Les femmes et le marché du travail urbain en Afrique subsaharienne

La recherche d’égalité dans un espace engendre fréquemment l’inégalité dans d’autres espaces. De ce fait, le succès de toute stratégie de développement visant à réduire la pauvreté est étroitement dépendant du mode d’appréhension des institutions des marchés du travail, en particulier les groupes entre lesquels les disparités sont les plus prononcées. Dans ce contexte, l’option analytique en termes de genre revêt une importance spécifique, dans la mesure où le différentiel de libertés qui prévaut entre les hommes et les femmes n’est pas, la plupart du temps, réductible à un écart de revenus ou de ressources.

Jean-Pierre Lachaud, Paris, L’Harmattan, 1997 (série de recherche 1, 1996).

Résumé.

La présente étude s’inscrit dans cette perspective. Elle tente d’expliciter les inégalités selon le genre, inhérentes à la participation aux marchés du travail de cinq capitales d’Afrique subsaharienne francophone — Ouagadougou, Burkina Faso ; Yaoundé, Cameroun ; Abidjan, Côte d’Ivoire ; Conakry, Guinée ; Bamako, Mali — dont les pays sont confrontés à une profonde crise économique et sociale, sans précédent au cours de leur histoire.

Après avoir présenté le profil des ménages urbains dans lesquels s’insèrent les femmes, ainsi que les caractéristiques de ces dernières, les spécificités de l’offre de travail féminin sont examinées. Les modes de participation au marché du travail et l’incidence sur les niveaux de vie sont ensuite précisés.

Par ailleurs, l’importance de l’éducation féminine en termes d’opportunités économiques et d’évolution future de la population active suggère une analyse des déterminants de l’accès au système éducatif, ainsi qu’une appréhension de la relation entre ce dernier et la fécondité.

De même, l’analyse des écarts de revenus selon le genre permet d’identifier les processus de discrimination, tandis que l’architecture de la carrière professionnelle met en évidence une segmentation du marché du travail.

Enfin, les orientations de politique économique sont esquissées. Malgré la prééminence tenace du préjugé masculin et les réminiscences des valeurs traditionnelles — même en milieu urbain —, les femmes accéderont de plus en plus fréquemment à de meilleures opportunités économiques et seront en mesure de mieux contrôler les ressources internes du ménage. Cette évolution du statut de la femme est inéluctable et souhaitable, même si ce processus s’inscrit dans le long terme.

L’éradication de la pauvreté est illusoire sans une meilleure participation des femmes au développement, en général, et aux marchés du travail, en particulier.

Prix : 130 FF - 20 Euros.

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter