Partenariats pour l’égalité des sexes : le rôle des agences multilatérales et bilatérales en Afrique

Un rapport de synthése dans le cadre de Beijing + 10 (Commission Economique pour l’Afrique et Unifem) qui soulève le rôle et la place des agences multilatérales et bilatérales dans la lutte pour l’égalité des sexes et le mainstreaming du genre.

Introduction

Alors même que les gouvernements, les activistes et les organismes donateurs de toute l’Afrique se
préparaient à l’examen de Beijing + 10, on annonçait le nom de la première femme africaine à gagner
le prix Nobel de la Paix. Comme Wangari Maathai l’a déclaré dans son allocution de remerciement,
cette reconnaissance internationale devrait raviver l’espoir des femmes et des filles d’Afrique qui
ont dû surmonter tant d’obstacles au cours des dix années qui ont suivi la Quatrième conférence
mondiale sur les femmes. L’insécurité économique, les conflits armés et le VIH/sida ont semé la
dévastation dans tout le continent, mais leurs effets ont été particulièrement néfastes pour les
femmes qui ont rarement les ressources ou les droits nécessaires pour lutter en faveur d’un
monde meilleur.
La conférence de Beijing a contribué à attirer l’attention du monde sur les droits des femmes,
reconnaissant que ces droits sont essentiels non seulement par eux-mêmes, mais pour parvenir à la
paix et à la prospérité. Depuis 1995, les gouvernements et les organisations internationales de
toute la planète se sont efforcés d’atteindre les objectifs du Programme d’action de Beijing en
appliquant des instruments conçus pour transformer ses idéaux en réalité. La Déclaration et le
Programme d’action de Beijing (BPFA), la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination
à l’égard des femmes (CEDEF), la résolution 1325 du Conseil de sécurité relative aux
femmes, à la paix et à la sécurité, et les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD)
constituent ensemble un plan détaillé pour bâtir un monde où la peur et le besoin n’auront plus
place. Ces orientations reflètent la prise de conscience qu’aucun progrès sérieux ne sera fait si les
droits des femmes ne sont pas au coeur de tous nos efforts.
En Afrique, ces instruments sont renforcés par plusieurs déclarations et documents régionaux,
notamment la Déclaration solennelle de l’Union africaine sur l’égalité des hommes et des femmes et
le Protocole sur les droits des femmes de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples.
De nombreux efforts ont été faits pour appliquer ces instruments dans la vie quotidienne des
hommes et des femmes d’Afrique. Mais il en faudra encore beaucoup d’autres tant que la pauvreté,
les maladies et les conflits continueront d’infliger leurs blessures. La tâche qui nous attend est considérable
 ; les difficultés sont énormes. Mais nous ne pouvons pas différer plus longtemps. Comme
l’a dit Wangari Maathai, le moment est venu.

Source : Rapport "Partenariats pour l’égalité des sexes : le rôle des agences multilatérales et bilatérales en Afrique"

Pour télécharger (pdf 48 pages), cliquez ici.

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter