagements annuels des bailleurs de fonds ;
- la condamnation des nouvelles modalités de l’aide qui réduisent la marge de manœuvre des pays en termes de prise de décision ;
- la dénonciation de la réduction des marges de manœuvre des pays dans l’élaboration de leurs propres politiques économique et de développement ;
- la condamnation du rôle de la Banque mondiale dans le processus de l’efficacité de l’aide.

La participation de ces groupes de femmes a débouché sur la mobilisation collective de plusieurs groupes de femmes qui se sont unies pour faire voir l’impact actuel et potentiel de l’efficacité de l’aide sur les vies des femmes. D’autre part, une collaboration fructueuse avec d’autres groupes de la société civile, tels que les syndicats et plusieurs ONG liées au développement est née, et chaque groupe a incorporé les revendications des autres dans une plate-forme commune.

L’accent a été porté sur l’égalité de genre, la pérennité de l’environnement, les droits humains et le travail décent, questions qui ne doivent pas être considérées comme des thèmes « transversaux » mais bien comme des objectifs centraux du développement.

Concrètement, la plateforme a permis d’intégrer dans le paragraphe 3 du Programme d’action d’Accra divers points :
- la réduction de la pauvreté et les droits humains doivent être au centre des politiques de développement ;
- l’égalité homme-femme, le respect des droits de l’homme et la viabilité environnementale sont des facteurs qui conditionnent l’obtention d’effets durables ;
- « Les pays en développement et les donneurs veilleront à ce que leurs politiques et programmes de développement respectifs soient conçus et mis en œuvre selon des modalités concordant avec les engagements pris par eux au niveau international concernant l‘égalité homme-femme, les droits de l’homme, les handicapés et la viabilité écologique »
- « Au niveau des pays, les donneurs et les pays en développement se concerteront et se mettront d‘accord sur une série d’objectifs réalistes dans le domaine de la construction de la paix et du renforcement de l’État permettant de s’attaquer aux causes profondes des conflits et de la fragilité des États et d’assurer la protection et la participation des femmes ».

Finalement, Cecilia Alemany insiste sur le rôle de l’ONU : elle explique notamment que "l’espace légitime pour la coopération au développement et pour apporter des réponses à la crise actuelle est et doit rester l’Organisation des Nations Unies".

***

Pour consulter l’article :
AWID - Accroître l’influence des femmes sur l’agenda de l’efficacité de l’aide

Pour en savoir plus :
Genre en Action - Comprendre l’Agenda d’Efficacité de l’Aide - une série de plaquettes
Genre en Action - Les bailleurs de fonds et les pays en voie de développement conviennent de réformer l’aide

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter