Les femmes et le changement climatique

Le changement climatique est un défi pour la communauté internationale. Les femmes en subiront le plus directement les effets. Elles ont une grande responsabilité dans la formulation de réponses.

Le changement climatique est une réalité. Selon les experts, la température moyenne de la terre augmente de plus en plus et cela risque de continuer si rien n’est fait dans les années à venir. Les conséquences sont pourtant déjà là. Les inondations fréquentes qui endommagent les terres cultivables, causant la famine, les maladies, des morts de femmes et d’enfants, la diminution des espèces et la rareté de l’eau potable seraient des conséquences liées au changement climatique. Certains impacts irrémédiables pourraient même apparaître plus vite que prévus.
Evoquant l’implication des femmes dans le processus d’atténuation du changement climatique, le Docteur Ines Smyth de l’ONG Oxfam déplore leur indifférence face aux aléas climatiques. D’autant plus que les femmes seront les plus touchées par ce phénomène car elles sont soumises aux travaux de subsistance des familles. Les conséquences du changement climatique se ressentiront sur la santé, l’économie, les transports et le logement, des transformations qui affecteront en premier lieu les plus faibles.

Comment faire ?
Le changement climatique est un sujet mondial auquel il faut apporter des réponses collectives. Les femmes devront agir pour limiter les dégâts en se transformant en actrice dans la lutte durable contre l’avancée du changement climatique. Le Dr Smyth souhaite, par exemple, qu’elles s’assurent, à travers le lobbying, de la bonne gestion des fonds alloués aux personnes sinistrées et qu’elles créent des mutuelles en faveur de la protection de l’environnement car c’est une urgence mondiale.
La responsabilité des femmes est immense. En tant qu’éducatrices, elles doivent faire en sorte que la vie des populations soit sauve. Les bonnes intentions et les discours incantatoires ne suffisent plus. Il faut désormais convaincre les femmes de travailler entre elles et disposer des mécanismes financiers plus concrets, au sein du réseau des femmes, pour favoriser l’atténuation des changements climatiques. Il est enfin temps d’amener les politiques à bien gérer les fonds destinés aux communautés pour plus d’égalité.

Keita Mama Adama - Association le Néré pour l’alimentation et la nutrition (ANAN) - Guinée

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter