Quelle place, quelle visibilité, quelle contribution des femmes dans le champ de la création artistique dans le monde francophone ?

En préparation au débat sur le même thème qui aura lieu dans le cadre du Festival Musiques Métisses (16 - 19 mai 2007 à Angoulême), ce forum vous invite à donner votre point de vue.

Dans le monde du spectacle en France, la situation des femmes et des hommes est fortement inégalitaire. En effet, que ce soit dans le domaine des institutions, de la représentation ou dans la disposition des moyens financiers, ce sont les hommes qui prédominent : ils dirigent 92 % des théâtres, 89 % des institutions musicales, 59 % des centres chorégraphiques nationaux, et sont auteurs de 97 % des musiques que nous entendons ... qu’en est-il ailleurs ? Quand les femmes sont créatrices et productrices d’art et de culture, en quoi leur contribution est-il différente de celle des hommes ?

Avertissement.

Pour préparer et alimenter le débat, voici une série de questions très ouvertes. La forme est délibérément non scientifique, dans son énoncé et dans l’ordre des questions. De même que les concepts ne sont volontairement pas explicités. Il s’agit de collecter un premier ensemble de réponses/réactions spontanées. Il n’y a aucune obligation de répondre à toutes les questions. En répondant, nous vous serions reconnaissants, si vous le pouvez, au-delà de la formule rapide Oui Non de développer vos réponses (lesquels, lesquelles, pourquoi…).

Des exemples ou des expériences peuvent être bien entendu relatés.
Répondez par rapport au contexte qui est le vôtre (pays, domaine artistique etc.). Merci d’indiquer votre nom, âge, profession, sexe et pays.

Pour partager vos réponses et engager le débat, utilisez la fonction "répondre à cet article" en bas de cette page.

Merci.

Pour toutes questions : eric.premel chez wanadoo.fr, (+33 (0)6 15 79 93 08)

Voir le site www.musiques-metisses.com
pour la programmation musicale et les activités du Festival

Lire le livret des débats

Télécharger

Dans la même rubrique :

22 Messages

  • F.A
    Age : 33
    Profession : Directrice de médiathèque
    Sexe : F
    Pays : France

    Le monde de l’art ressemble forcément au monde tout court, il est aussi dans le bocal. Bien qu’on (je) aie envie de penser que le monde de l’art se doive d’être différent de l’autre monde, ou en avance sur lui. Il y a de plus en plus de femmes qui, mais ça ne fait toujours pas beaucoup. En fait (c’est une intuition) il y en a beaucoup mais elles ne sont pas visibles, peu visibles. Les chefs cuisiniers sont toujours des hommes, dit William. A 98%, je cocherai oui. Le MOF option cuisine de cette année est une MOF, "meilleur ouvrier de France". C’est la première fois. Les rédacteurs en chef de revues et de journaux sont sans doute à 96% des hommes. Mais dans les réunions de directrices de crèches les hommes sont tragiquement absents. Cela dit les inspecteurs des crèches sont presque toujours des hommes. Les inspecteurs. Les ministres sont à 60% des hommes. La prison de Poissy est dirigée par une femme. Les conducteurs de tractopelles sont des hommes. Les architectes sont à zéro virgule un pour cent des femmes, il y en a une en photo dans une revue, qui a fait une espèce d’origami en verre. Les chefs de chantier. Je dis au pif qu’il y a de plus en plus de chorégraphes femmes, c’est une tendance. Pourquoi pourquoi pourquoi pourquoi pourquoi pourquoi pourquoi pourquoi.
    Dans cette médiathèque, 10¨% des poètes représentés et 20% des dramaturges sont des femmes. C’est un sondage sur le tas. Cela représente-t-il fidèlement la réalité des auteurs publiés, je ne sais pas. En peinture je ne sais pas. 0% jusqu’au XIXème 10% environ ensuite. Pourtant il y a autant de femmes que d’hommes artistes. Forcément autant. Dès qu’on sort des chiffres, le résultat est troublant.
    Il y a quelque chose qui cloche. Parce que dans le "ressenti" je ne vois pas du tout les choses comme ça, aussi négativement. Face à un artiste on est d’abord face à un travail, une œuvre, le préjugé "homme vs femme" devrait être moins prégnant que chez Renault par exemple. Encore que je ne puisse guère me prononcer sur les constructeurs automobiles. Prenez deux demandes de subvention par des nouvelles compagnies de théâtre par exemple. L’une dirigée par une femme l’autre par un homme. Franchement, quel intérêt. Qu’est-ce que ça fait dans l’examen du dossier, à mon avis rien. Par contre que Machin connaisse Truc ça fait énormément. Souvent ça fait énormément. Les écoles d’art débordent de filles, les cours de théâtre aussi. C’est après qu’on les perd de vue. Tout ça c’est tellement récent. C’est peut-être bizarre mais dans l’ensemble je ne suis pas pessimiste.
    Il est drôlement difficile ce questionnaire quand on n’est pas documenté.

    • Suite de la réponse ...

      "Y a-t-il un style, ou une part de style" propre aux femmes artistes ? Un style, une manière singulière qui serait strictement féminine ?
      Eh bien.

      Chaque artiste a en principe un style singulier, qui est aussi le fruit de diverses influences, et d’un contexte. Cela se tient-il, comme point de part ? Il me semble à peu près, je ne suis pas spécialiste, ouh la la. Alors les femmes, dans tout ça. Il existe des courants (des ?) d’art féministe (mais qui au juste ?) et dans ce cas précis l’art a une fonction éminemment politique. Ah. Orlan. Je tiens un nom. Disons qu’elle démonte depuis trente ans les poncifs sur le genre féminin. Si Orlan était un homme, aurait-elle pu faire ça ? Ce n’est pas hors sujet, là ? Ensuite, ensuite. Cindy Sherman est-elle une artiste féministe ? Eh bien je ne me suis jamais posé la question. Mais elle ne parle que des femmes, elle se transforme devant son appareil photo en toutes sortes de femmes. Ne serait-ce pas un indice de quelque chose ? Depuis trente ans également. Je pourrai avancer le nom de Pol Pelletier. Je vois surtout que je n’avance pas. Je rends feuille blanche. Je n’ai pas d’idées. Je ne pense pas qu’on puisse ou doive attendre un style particulier de la part des femmes en tant que femmes, ou des hommes en tant qu’hommes, enfin je n’aime pas cette possibilité. Je ne saurais guère l’expliquer clairement, avec des arguments et tout. Mais il se peut pourtant et même sans doute nécessairement que ce soit le cas, puisque les unes et les autres sont éduqués depuis tout petit dans une relation différente à l’autre et au monde. Dans l’ensemble cela reste flagrant. Et ils l’intériorisent. Cela doit finalement donner des choses différentes, alors que ce ne devrait pas être le cas si cette différence n’était pas, consciemment ou non, construite. En tout cas (moi en tout cas) j’aimerais qu’on ne puisse pas attendre de la part des artistes femmes un style ou une part de style différent. Ca me ferait plaisir. Et c’est peut-être complètement idiot. J’aimerais beaucoup savoir quelles pistes seront avancées sur cette question. Ouf.

      Il y a un truc qui ne change pas et ne changera sans doute jamais, qui concerne les femmes, mais pas du tout la relation à l’art. C’est incasable dans le questionnaire, mais très utile dans la vie ordinaire : les règles pour marcher seule dans la rue la nuit. Je passe du coq à l’âne, tant pis. Ce n’est pas une conférence quand même. D’abord, éviter les avenues principales, où il y a encore du monde. Ensuite, marcher plutôt au milieu de la rue. Enfin, être attentive à se qui passe autour, sans plus, mais quand même. C’est comme un sixième sens, tu n’as pas besoin d’y penser particulièrement. Et changer de trottoir si quelqu’un de pas net arrive en face. Quelqu’un de "pas net" se repère très facilement. Ce ’est pas quelqu’un qui va te demander une clope, par exemple. Mais attention. L’autre ne doit en aucun cas se douter que tu traverses à cause de lui. L’ultime détail, et finalement le plus important c’est de ne jamais, jamais croiser le regard de la personne que tu veux éviter. J’ai négligé ce dernier point l’autre soir. Donc règle n° 6 : ne jamais perdre de vue ses vieux réflexes.

  • Nom, prénom : Lucas Monique
    Age : 50
    Profession : Comédienne
    Sexe : F
    Pays : France

    A/ Femmes et hommes en tant qu’artistes

    1/ Voyez-vous l’art comme un monde d’hommes ? Pourquoi ?

    L’art en général non, les lieux de pouvoir de l’art oui

    2/ Pensez-vous qu’il y a un style particulier ou une part de style qui soit propre aux femmes artistes ? Le ou la quelle et pourquoi ?

    Oui, dans l’écriture, dans les arts plastique

    3/ Pensez-vous que l’on attende (ou que l’on peut attendre) de la création des femmes des productions, des œuvres, des démarches, des esthétiques spécifiques différentes de celles des hommes ? Lesquels, lesquelles ? Pourquoi ?

    Oui, je ne pourrais pas le définir je le sens c’est tout

    4/ Quelle place et quelle visibilité les femmes ont-elles dans le champ de la création artistique ?

    …Trop minime

    5/ Pensez-vous qu’il existe une tendance à considérer certains arts comme étant plus favorables à la création artistique des femmes que d’autres ? Lesquels ? Pourquoi ?

    Tous les arts aux tissus, mais c’est culturel

    6/ Y a-t-il des disciplines artistiques où il est plus difficile pour les femmes d’exister que pour les hommes ? Lesquelles ?

    …L’architecture, la sculpture, la musique

    7/ Les attentes et les comportements des responsables culturels (programmateurs, éditeurs, galeristes, théâtres, festivals, …) et des élu(e)s en charge de la culture, en général, sont-ils différents à l’égard des femmes qu’à l’égard des hommes ? Si non, en quoi et comment sont-ils différents ?

    …Oui, comme partout on les attend plus au tournant

    8/ Les critères pour l’attribution d’aides à la création ou l’accès aux formations artistiques sont-ils les mêmes pour les hommes que pour les femmes ? Si non en quoi sont diffèrent-ils ?

    A priori oui , mais dans les fait par exemple en théâtre , il y a beaucoup moins de rôles féminins , et la jeunesse pour une femme reste un critère majeur alors qu’il joue pas ou peu pour les hommes

    9/ Dans la pratique, y a-t-il égalité d’accès entre les hommes et les femmes aux aides à la création artistique, à la formation ? Si non, comment cela s’exprime-t-il ? Pourquoi ?

    On retrouve les même statistique que dans toutes formes d’entreprise

    B/ Inégalités de genre et droits des femmes : un thème culturel ?

    10/La question de l’égalité hommes/femmes, de la parité et des droits des femmes est-elle abordée dans les créations artistiques contemporaines ? Si oui, par qui et comment ?

    Très peu, et dans la bouche des hommes elle apparait parfois comme un relent de féminisme ringard

    11/ Les créations artistiques véhiculent-elles ou renforcent-elles des stéréotypes sur les relations hommes/femmes, les rôles des un(e)s et des autres ?

    Difficile à dire, peut être moins que dans d’autres activités, mais la pression sociale et culturelle sous jacente à obligatoirement un impact

    C/ Femmes et hommes en tant que responsables des activités et politiques culturelles

    12/ Dans votre contexte (pays, domaine artistique), la législation favorise t-elle explicitement la parité et l’égalité homme/femme dans les professions culturelles et artistiques ?

    …Non

    13/ Dans la pratique, y a-t-il égalité d’accès entre les hommes et les femmes aux postes et responsabilités culturels ? Si non, comment cela s’exprime-t-il ? Pourquoi ?

    …Non, on retrouve les femmes aux statuts de seconde

    14/ Les critères qui interviennent dans les choix politiques pour l’attribution d’aides ou l’accès aux emplois et responsabilités, sont-ils les mêmes pour les hommes que pour les femmes ? Si non en quoi sont diffèrent-ils ?

    …Je ne sais pas, je ne suis pas femme de pouvoir !

    15/ Si le fonctionnement de la culture (gestion, programmes, aides) est organisé autour de réseaux, ceux-ci favorisent-ils tout autant les projets des femmes que des hommes ? Si non, pourquoi et comment ?

    Je ne sais pas

    16/ Il y a-t-il des réseaux (officiels ou officieux) qui sont particulièrement défavorables/favorables aux femmes (ou aux hommes) ? Leurs caractéristiques ?

    …En danse la parité est à peu prêt respectée, dans les autres arts, non

    17/ Si l’éducation artistique était une priorité, quelle politique (mesures, contenus, autres) recommanderiez-vous concernant l’égalité femmes/hommes (en tant qu’artistes et/ou gestionnaires de la culture) ?

    …Provoquer les femmes dans leurs capacités à monter des projets.

    18/ Ce que vous souhaiteriez rajouter ou commenter :

    Le problème de la parité est à réinventer dans son ensemble, çà n’empêche pas la culture de devenir un fer de lance !

  • RG

    Age : 35
    Profession : musicienne, chanteuse
    Sexe : femelle
    Pays : France

    A/ Femmes et hommes en tant qu’artistes

    1/ Voyez-vous l’art comme un monde d’hommes ? Pourquoi ?

    Si on est capable de cuisiner tout en répétant, on a une chance de pouvoir s’en sortir.
    Le jour où une artiste musicienne de niveau moyen, voire médiocre et pas franchement jolie sera acceptée dans une formation, nous aurons gagné la parité.

    2/ Pensez-vous qu’il y a un style particulier ou une part de style qui soit propre aux femmes artistes ? Le ou la quelle et pourquoi ?

    Oui, je le crois, et en même temps non, je n’y crois pas. C’est carrément un sujet d’école, ça !!
    Je crois que plus une femme s’exprime par son art, et plus elle va se tourner vers des sujets non sexués. C’est au début de l’expression que l’on a besoin (pas tous, pas toutes) de poser des questions émotionnelles proches de notre personne. Ce n’est pas clair mais plus l’art nous envahit (la musique, par exemple) et plus notre corps devient asexué, dans le sens où l’art va chercher encore plus loin que dans notre sexe homme/femme . Il nous remonte jusque dans notre inconscient, et peut-être encore plus loin. C’est parfois toute notre grande Histoire, filtrée par la petite histoire d’une personne, qui sort.

    3/ Pensez-vous que l’on attende (ou que l’on peut attendre) de la création des femmes des productions, des œuvres, des démarches, des esthétiques spécifiques différentes de celles des hommes ? Lesquels, lesquelles ? Pourquoi ?

    "on" les attend parce qu’il n’y en a pas assez ?
    Je crois qu’un esprit féminin peut exister dans un corps d’homme, et vice et versa. Il n’y a pas forcément à attendre de nouvelles esthétiques PARCE QU’elles viennent d’une femme. Il y en aura toujours de différentes parce qu’elles viennent de personnes différentes. A moins de créer en fonction de son sexe, volontairement (comique de femme sur les hommes ou sur les femmes, chanson de militaire, imitation...).

    4/ Quelle place et quelle visibilité les femmes ont-elles dans le champ de la création artistique ?

    Soit elles n’ont pas d’enfant (s), soit elles assurent comme des bêtes. Il est vrai que bien des fois, nous avons du mal à nous isoler de notre place de mère (surtout avec les tout-petits). Comment faire, à moins d’avoir un papa-poule à ses côtés, ou alors beaucoup d’argent, ou alors prendre des cours de yoga pour réussir à se concentrer dans une création tout en donnant le biberon et en expliquant gentiment, mais pour la dixième fois quand même que 3x4 ne font pas 18. Ca, c’est une réalité. Et trop de réalité tue la part d’imaginaire nécessaire à toute création.


    5/ Pensez-vous qu’il existe une tendance à considérer certains arts comme étant plus favorables à la création artistique des femmes que d’autres ? Lesquels ? Pourquoi ?

    Non

    6/ Y a-t-il des disciplines artistiques où il est plus difficile pour les femmes d’exister que pour les hommes ? Lesquelles ?
    Toutes.

    7/ Les attentes et les comportements des responsables culturels (programmateurs, éditeurs, galeristes, théâtres, festivals, …) et des élu(e)s en charge de la culture, en général, sont-ils différents à l’égard des femmes qu’à l’égard des hommes ? Si non, en quoi et comment sont-ils différents ?

    je n’ai pas ressenti d’attentes particulières.. Mais je ne fréquente pas beaucoup de responsables.

    8/ Les critères pour l’attribution d’aides à la création ou l’accès aux formations artistiques sont-ils les mêmes pour les hommes que pour les femmes ? Si non en quoi sont diffèrent-ils ?

    Je n’ai pas remarqué d’attente spécifiques.

    9/ Dans la pratique, y a-t-il égalité d’accès entre les hommes et les femmes aux aides à la création artistique, à la formation ? Si non, comment cela s’exprime-t-il ? Pourquoi ?

    je n’ai pas assez de pratique de ces choses-là..

    B/ Inégalités de genre et droits des femmes : un thème culturel ?

    10/La question de l’égalité hommes/femmes, de la parité et des droits des femmes est-elle abordée dans les créations artistiques contemporaines ? Si oui, par qui et comment ?

    No sé. En chanson peut-être ? je ne sors décidément pas assez... il faudra que je pense à demander à mon mari si je peux sortir ce soir.

    11/ Les créations artistiques véhiculent-elles ou renforcent-elles des stéréotypes sur les relations hommes/femmes, les rôles des un(e)s et des autres ?

    Peut-être..Mais dans un couple homme/femme sur scène, c’est comme Laurel et Hardy : il y a surtout un rouge et un blanc. La forme du blanc féminin passera par des stéréotypes différents du blanc masculin, parce que nous sommes des animaux différents, c’est vrai, dans le quotidien. Et les stéréotypes, c’est de l’ordre du quotidien. Nous avons toutes une mégère/princesse qui veille en nous, et vous avez tous des envies de dominations vulgaires/protection princière qui vous hantent. Mais l’art doit se défaire de ça, à moins de le révéler pour mieux l’oublier. le stéréotype est une forme, un outil (comme une couleur) qui ne doit servir que l’émotion.

    C/ Femmes et hommes en tant que responsables des activités et politiques culturelles

    12/ Dans votre contexte (pays, domaine artistique), la législation favorise t - elle explicitement la parité et l’égalité homme/femme dans les professions culturelles et artistiques ?

    Je ne sais pas.

    13/ Dans la pratique, y a-t-il égalité d’accès entre les hommes et les femmes aux postes et responsabilités culturels ? Si non, comment cela s’exprime-t-il ? Pourquoi ?
    Je ne sais pas.

    14/ Les critères qui interviennent dans les choix politiques pour l’attribution d’aides ou l’accès aux emplois et responsabilités, sont-ils les mêmes pour les hommes que pour les femmes ? Si non en quoi sont diffèrent-ils ?

    Je ne sais pas.

    15/ Si le fonctionnement de la culture (gestion, programmes, aides) est organisé autour de réseaux, ceux-ci favorisent-ils tout autant les projets des femmes que des hommes ? Si non, pourquoi et comment ?
    Je ne sais pas.

    16/ Il y a-t-il des réseaux (officiels ou officieux) qui sont particulièrement défavorables/favorables aux femmes (ou aux hommes) ? Leurs caractéristiques ?

    Je ne sais pas.

    17/ Si l’éducation artistique était une priorité, quelle politique (mesures, contenus, autres) recommanderiez-vous concernant l’égalité femmes/hommes (en tant qu’artistes et/ou gestionnaires de la culture) ?
    Je ne sais pas.

    18/ Ce que vous souhaiteriez rajouter ou commenter :

    Je crois que la parité s’installe petit à petit, avec la libération des complexes féminins habituels : je n’ose pas, il ne voudrait pas. Mais qui va s’occuper de la maison si je me lance dans une création ? Mes enfants ne m’aimeront plus si je les abandonne pour un délire mégalo. Je n’ai pas le droit d’être égoïste... etc ...etc
    Chez les enfants, il existe des différences au niveau de leurs productions quand ils jouent et vivent leur sexe. je m’explique : le stéréotype fait justement parti de leur palette de couleur pour mieux se situer (garçon/fille) et libérer ainsi d’autres créations, plus neutres sexuellement. Tout cela se jouant sur des périodes assez longues, en fonction des âges et des histoires individuelles. Mais concernant le choix des instruments, par exemple, il y a autant de filles que de garçons à choisir un trombone ou un violon. C’est bien sûr l’éducation des mères et des pères qui leur ouvre le cerveau de la liberté d’expression. Ca prend quand même du temps... il faut admettre qu’il est plus facile et rapide de faire la vaisselle que de pondre une œuvre, même mineure..

  • MP
    Age : 43 ans
    Profession : conteuse
    Sexe : F
    Pays : France


    A/ femmes et hommes en tant qu’artistes

    1/ Voyez vous l’art comme un monde d’hommes ? pourquoi ?

    Qui a défini ce qu’est l’Art ? Des hommes.
    Je les écoute souvent, je trouve que c’est drôlement juste. Bien dit. Des fois je note.
    S’il faut que j’explique à mon tour, j’en suis incapable.
    Si je m’y colle, je m’égare vite.
    Des fois je m’y colle encore plus, j’ai une impression très nette : les femmes savent depuis toujours mais c’est un secret.
    Un secret qui a quelque chose à voir avec l’invisible, la sorcière, l’intime.

    Il n’y a aucune caractéristique féminine dans ce qu’on appelle le raisonnement.
    Comment une femme peut parler de son art ?
    Le meilleur moyen est de raconter son histoire, la sienne, celle du monde, des choses, des ombres, du vent…

    Voici une histoire zen qui colle bien à mon fonctionnement :
    -  Qu’est-ce que le Maître a dit ?
    -  Je m’en souviens plus.
    -  Alors pourquoi t’écoute le maître ?
    -  Regarde : l’eau qui lave la salade ne reste pas dans les feuilles et pourtant, ma salade est parfaitement lavée.

    Je me rends compte que pour expliquer, clarifier une pratique, il me faut fournir un véritable effort.
    Je crois qu’une femme qui en est capable devient une véritable artiste.

    Je pense à cette anthropologue qui pour étudier une tribu en Amazonie se retrouve seule et nue à vivre avec eux, elle fini même par faire l’amour avec le chef de la tribu.
    Imaginons que ce soit un homme, il rentre chez lui, il fait une analyse des comportements humains et son livre a un succès fou.
    Cette femme est rentrée chez elle, elle a publié un livre qui raconte son aventure un point c’est tout. Les anthropologues l’ont censuré et je vous passe le reste de leurs commentaires.
    Ce livre s’appelle « Shabono » de Florinda Donner.

    2/pensez vous qu’il y a un style particulier ou une part de style qui soit propre aux femmes artistes ? le ou laquelle et pourquoi ?

    La création artistique est toujours singulière, elle concerne la féminité et la masculinité de chacun des hommes et des femmes.
    Je pense aussi que les hommes comme les femmes qui font de l’art ont toujours intérêt à tendre vers le féminin.
    C’est Agnès Jaoui qui dit : « plus un homme est féminin, plus il est viril »
    Je trouve cette remarque très juste.

    Pour ma part, j’ai forgé mon identité de femme dans le milieu rock.
    Les relations hommes/femmes dans ce milieu ont le mérite d’être beaucoup plus claires que nulle part ailleurs parce que les codes sont des codes archaïques ou païens.
    Les femmes que je trouve brillantes sont au fond de vraies allumées.
    Leur pratique et leur engagement est une évidence.
    La femme a une romance avec sa création.
    Je pense aux moines : ce sont des érudits, les nonnes sont des amoureuses.
    Je ne parle pas des saints et des saintes, c’est un autre degré, ils font les deux.
    Dans le milieu rock , j’ai trouvé beaucoup de femmes de ce type : des héroïnes solitaires.
    Ce sont des femmes de chair et de sang , toujours à vif, extrêmement lucides et exigeantes, avec une qualité de parole authentique.
    Si elles aiment le pouvoir, contrairement aux hommes, c’est toujours pour l’exercer sur elles-mêmes.
    Je ne retrouve pas ce type de femmes chez les conteuses, mais chez certaines écrivaines, des peintres, des comédiennes.
    Ce sont des rencontres fulgurantes, à l’instant, nous savons que nous sommes au même endroit, c’est jubilatoire.

    C’est pourquoi, je vais lire régulièrement et surtout sur le net, des interviews de femmes qui sont dans la musique.
    Ces paroles me sont absolument nécessaires pour ne pas m’oublier moi-même.
    Un exemple : je lis à l’instant cet article de Björk dans le TGV : « si je n’avais pas accès à mes pulsions, je ne ferais plus de la musique, je serais de la viande froide. »
    Si je rapporte cette phrase à un homme, je sais qu’elle aura moins d’impact que sur une femme, elle sera plus banale.

    S’il existe un style féminin, il prend racine non pas dans le mental mais dans l’utérus, « la chaudronnée ».
    C’est là que la vision s’opère, c’est de la MAGIE.
    Il est ce point d’accroche, comme une prise de terre.
    Il est l’assise de la guerrière qui donne toute la puissance aux femmes dans leur création artistique.
    Seulement on ne sais plus accéder à son utérus toute seule.
    Depuis toujours quand on nous parle de notre utérus, c’est pour nous parler de sexualité ou de reproduction.
    Ce sont les monstres ou les sorcières qui fabriquent autre chose avec leur utérus.

    L’inquisition, la religion, bien sûr, on a compris à quel point c’était moche mais attention, les femmes ne sont pas plus avancées aujourd’hui, elles sont toujours consentantes, aveugles, trouillardes, dépendantes, elles revendiquent la chirurgie esthétique et ce n’est pas non plus en imitant les hommes qu’elles vont y arriver.

    Et de la même manière que pour les rites d’excision, on s’aperçoit qu’il y a des femmes qui perpétuent cette tradition.
    Je crois qu’on fait peur et que les hommes ont bel et bien réussi à brouiller notre mémoire.
    Si le clitoris est un interrupteur en matière de sexualité, il nous faut retrouver un autre « bouton »dans le noir !
    Une femme doit arrêter de s’oublier elle-même, ne pas se prendre au sérieux, se tenir en alerte, trouver la détente émotionnelle, la confiance en soi…
    Ces conditions ne sont pas faciles à réunir :
    La femme se heurte très vite à cette envie de dominer qu’on les hommes même dans le domaine artistique.
    Cette passion mystérieuse qui la saisie tout à coup se manifeste par des pulsions sauvages et dérangeantes, ses capacités d’improvisations sont décuplées.
    Ce peut être la transe.
    Une femme qui retrouve l’accès direct à la source devient une insoumise, elle est agressive et territoriale, comme Lilith, la femme originelle.

    Il faut lui faire confiance : certains hommes de théâtre, certains réalisateurs de films le disent : une fois que l’énergie de la femme s’est déployée, il n’y a pas plus disciplinée, plus acharnée, plus impeccable.
    Certains même disent ne plus vouloir travailler qu’avec des femmes.

    Le dernier David Lynch « Inland Empire » est sans doute une belle démonstration de l’Esprit Féminin, à voir.
    David Lynch se dit entièrement féministe, je cite :
    « aujourd’hui, on s’intéresse de plus en plus aux femmes, notre part féminine ne cesse de gagner du terrain… je trouve cela passionnant et très positif. »

    Pour les autres questions je ne sais pas y répondre, pour la visibilité, je dirais :
    Aucune femme n’est vraiment visible.

    Ce que j’ai à rajouter :

    Je lis dans le Télérama de ce début Avril, une interview des Rita Mitsouko : « Catherine Ringer, aussi réservée qu’elle est explosive en concert, et Fred Chichin, aussi énervé et revendicatif qu’il est discret sur scène … » Voici une femme qui a trouvé sa visibilité et qui peut enfin devenir invisible.
    Et Fred Chichin qui parle de sa rencontre avec Catherine Ringer : « J’étais fasciné par les chanteuses de rock, j’adorais Jefferson Airplane et Janis Joplin. Il y a toujours peu de chanteuses parce que les mecs font peu d’efforts pour cerner, s’accorder à la sensibilité des femmes. »

    L’exemple de Giovanna Marini
    En ce moment en Sardaigne, (je vous souhaite de Joyeuses Pâques) il paraît qu’on peut voir les processions, les rituels des vierges pleureuses, les transes et les flagellations.
    La culture dominante parle de superstitions pour nommer ces rituels. Depuis plusieurs années, Giovanna Marini s’empare de ces pratiques populaires pour inventer son propre style musical.
    Elle marche derrière les processions, elle enregistre les pleureuses, les bergers, son oreille rapace voyage et sélectionne.
    Quand elle vient parler aux artistes, elle dit que le rituel est enchaîné à la fonction, c’est le « Façon de dire, façon de faire » d’Yvonne Verdier.
    Et en même temps elle dit que quand les femmes de la Méditerranée chantent, elles ne se demandent jamais pourquoi elles font ça.
    Elle a toujours mis en avant la vie, la mort, les gens avant les grandes théories et la culture savante. Elle se pose des questions simples :
    Comment retrouver sur scène l’authenticité de ces rituels ? une qui doit pleurer sans cadavre dans un cercueil, une autre qui doit chanter une berceuse sans enfant à endormir…
    Elle dit :
    « Il nous faut réapprendre ce LIEN extraordinaire qui nous garantie une santé mentale »

    « Comme si t’étais toujours sur le point de mourir , alors là les gens t’écoute. »
    Mais mourir est-ce la même chose pour une femme que pour un homme ?
    Dans les processions, « l’expire » des femmes n’a certainement pas les mêmes sonorités que chez les hommes, pensez aux louves…à Antigone.
    Les femmes dans ces processions ont enfin donné une voix à la Vierge et quelle voix ! rien à voir avec les chants anémiés qu’on entend dans les églises, ici, aucune différence entre une rockeuse, une Cheika et la Vierge.
    Ces femmes sont-elles visibles dans le champ de la création artistique ? non. Giovanna Marini dit qu’elle fait de la musique contemporaine, mais son travail n’est pas reconnu comme tel. Pourquoi ? parce qu’une femme ne compose pas ? non, ce n’est pas ça, c’est surtout qu’elle a conservé ces sonorités dérangeantes : des femmes avec des voix de walkyries, de ménades, de pitres, de mères, de vieilles, de cinglées.

    Les femmes ont un penchant naturel pour le rituel parce qu’elles-mêmes ont un cycle. Elles n’ont pas le besoin de l’intellectualiser, elles l’utilisent.
    Le rituel réinventé de Giovanna Marini retrouve sa nature tellurique, et les chanteuses qui l’accompagnent ne sont pas de merveilleux petits anges qui descendent du ciel…
    Giovanna Marini dit avoir un seul objectif en scène : gagner.
    Pour une femme, il s’agit en effet d’abord de « la victoire de la présence sur l’absence. »

    L’art qui ne dénigre ni la femme, ni l’animal, ni le monde, c’est du spectacle vivant.
    Mais quand on touche au rituel : nous nous heurtons à cet accord tacite abominable entre d’un côté ceux qui veulent s’en servir pour garder le contrôle et le pouvoir et de l’autre les femmes qui ont peu d’intérêt à exprimer ce qu’elles savent et comment elles le savent.
    Il y en a pourtant qui se battent pour donner une nouvelle lecture de la connaissance artistique, c’est pourquoi j’ai donné cet exemple de Giovanna Marini.
    En regardant ces processions de la vierge aux 7 douleurs, on comprend tout de suite comment les femmes s’emparent d’une tragédie pour en faire une œuvre explosive, sacrément irrévérencieuse.
    « Pour ne pas trahir, il faut trahir. » Giovanna Marini.
    Au fond, le rituel pour la femme est un jeu d’enfant, instinctivement, son sens pratique la pousse à chercher des repères organiques, plus le corps est travaillé, plus le rituel fonctionne.
    J’ai noté par pur plaisir un extrait d’un spectacle de Giovanna Marini :

    Le rituel des 2 bœufs.
    « Au début de l’hiver, 2 bœufs entraient, soigneusement préparés dans la cathédrale et parmi les chants et l’encens, ils devaient faire une belle bouse devant le portrait du ST patron du lieu. En examinant la bouse, on comprenait si la récolte serait bonne ou mauvaise, donc c’était utile.
    Mais voilà les années cinquante, le pape Pie XII n’a pas aimé cette histoire de bouse, il a dit : mais qu’est-ce que c’est que cette histoire, mais quel scandale, que les bœufs sortent des églises avec leur bouse.
    Et voilà que les gens étaient désespérés : mais qu’est-ce qu’on va faire ?
    Et puis tout d’un coup, ils se sont dit : mais si ce n’est qu’un temple qui nous sert, ici, à côté, il y a le siège central du parti communiste, ça peut très bien marcher !
    Au début de l’hiver, 2 bœufs, soigneusement préparés, entraient dans le siège du parti communiste et au milieu de l’encens, des chants et le curé qui était présent, ils faisaient une belle bouse devant le portrait de Staline et ça a continué jusqu’aux années soixante-dix, tellement ils tenaient à ce rituel. »

  • Nom, prénom : Bozzini Annie
    Age : 53 ans
    Profession : Directrice du Centre de Développement (CDC) Toulouse Midi-Pyrénées
    Sexe : F
    Pays : France

    A/ Femmes et hommes en tant qu’artistes

    1/ Voyez-vous l’art comme un monde d’hommes ? Pourquoi ?
    …Non, l’art ne me semble pas être une activité humaine sexuée. Le type de société dans laquelle nous vivons laisse les femmes s’exprimer librement. Dans d’autres organisations sociétales, il arrive que les rôles accordés aux artistes soient répartis en fonction du sexe.
    Ensuite l’usage en France concernant le spectacle vivant laisse une part beaucoup plus importante aux hommes ; mais cela me semble relever plus de l’usage que d’une nécessité profonde liée à la création.

    2/ Pensez-vous qu’il y a un style particulier ou une part de style qui soit propre aux femmes artistes ? Le ou la quelle et pourquoi ?

    Je ne le pense pas et ne l’espère pas.

    3/ Pensez-vous que l’on attende (ou que l’on peut attendre) de la création des femmes des productions, des œuvres, des démarches, des esthétiques spécifiques différentes de celles des hommes ? Lesquels, lesquelles ? Pourquoi ?

    On attend en général des femmes qu’elles apportent quelque chose de spécifique, le spécifique étant simplement défini comme étant quelque chose de différent de ce que les hommes produisent. Dans le domaine de l’art cela perdure. Pour ma part, je ne crois pas à une sensibilité spécifiquement féminine car les femmes traversent exactement les mêmes aventures de vie que les hommes. Cela vaut encore une fois pour notre type de société où la question de la maternité reste une des rares différenciation entre les hommes et les femmes

    4/ Quelle place et quelle visibilité les femmes ont-elles dans le champ de la création artistique ?

    Aujourd’hui il me semble que dans le champ des arts plastiques et dans les arts plus individuels les femmes ont la même visibilité que les hommes. Les choses se gâtent dans les arts de la communauté, le théâtre, le cinéma etc où les chefs d’équipe sont plus traditionnellement des hommes qui s’adressent eux mêmes à des communautés d’hommes dans les secteurs de la technique ou des banques etc… La « démocratisation » des moyens techniques d’expression est généralement plus favorable aux femmes par exemple la vidéo par rapport au cinéma.

    5/ Pensez-vous qu’il existe une tendance à considérer certains arts comme étant plus favorables à la création artistique des femmes que d’autres ? Lesquels ? Pourquoi ?
    Le domaine dans lequel je travaille (la danse) est sans doute celui où la parité est le mieux respectée pour des raisons historiques. C’est également celui où la virilité a le plus de mal à s’exprimer et est le plus moquée, et les poncifs ont la peau dure car aujourd’hui encore on entend beaucoup d’âneries dans les collèges à partir du moment où un garçon a décidé de faire de la danse. Le travail de chorégraphe au sens premier du terme concerne également les deux sexes. Même si les femmes ont toujours été très présentes dans ce domaine, elles n’ont accédé que tardivement au rang de chorégraphe qui était tenu par des hommes jusqu’à la fin du XIXème siècle, là encore le rôle de chef d’équipe et d’invention leur a été contesté longtemps mais depuis le début du XXe la chorégraphie.se vit au féminin sans problème.

    6/ Y a-t-il des disciplines artistiques où il est plus difficile pour les femmes d’exister que pour les hommes ? Lesquelles ?

    Je crois que dans le cinéma la position de metteur en scène est rare comme dans le théâtre comme si ce rôle d’imaginer et d’organiser la mise en scène de l’imagination devait rester masculine, mais je crois que cela a plus à voir avec les conditions techniques dans lesquelles se déroulent ces professions.

    7/ Les attentes et les comportements des responsables culturels (programmateurs, éditeurs, galeristes, théâtres, festivals, …) et des élu(e)s en charge de la culture, en général, sont-ils différents à l’égard des femmes qu’à l’égard des hommes ? Si non, en quoi et comment sont-ils différents ?

    Responsables culturels (elles) : l’expérience, hélas prouvent qu’elles le sont souvent, même si c’est inconscient.…..
    …………………………………….
    Elu(e)s : Même chose avec ce qui est à prendre en considération est que le domaine politique reste un milieu très masculin comme le prouve l’actualité. Je suis persuadée qu’un élu fait spontanément plus confiance à un homme pour diriger une entreprise culturelle, les statistique en font la preuve. Une élue reste plus attentive.

    8/ Les critères pour l’attribution d’aides à la création ou l’accès aux formations artistiques sont-ils les mêmes pour les hommes que pour les femmes ? Si non en quoi sont diffèrent-ils ?

    Je ne pense pas qu’il y ait des écarts entre les deux.

    9/ Dans la pratique, y a-t-il égalité d’accès entre les hommes et les femmes aux aides à la création artistique, à la formation ? Si non, comment cela s’exprime-t-il ? Pourquoi ?
    Dans la pratique je ne vois pas de différence, ensuite dans mon milieu les garçons qui arrivent à un stade avancé de formation ont réellement plus de chance de trouver du boulot car ce milieu très « féminin » embauche beaucoup d’hommes.

    B/ Inégalités de genre et droits des femmes : un thème culturel ?

    10/La question de l’égalité hommes/femmes, de la parité et des droits des femmes est-elle abordée dans les créations artistiques contemporaines ? Si oui, par qui et comment ?

    Je ne vois pas de différence majeure dans les thèmes abordés par les chorégraphes occidentaux. Je reste attentive à la création des femmes en Afrique car elles semblent chercher vers des préoccupations plus universelles que les hommes encombrés par le souci de leur propre image.

    11/ Les créations artistiques véhiculent-elles ou renforcent-elles des stéréotypes sur les relations hommes/femmes, les rôles des un(e)s et des autres ?

    Pas dans le domaine dont je m’occupe ou je ne vois pas ce genre de création depuis de nombreuses années

    C/ Femmes et hommes en tant que responsables des activités et politiques culturelles

    12/ Dans votre contexte (pays, domaine artistique), la législation favorise t-elle explicitement la parité et l’égalité homme/femme dans les professions culturelles et artistiques ?

    Je pense que oui mais les statistiques me donnent tort.

    13/ Dans la pratique, y a-t-il égalité d’accès entre les hommes et les femmes aux postes et responsabilités culturels ? Si non, comment cela s’exprime-t-il ? Pourquoi ?

    Dans la pratique, je pense qu’il y a égalité. Dans les usages et les inconscients, c’est une autre affaire.

    14/ Les critères qui interviennent dans les choix politiques pour l’attribution d’aides ou l’accès aux emplois et responsabilités, sont-ils les mêmes pour les hommes que pour les femmes ? Si non en quoi diffèrent-ils ?
    Ces critères sont les mêmes dans l’absolu car la crainte d’être taxé de machisme est forte et très réactionnaire. La réalité révèle bien la mise en œuvre de bien d’autres critères.

    15/ Si le fonctionnement de la culture (gestion, programmes, aides) est organisé autour de réseaux, ceux-ci favorisent-ils tout autant les projets des femmes que des hommes ? Si non, pourquoi et comment ?

    Pour moi autant.

    16/ Il y a-t-il des réseaux (officiels ou officieux) qui sont particulièrement défavorables/favorables aux femmes (ou aux hommes) ? Leurs caractéristiques ?

    Aucun réseau officiel ne peut se déclarer ouvertement favorable ou défavorable aux femmes, après il a des circulations officieuses dans le secteur culturel (les homosexuels et les francs maçons) qui sont sans doute et très officieusement peu amènes avec les femmes même si c’est impossible à affirmer de manière ouverte. Après il existe, comme partout, des affinités politiques plus ou moins affirmées.

    17/ Si l’éducation artistique était une priorité, quelle politique (mesures, contenus, autres) recommanderiez-vous concernant l’égalité femmes/hommes (en tant qu’artistes et/ou gestionnaires de la culture) ?

    J’y réfléchis car la danse est un domaine qui devrait toucher tout le monde à tous les âges de la formation

  • pour la date du 8 mars j’ai toujours une préoccupation. pour quoi nous devons célebrer cette journée, pour moi les femmes doivent evaluer les action qu elles ont eu amenée depuis qu’on a commené a célebrer cette journée ou en sommes nous ? il faut faire un bilant.mireille

  • Nom, prénom : Bernadette Da Pozzo
    Age : 45 ans
    Profession : Metteur en scène, comédienne
    Sexe : Féminin
    Pays : Suisse

    A/ Femmes et hommes en tant qu’artistes

    1/ Voyez-vous l’art comme un monde d’hommes ? Pourquoi ?

    …Le monde de l’art n’est ni un monde d’homme ou de femmes, l’art est une expression "humaine", ni, race, ni couleur, ni sexe, juste des actes et formes d’expressions diverses propre à chacun

    2/ Pensez-vous qu’il y a un style particulier ou une part de style qui soit propre aux femmes artistes ? Le ou la quelle et pourquoi ?

    Non, la sensibilité artistique est pareille.

    3/ Pensez-vous que l’on attende (ou que l’on peut attendre) de la création des femmes des productions, des œuvres, des démarches, des esthétiques spécifiques différentes de celles des hommes ? Lesquels, lesquelles ? Pourquoi ?

    Non et pensez de cette manière est un danger pour le développement artistique et autre de la femme dans nos sociétés

    4/ Quelle place et quelle visibilité les femmes ont-elles dans le champ de la création artistique ?

    La même place qu’un artiste masculin, la même difficulté !

    5/ Pensez-vous qu’il existe une tendance à considérer certains arts comme étant plus favorables à la création artistique des femmes que d’autres ? Lesquels ? Pourquoi ?

    Pas du tout. Ce serait mettre la femme dans un carcan

    6/ Y a-t-il des disciplines artistiques où il est plus difficile pour les femmes d’exister que pour les hommes ? Lesquelles ?

    Non ....

    7/ Les attentes et les comportements des responsables culturels (programmateurs, éditeurs, galeristes, théâtres, festivals, …) et des élu(e)s en charge de la culture, en général, sont-ils différents à l’égard des femmes qu’à l’égard des hommes ? Si non, en quoi et comment sont-ils différents ?

    Les attentes, je ne pense pas mais le ou les comportements !!!!... j’aurais tendance à croire qu’un tel ou tel projet pourrait mieux se réaliser si j’acceptais le repas offert pas Monsieur truc ???.... Est-ce qu’un homme souffre de la même chose ?

    8/ Les critères pour l’attribution d’aides à la création ou l’accès aux formations artistiques sont-ils les mêmes pour les hommes que pour les femmes ? Si non en quoi sont diffèrent-ils ?

    Je ne suis pas dans le secret des Dieux, j’aimerais bien croire que oui.... mais !

    9/ Dans la pratique, y a-t-il égalité d’accès entre les hommes et les femmes aux aides à la création artistique, à la formation ? Si non, comment cela s’exprime-t-il ? Pourquoi ?

    …Dans la pratique oui.


    B/ Inégalités de genre et droits des femmes : un thème culturel ?

    10/La question de l’égalité hommes/femmes, de la parité et des droits des femmes est-elle abordée dans les créations artistiques contemporaines ? Si oui, par qui et comment ?

    Malheureusement pas assez.

    11/ Les créations artistiques véhiculent-elles ou renforcent-elles des stéréotypes sur les relations hommes/femmes, les rôles des un(e)s et des autres ?

    Les créations artistiques véhiculent et renforcent bien sûr énormément de stéréotypes.... il n’y a qu’à voir les dégâts que certaines émissions qui passent à la télévision font !!!!

    C/ Femmes et hommes en tant que responsables des activités et politiques culturelles

    12/ Dans votre contexte (pays, domaine artistique), la législation favorise t - elle explicitement la parité et l’égalité homme/femme dans les professions culturelles et artistiques ?

    Oh là là.... en Théorie oui.... en pratique, ça !...

    13/ Dans la pratique, y a-t-il égalité d’accès entre les hommes et les femmes aux postes et responsabilités culturels ? Si non, comment cela s’exprime-t-il ? Pourquoi ?

    …Non, il n’y à pas le même accès aux postes de responsabilités ? Pourquoi ? Il me semble que c’est toujours la même histoire de.... manque de confiance dans le potentiel prof. de la femme ?

    14/ Les critères qui interviennent dans les choix politiques pour l’attribution d’aides ou l’accès aux emplois et responsabilités, sont-ils les mêmes pour les hommes que pour les femmes ? Si non en quoi sont diffèrent-ils ?

    Non, ils ne sont pas pareils.... en quoi diffèrent-ils, on en revient toujours aux mêmes réponses, je pense que la confiance n’est pas pareille, on pensera que la femme est plus ... je ne sais pas.... nerveuse.... ? Ce n’est en tout les cas pas une histoire d’intelligence, ça non !……………………………………
    ……………………………………

    15/ Si le fonctionnement de la culture (gestion, programmes, aides) est organisé autour de réseaux, ceux-ci favorisent-ils tout autant les projets des femmes que des hommes ? Si non, pourquoi et comment ?

    Bien sûr et c’est une belle vision de l’avenir culturel et artistique

    16/ Il y a-t-il des réseaux (officiels ou officieux) qui sont particulièrement défavorables/favorables aux femmes (ou aux hommes) ? Leurs caractéristiques ?
    ……………………………………
    …Je n’en connais pas…………………………………

    17/ Si l’éducation artistique était une priorité, quelle politique (mesures, contenus, autres) recommanderiez-vous concernant l’égalité femmes/hommes (en tant qu’artistes et/ou gestionnaires de la culture) ?

    …Aucune politique sinon, le respect, l’écoute..... Accepter nos différences.... c’est tout ! Tiens, le respect de la femme s’apprend au sein de sa famille aussi...

  • Nom et prénom : Q A
    Age : 47 ans
    Profession : Journaliste
    Sexe : F
    Pays : France

    A/ Femmes et hommes en tant qu’artistes

    1/ Voyez-vous l’art comme un monde d’hommes ? Pourquoi ?

    …Oui, parce que c’est une réalité ! Les femmes sont moins nombreuses à la mise en scène (c’est un euphémisme) et moins dotées pour leurs productions, voire beaucoup moins médiatiques… ……

    2/ Pensez-vous qu’il y a un style particulier ou une part de style qui soit propre aux femmes artistes ? Le ou la quelle et pourquoi ?

    Non, sûrement pas. En revanche, l’approche des problématiques me semble mieux mise en abîme, le doute est plus présent, plus intrinsèque à la posture artistique féminine. Est-ce parce qu’on leur reconnaît moins de « puissance » artistique ? Je ne sais pas. Je crois voir cela dans l’art « au féminin ».……………………………………

    3/ Pensez-vous que l’on attende (ou que l’on peut attendre) de la création des femmes des productions, des œuvres, des démarches, des esthétiques spécifiques différentes de celles des hommes ? Lesquels, lesquelles ? Pourquoi ?

    Oui, sûrement, chez les programmateurs et parfois chez le public notamment sur les questions taboues comme la pornographie ou le mal. Il me semble que traitées par des femmes ces problématiques sentent davantage le soufre. Il n’y a pas de raison que la femme dans l’art soit vue autrement que dans la société ! (Enfin, c’est un avis qui n’engage que moi).

    4/ Quelle place et quelle visibilité les femmes ont-elles dans le champ de la création artistique ?

    …Médiocre, minorée.

    5/ Pensez-vous qu’il existe une tendance à considérer certains arts comme étant plus favorables à la création artistique des femmes que d’autres ? Lesquels ? Pourquoi ?

    Oui, la danse, la musique classique (et encore pas au cor ou à la grosse caisse !), le chant lyrique, le théâtre (il faut bien des femmes pour tenir le rôle des soubrettes ou des oies blanches !)

    Pourquoi ? Question d’image de la femme, c’est tout.

    6/ Y a-t-il des disciplines artistiques où il est plus difficile pour les femmes d’exister que pour les hommes ? Lesquelles ?

    au théâtre : mise en scène, écriture
    dans la musique : chef d’orchestre
    Dans la culture en général : poste de dirigeant

    7/ Les attentes et les comportements des responsables culturels (programmateurs, éditeurs, galeristes, théâtres, festivals, …) et des élu(e)s en charge de la culture, en général, sont-ils différents à l’égard des femmes qu’à l’égard des hommes ? Si non, en quoi et comment sont-ils différents ?

    Je ne peux pas le certifier. Mais je crois qu’on attend des femmes ici comme ailleurs, qu’elles apaisent les conflits (un comble dans l’art !), qu’elle fassent du beau, du propre, du respectable. …………………………………….
    Responsables culturels (elles) : dubitatifs à penser les femmes comme « totalement » créatrices.
    …………………………………….
    Elu(e)s : ….dubitatifs à considérer les femmes comme possibles dirigeantes..………………………..

    8/ Les critères pour l’attribution d’aides à la création ou l’accès aux formations artistiques sont-ils les mêmes pour les hommes que pour les femmes ? Si non en quoi sont diffèrent-ils ?*

    Oui, en principe, je crois que dans le droit français, le contraire serait discriminatoire donc interdit.
    Exception de quotas (au Conservatoire, autant de garçons que de filles admis, principe intangible).

    9/ Dans la pratique, y a-t-il égalité d’accès entre les hommes et les femmes aux aides à la création artistique, à la formation ? Si non, comment cela s’exprime-t-il ? Pourquoi ?

    Non (voir Rapport Reine Prat –DMDTS- sur le sujet !) Très éloquent

    B/ Inégalités de genre et droits des femmes : un thème culturel ?

    10/La question de l’égalité hommes/femmes, de la parité et des droits des femmes est-elle abordée dans les créations artistiques contemporaines ? Si oui, par qui et comment ?

    C’est un thème fort peu abordé, je crois, en tous cas au théâtre, que je connais mieux. Sans doute, parce que les « auteurs » sont souvent des hommes. C’est moins vrai dans l’art contemporain, où les femmes s’exposent plus crûment, me semble-t-il.
    Mais la question de la différence des sexes sous un angle moins politique semble, en revanche, un sujet inépuisable. ……………………………..

    11/ Les créations artistiques véhiculent-elles ou renforcent-elles des stéréotypes sur les relations hommes/femmes, les rôles des un(e)s et des autres ?

    Oui, dans la mesure où elles ne les remettent pas en cause !


    C/ Femmes et hommes en tant que responsables des activités et politiques culturelles

    12/ Dans votre contexte (pays, domaine artistique), la législation favorise t-elle explicitement la parité et l’égalité homme/femme dans les professions culturelles et artistiques ?

    Oui, en théorie (en tous cas, on y tend), mais dans la pratique, c’est autre chose. ……………………………………
    ……………………………………

    13/ Dans la pratique, y a-t-il égalité d’accès entre les hommes et les femmes aux postes et responsabilités culturels ? Si non, comment cela s’exprime-t-il ? Pourquoi ?

    …Sûrement pas. La réalité comptable parle d’elle-même.………………………………..
    …………………………………..

    14/ Les critères qui interviennent dans les choix politiques pour l’attribution d’aides ou l’accès aux emplois et responsabilités, sont-ils les mêmes pour les hommes que pour les femmes ? Si non en quoi sont diffèrent-ils ?

    Allez savoir ! bien évidemment les règles discriminantes ne sont jamais écrites !……………………………………
    ……………………………………

    15/ Si le fonctionnement de la culture (gestion, programmes, aides) est organisé autour de réseaux, ceux-ci favorisent-ils tout autant les projets des femmes que des hommes ? Si non, pourquoi et comment ?
    Pas de compétence pour répondre……………………………………
    ……………………………………

    16/ Il y a-t-il des réseaux (officiels ou officieux) qui sont particulièrement défavorables/favorables aux femmes (ou aux hommes) ? Leurs caractéristiques ?

    idem …………………………………
    ……………………………………

    17/ Si l’éducation artistique était une priorité, quelle politique (mesures, contenus, autres) recommanderiez-vous concernant l’égalité femmes/hommes (en tant qu’artistes et/ou gestionnaires de la culture) ?

    Que l’on favorise la lecture d’œuvres féminines, juste pour montrer que les femmes savent aussi écrire ! Et puis, le choix de textes où les femmes dérogent aux clichés en vigueur en ce qui concerne leur fonction ou leur rôle dans la société. Ce n’est pas gagné. Enfin, puisque le théâtre est le lieu du débat, j’engagerais le débat au sein même des écoles…………………………………..


    18/ Ce que vous souhaiteriez rajouter ou commenter :

    Il faut diffuser le rapport Reine Prat et ne plus avoir peur de cette question. Elle reste taboue, alors que ni les hommes, ni les femmes n’ont rien à gagner à ce silence.
    Sachez que la culture est l’un des derniers bastions masculins. Même l’armée fait mieux dans le recrutement de ses ouailles ! De la part d’un secteur qui est censé être au cœur des failles de la société et qui est censé les regarder artistiquement, c’est le ponpon.

  • N.P
    Age : 47
    Profession : Écrivain de théâtre
    Sexe : F
    Pays : France

    A/ Femmes et hommes en tant qu’artistes

    1/ Voyez-vous l’art comme un monde d’hommes ? Pourquoi ?
    Non. Parce que je suis une femme et que j’écris.

    2/ Pensez-vous qu’il y a un style particulier ou une part de style qui soit propre aux femmes artistes ? Le ou laquelle et pourquoi ?

    C’est le regard porté sur l’art qui induit un style féminin ou masculin. On devrait créer des œuvres anonymes. Il y aurait beaucoup de surprises.
    S’il y a un rôle à jouer pour des femmes artistes, c’est peut-être d’introduire plus de figures féminines dans les arts. Par exemple, il y a très peu d’héroïnes féminines dans la littérature enfantine. À quand un Harry Potter féminin ? ( Au passage, l’auteur Joanne Rowling, sous la pression de son agent modifie son nom en J. K. Rowling parce que les petits garçons auraient rechigné à acheter un livre écrit par une femme, selon lui. )

    3/ Pensez-vous que l’on attende (ou que l’on peut attendre) de la création des femmes des productions, des œuvres, des démarches, des esthétiques spécifiques différentes de celles des hommes ? Lesquels, lesquelles ? Pourquoi ?

    Je me reconnais chez certains créateurs tout comme chez des créatrices. À un certain niveau, il n’y a pas d’esthétiques différentes.Ou alors, les différences d’esthétiques existent à tous les niveaux : âge, milieu, famille, environnement naturel, condition de naissance etc.………………………………..
    Le fait d’avoir deux seins n’influence pas mon style d’écriture.
    Je ne me préoccupe pas de ce que l’on attend de moi en tant qu’auteur. Cependant, je me sens plus concernée en tant que femme par certains sujets : par exemple dans mon dernier texte j’aborde le sort fait aux petites chinoises. Mais le destin des jeunes Allemands qui se font stériliser à 20 ans me préoccupe tout autant.………………………………….

    4/ Quelle place et quelle visibilité les femmes ont-elles dans le champ de la création artistique ?

    Faible. ………………………………..
    …………………………………..

    5/ Pensez-vous qu’il existe une tendance à considérer certains arts comme étant plus favorables à la création artistique des femmes que d’autres ? Lesquels ? Pourquoi ?

    La danse. Parce que c’est un art du corps. Un art muet. Si le corps est contestataire, il le fait en se mettant en danger, il se mutile. Il se tue parfois et se tait.

    6/ Y a-t-il des disciplines artistiques où il est plus difficile pour les femmes d’exister que pour les hommes ? Lesquelles ?

    Le théâtre. Il y a très peu de femmes metteurs en scène, assez peu d’auteurs.
    Je pense sérieusement à prendre un pseudo masculin pour voir.
    Le domaine où la femme est reléguée et où elle se réfugie elle-même est le jeune public.

    7/ Les attentes et les comportements des responsables culturels (programmateurs, éditeurs, galeristes, théâtres, festivals, …) et des élu(e)s en charge de la culture, en général, sont-ils différents à l’égard des femmes qu’à l’égard des hommes ? Si non, en quoi et comment sont-ils différents ?

    Oui, je crois. Ils attendent quelque chose de moins subversifs que pour les hommes. Ils attendent de la beauté du charme ou la confirmation qu’ils dominent ; au mieux : de la subjugation. ( Avec toutes les réserves que supposent les généralités. )

    Responsables culturels (elles) : …..

    Si la femme est iconoclaste ou perturbante dans les représentations qu’elle a d’elle-même, ils ont peur. ( Il y a des exceptions bien sûr. )
    …………………………………….
    Elu(e)s :

    Encore plus traditionnels que les responsables culturels. Ils attendent une image de la femme séductrice qui les rassure dans leur rôle.………………………..
    Si l’artiste femme a un certain âge c’est terrible, elle n’est même plus séduisante.

    8/ Les critères pour l’attribution d’aides à la création ou l’accès aux formations artistiques sont-ils les mêmes pour les hommes que pour les femmes ? Si non en quoi sont diffèrent-ils ?

    Je ne suis pas en mesure de répondre pour toutes les aides. En ce qui me concerne, à priori, les critères du CNL ou la DMDTS ont été les mêmes.

    9/ Dans la pratique, y a-t-il égalité d’accès entre les hommes et les femmes aux aides à la création artistique, à la formation ? Si non, comment cela s’exprime-t-il ? Pourquoi ?

    Je ne sais pas.…………………………………..
    …………………………………..
    B/ Inégalités de genre et droits des femmes : un thème culturel ?
    10/La question de l’égalité hommes/femmes, de la parité et des droits des femmes est-elle abordée dans les créations artistiques contemporaines ? Si oui, par qui et comment ?

    Assez peu. Par les femmes...………………………………..

    11/ Les créations artistiques véhiculent-elles ou renforcent-elles des stéréotypes sur les relations hommes/femmes, les rôles des un(e)s et des autres ?

    Oui. Il n’y a qu’à voir les créations théâtrales d’Avignon où le personnage féminin est majoritairement soumis ou maltraité quand il n’est pas absent. On est toujours dans l’image de la prostituée sacrée ou vulgaire, de la mère dans l’ombre, de la jeune femme « violable » et de la petite fille « incestuée ».

    C/ Femmes et hommes en tant que responsables des activités et politiques culturelles

    12/ Dans votre contexte (pays, domaine artistique), la législation favorise t-elle explicitement la parité et l’égalité homme/femme dans les professions culturelles et artistiques ?

    Ça commence à bouger, mais on voit encore les plus grosses structures constituées ainsi : à la tête un directeur et ensuite une myriade d’assistantes efficaces.……………………………………
    Il y a un problème dans la transmission : à diplôme ou compétence équivalents un aîné passera plus facilement le relais à un jeune homme qu’à une jeune femme.……………………………………

    13/ Dans la pratique, y a-t-il égalité d’accès entre les hommes et les femmes aux postes et responsabilités culturels ? Si non, comment cela s’exprime-t-il ? Pourquoi ?

    NON. Dans les structures que j’ai observées, les jeunes femmes sont plus au service des autres que les jeunes hommes. Les jeunes hommes délèguent plus rapidement les tâches et se trouvent vite à une place de responsabilité.
    Je parle volontairement des jeunes hommes et jeunes femmes parce que je constate une sorte de régression au sein de la nouvelle génération. J’ai vu beaucoup de jeunes femmes très diplômées souffrir. Je crois qu’on ne sort pas de deux millénaires de soumission sans un changement profond des mentalités. Les jeunes femmes ont à apprendre à diriger un projet, une équipe à se dégager du rôle d’aide à perpétuité qu’elles portent comme une mission. Les jeunes femmes pensent qu’il faut savoir tout faire, elles sont plus exigeantes avec elles-mêmes. Les jeunes hommes, non. Ils perçoivent vite par exemple les stratégies clef pour se dégager des tâches ingrates et trouver l’endroit pour être rapidement « décideur » et dominant.

    14/ Les critères qui interviennent dans les choix politiques pour l’attribution d’aides ou l’accès aux emplois et responsabilités, sont-ils les mêmes pour les hommes que pour les femmes ? Si non en quoi sont diffèrent-ils ?……………………………………

    15/ Si le fonctionnement de la culture (gestion, programmes, aides) est organisé autour de réseaux, ceux-ci favorisent-ils tout autant les projets des femmes que des hommes ? Si non, pourquoi et comment ?……………………………………

    16/ Il y a-t-il des réseaux (officiels ou officieux) qui sont particulièrement défavorables/favorables aux femmes (ou aux hommes) ? Leurs caractéristiques ?

    Difficile d’accéder dans les Centre Nationaux et Régionaux Dramatiques pour metteurs en scène et auteurs femme (Il y en a mais elles font figures d’exception). ) ). Même chose pour les Théâtres Nationaux : seulement une ou deux femmes metteur en scène ou auteur dans une saison. .…………………………………

    17/ Si l’éducation artistique était une priorité, quelle politique (mesures, contenus, autres) recommanderiez-vous concernant l’égalité femmes/hommes (en tant qu’artistes et/ou gestionnaires de la culture) ?

    Que les hommes artistes aillent dans les classes maternelles comprendre ce que peut être la vivacité déroutante de l’être en devenir et en classes primaires se frotter à l’intelligence humaine des philosophes de 10 ans. Les femmes artistes dans les universités, histoire d’adopter un autre rapport à la transmission. Pour les collèges et lycées rétablir la parité hommes femmes.
    ( C’est de l’humour. )

    18/ Ce que vous souhaiteriez rajouter ou commenter :

    Qu’il y a encore beaucoup de travail pour une égalité homme femme dans le monde artistique et culturel. Pour ma part le maillon faible réside dans la transmission. Les aînés-hommes devraient transmettre leur savoir et leurs compétences aux jeunes femmes et les aînées-femmes devraient transmettre leurs expériences aux jeunes hommes.
    Sauf que dans le premier cas, ça finit souvent au lit, dans le deuxième cas, le jeune homme trouve une maman.
    Conclusion ? Faudrait-il éliminer le « sexuel » dans les relations de travail pour trouver enfin une égalité ? Le changement ne peut venir que des femmes, se faire respecter en tant que femmes, qu’être humain pensant, créateur, en tant qu’être libre de sa propre vie. Et il y a quelques hommes qui trouveront cela très bien, parce qu’ils comprendront que leur pouvoir ne sera en rien menacé. Ils n’en seront que plus aimés.

  • Catach Irène Age : 55 ans Profession : Chercheur, Enseignante Sexe : F Pays : France


    A/ Femmes et hommes en tant qu’artistes

    1/ Voyez-vous l’art comme un monde d’hommes ? Pourquoi ?

    non, pas particulièrement…………………………………..

    2/ Pensez-vous qu’il y a un style particulier ou une part de style qui soit propre aux femmes artistes ? Le ou la quelle et pourquoi ?

    Il est difficile de donner une réponse générale. Jusque dans la deuxième moitié du 20e siècle, il y avait très peu de femmes artistes. Pour ce qui est de l’art contemporain, il me semble qu’il y a des hommes et des femmes, mais davantage d’hommes. Les performances violentes sont souvent le fait des hommes (ex. Bruce Neuman), mais pas seulement. Les femmes sont souvent minoritaires mais présentes, comme Niky de Saint Phale dans le mouvement du nouveau réalisme. Par contre en philosophie, les femmes sont moins nombreuses -je le vois avec mes étudiants, et si on pense aux penseurs qui ont marqué la deuxième moitié du XXe siècle (Foucault, Barthes, Sartres, Derida, Ricoeur, etc.) il y a quand même beaucoup moins de noms de femmes que le grand public cultivé, par exemple pourrait connaître (peut-être Julia Kristeva ?). Sans réfléchir particulièrement, je me rends compte que je ne saurais pas citer le nom d’une seule metteur en scène femme ! Mais évidemment pour les acteurs et les actrices, on en connaît certainement autant pour chaque sexe

    3/ Pensez-vous que l’on attende (ou que l’on peut attendre) de la création des femmes des productions, des œuvres, des démarches, des esthétiques spécifiques différentes de celles des hommes ? Lesquels, lesquelles ? Pourquoi ?

    Je ne vois pas vraiment pourquoi … Il me semble que toutes les réponses données à ce genre de questions relèvent de clichés pas trop prouvés : les femmes seraient plus sensibles, plus affectives…

    4/ Quelle place et quelle visibilité les femmes ont-elles dans le champ de la création artistique ?

    cela dépend des arts, il me semble qu’elle est importante en littérature, moins en peinture, en théatre et cinéma plus comme acteur que comme metteur en scène …

    5/ Pensez-vous qu’il existe une tendance à considérer certains arts comme étant plus favorables à la création artistique des femmes que d’autres ? Lesquels ? Pourquoi ?

    Je ne sais pas mais c’est clair que si on a du mal à se rappeler le nom d’une peintre ou d’une sculpteure femme au XVIIIe, par contre on connaît quelques noms d’écrivaines … C’est plus une question de ce qui est admis socialement qu’une question de ‘capacités’.

    6/ Y a-t-il des disciplines artistiques où il est plus difficile pour les femmes d’exister que pour les hommes ? Lesquelles ? Certainement, voir ci-dessus.

    7/ Les attentes et les comportements des responsables culturels (programmateurs, éditeurs, galeristes, théâtres, festivals, …) et des élu(e)s en charge de la culture, en général, sont-ils différents à l’égard des femmes qu’à l’égard des hommes ? Si non, en quoi et comment sont-ils différents ?

    Je ne sais pas, c’est probable. ……………………………………. Responsables culturels (elles) : ….. Elu(e)s : ………………………..

    8/ Les critères pour l’attribution d’aides à la création ou l’accès aux formations artistiques sont-ils les mêmes pour les hommes que pour les femmes ? Si non en quoi sont diffèrent-ils ? ……………………………………

    9/ Dans la pratique, y a-t-il égalité d’accès entre les hommes et les femmes aux aides à la création artistique, à la formation ? Si non, comment cela s’exprime-t-il ? Pourquoi ?

    B/ Inégalités de genre et droits des femmes : un thème culturel ?

    10/La question de l’égalité hommes/femmes, de la parité et des droits des femmes est-elle abordée dans les créations artistiques contemporaines ? Si oui, par qui et comment ?

    Non

    11/ Les créations artistiques véhiculent-elles ou renforcent-elles des stéréotypes sur les relations hommes/femmes, les rôles des un(e)s et des autres ?

    Non, elles les remettent plutôt en cause

    C/ Femmes et hommes en tant que responsables des activités et politiques culturelles

    12/ Dans votre contexte (pays, domaine artistique), la législation favorise t-elle explicitement la parité et l’égalité homme/femme dans les professions culturelles et artistiques ?

    Il y a une tendance, dans l’université, à respecter la parité, sans le dire, à favoriser l’embauche des femmes……………………………………

    13/ Dans la pratique, y a-t-il égalité d’accès entre les hommes et les femmes aux postes et responsabilités culturels ? Si non, comment cela s’exprime-t-il ? Pourquoi ?

    Dans l’université et la recherche, le recrutement est égal, mais les postes de responsabilité sont davantage tenus par les hommes (en nombre), même si des femmes arrivent aux plus hautes responsabilités. Mais c’est peut-être aussi une question de gout …


    14/ Les critères qui interviennent dans les choix politiques pour l’attribution d’aides ou l’accès aux emplois et responsabilités, sont-ils les mêmes pour les hommes que pour les femmes ? Si non en quoi sont diffèrent-ils ?

    15/ Si le fonctionnement de la culture (gestion, programmes, aides) est organisé autour de réseaux, ceux-ci favorisent-ils tout autant les projets des femmes que des hommes ? Si non, pourquoi et comment ?

    16/ Il y a-t-il des réseaux (officiels ou officieux) qui sont particulièrement défavorables/favorables aux femmes (ou aux hommes) ? Leurs caractéristiques ?

    17/ Si l’éducation artistique était une priorité, quelle politique (mesures, contenus, autres) recommanderiez-vous concernant l’égalité femmes/hommes (en tant qu’artistes et/ou gestionnaires de la culture) ?

    L’important ce n’est pas de nier la réalité, mais de la souligner. Par exemple si on présente aux jeunes la peinture ou la sculpture du Moyen Age et de la Renaissance, leur faire remarquer qu’il ne s’agit que d’une culture d’homme, et que c’est ‘culturel’, mais n’a rien de ‘naturel’. Sinon, les réalités s’imposent comme des évidences d’ordre naturel de façon telle qu’elles restent des évidences, des choses admises, immuables … comme cela était des préjugés racistes transmis par les livres de lecture par exemple, ou encore des préjugés anti homo etc.

  • Motte, Mélancolie Age : 37 Profession : conteuse Sexe : F Pays : Belgique

    A/ Femmes et hommes en tant qu’artistes

    1/ Voyez-vous l’art comme un monde d’hommes ? Pourquoi ?

    …Majoritairement mais pas entièrement. Parce que tout comme les femmes font la cuisine au quotidien, ce sont les hommes qui sont chefs coq… Parce que l’on vit dans un patriarcat machiste

    2/ Pensez-vous qu’il y a un style particulier ou une part de style qui soit propre aux femmes artistes ? Le ou la quelle et pourquoi ?

    …Dans le conte, pour certaines, une recherche plus particulière du lien entre le corps et la parole.

    3/ Pensez-vous que l’on attende (ou que l’on peut attendre) de la création des femmes des productions, des œuvres, des démarches, des esthétiques spécifiques différentes de celles des hommes ? Lesquels, lesquelles ? Pourquoi ?

    … Souvent, la thématique des femmes artistes parle justement de leurs difficulté de leur position féminine dans un monde d’homme : leur sexualité, la maternité, la connotation femme = diablesse, etc……….


    4/ Quelle place et quelle visibilité les femmes ont-elles dans le champ de la création artistique ?

    Comme tout le reste, le pourcentage de visibilité et de place est bien moindre pour les femmes que pour les hommes. Rares sont les femmes directrices de théâtre, productrices, …Par contre, ce sont elles qui remplissent les stages et les formations en tout genre. Parce qu’elle ne dérange pas à ce stade, parce qu’elles ont un besoin bien plus grand de reconnaissance et que la société leur donnent une image de « pas à la hauteur », parce que, aussi, elles n’ont pas le même temps disponible pour monter sur les planches ou peindre la toile puisqu’elles sont souvent mères, et chefs (malgré elles) au foyer.

    5/ Pensez-vous qu’il existe une tendance à considérer certains arts comme étant plus favorables à la création artistique des femmes que d’autres ? Lesquels ? Pourquoi ? ………

    Non…………………………… ……………………………………

    6/ Y a-t-il des disciplines artistiques où il est plus difficile pour les femmes d’exister que pour les hommes ? Lesquelles ? ………

    Toutes, mais cela rejoint les points + hauts…………………………… ……………………………………

    7/ Les attentes et les comportements des responsables culturels (programmateurs, éditeurs, galeristes, théâtres, festivals, …) et des élu(e)s en charge de la culture, en général, sont-ils différents à l’égard des femmes qu’à l’égard des hommes ? Si non, en quoi et comment sont-ils différents ? …………………………………….

    Responsables culturels (elles) : ….. ……………………………………. Elu(e)s : ……………………….. …………………………………….

    8/ Les critères pour l’attribution d’aides à la création ou l’accès aux formations artistiques sont-ils les mêmes pour les hommes que pour les femmes ? Si non en quoi sont diffèrent-ils ? …………………………………… ……………………………………

    9/ Dans la pratique, y a-t-il égalité d’accès entre les hommes et les femmes aux aides à la création artistique, à la formation ? Si non, comment cela s’exprime-t-il ? Pourquoi ? ………………………………….. …………………………………..

    B/ Inégalités de genre et droits des femmes : un thème culturel ?

    10/La question de l’égalité hommes/femmes, de la parité et des droits des femmes est-elle abordée dans les créations artistiques contemporaines ? Si oui, par qui et comment ?

    J’en connais peu, et il me semble que ce sont souvent des institutions qui sont à la base de ce genre de « commande ». Par exemple, une amie conteuse a monté un spectacle sur la condition des femmes pour la journée de lutte contre la femme battue organisé par Amnesty International. Il y a aussi bien sûr des films qui traitent du sujet (les femmes afghanes,…), mais souvent tourné par des réalisateurs masculins.…………………………….. Les livres seraient peut-être plus abordables/abordés, et écrits par des femmes (« Cachez ce sexe que je ne saurai voir » entre autre). …………………………………..

    11/ Les créations artistiques véhiculent-elles ou renforcent-elles des stéréotypes sur les relations hommes/femmes, les rôles des un(e)s et des autres ?

    …Le cri et l’expression des femmes vis-à-vis de leurs souffrance est une lutte constante et juste. Elle les cantonnera cependant constamment dans une image, un rôle de par ce fait.……………………………….. …………………………………..

    C/ Femmes et hommes en tant que responsables des activités et politiques culturelles

    12/ Dans votre contexte (pays, domaine artistique), la législation favorise t-elle explicitement la parité et l’égalité homme/femme dans les professions culturelles et artistiques ?

    ……Sur papier, oui. Pas dans les faits.……………………………… ……………………………………

    13/ Dans la pratique, y a-t-il égalité d’accès entre les hommes et les femmes aux postes et responsabilités culturels ? Si non, comment cela s’exprime-t-il ? Pourquoi ?

    ……Cela ne s’exprime pas vraiment, ne se sent pas dans le quotidien. Et pourtant, c’est un fait : le pourcentage de femmes installées dans des postes culturels élevés est bien moindre. Ceci dit, le poste de ministère de la culture en Belgique est, pour ce mandat, occupé non seulement par une femme, mais arabe qui plus est : Fadila Laanan.…………………………….. …………………………………..

    14/ Les critères qui interviennent dans les choix politiques pour l’attribution d’aides ou l’accès aux emplois et responsabilités, sont-ils les mêmes pour les hommes que pour les femmes ? Si non en quoi sont diffèrent-ils ?

    ……En tant qu’ex employeur, je peux dire que malgré mon propre sexe féminin, l’accès au poste que nous attribuions était fait en fonction de l’âge et du nombre d’enfants de la personne (càd une femme à la trentaine sans enfant risque de commencer à en faire, une femme avec des enfants en bas âge risque de ne pas être disponible pour le travail du soir, etc.)……………………………… ……………………………………

    15/ Si le fonctionnement de la culture (gestion, programmes, aides) est organisé autour de réseaux, ceux-ci favorisent-ils tout autant les projets des femmes que des hommes ? Si non, pourquoi et comment ?

    ……………Je pense que de ce point de vue- là, il n’y a pas de discrimination.……………………… ……………………………………

    16/ Il y a-t-il des réseaux (officiels ou officieux) qui sont particulièrement défavorables/favorables aux femmes (ou aux hommes) ? Leurs caractéristiques ?

    …Dans le conte, on pourrait penser qu’il n’y a pas de différences liées au sexe. Et pourtant, une anecdote : à un jury de concours de contes, une femme était la présidente. Les 4 autres conteurs du jury étaient masculins. Au moins deux d’entre eux ont clairement laissé paraître leur mécontentement de voir une femme à la tête du groupe. Officieusement, le machisme est partout.………………………………… ……………………………………

    17/ Si l’éducation artistique était une priorité, quelle politique (mesures, contenus, autres) recommanderiez-vous concernant l’égalité femmes/hommes (en tant qu’artistes et/ou gestionnaires de la culture) ?

    …Que cette thématique soit sur la liste des priorités. Que toutes initiatives allant en ce sens soient donc soutenues financièrement en conséquence. ……………………………….. …………………………………

    .. 18/ Ce que vous souhaiteriez rajouter ou commenter :

    …Dans le projet de prêt bancaire « Grameen » au Bangladesh (prix Nobel de cette année), ils ont tenus à octroyer des prêts 50 % à des hommes, 50% à des femmes. Ils ont comparé la manière dont les uns et les autres avaient fait fructifier leurs biens. Pratiquement à chaque fois les femmes. Parce qu’elles envisagent les choses à long terme, et pour tout leur entourage. Alors que l’homme pense son projet en général pour lui, dans l’instant.. ……………………………………………..

  • M.A
    Age : 38 ans
    Profession : journaliste
    Sexe : féminin
    Pays : France / Togo

    A/ Femmes et hommes en tant qu’artistes

    1/ Voyez-vous l’art comme un monde d’hommes ? Pourquoi ?

    Non, notamment l’art contemporain dans lequel je trouve les femmes très présentes. Pas tant par leur nombre que par leur influence artistique, l’intérêt de leurs propositions. Si l’art dit traditionnel ou classique peut m’apparaître comme un univers masculin, je considère l’art contemporain comme un monde bien plus féminin.………………………………..

    2/ Pensez-vous qu’il y a un style particulier ou une part de style qui soit propre aux femmes artistes ? Le ou la quelle et pourquoi ?

    L’hétérogénéité de la création artistique féminine ne me semble pas pouvoir être définie, rassemblée sous un quelconque dénominateur commun, aussi petit fût-il. …………………………………
    ……………………………………

    3/ Pensez-vous que l’on attende (ou que l’on peut attendre) de la création des femmes des productions, des œuvres, des démarches, des esthétiques spécifiques différentes de celles des hommes ? Lesquels, lesquelles ? Pourquoi ?

    Oui, nous pouvons assez logiquement attendre des démarches distinctes de celles des hommes. Leur vécu est différent. Comment n’influencerait-il pas leurs démarches, leurs œuvres, leurs esthétiques, leurs propos et postures d’artistes ? …………………………………..
    ………………………………….

    4/ Quelle place et quelle visibilité les femmes ont-elles dans le champ de la création artistique ?

    Cela diffère sensiblement d’un continent l’autre, d’un pays l’autre, mais elles me semblent en général présentes dans la plupart des avant-gardes artistiques contemporaines. Ceci dit, dans plusieurs domaines (cinéma, musique, danse, mode…), beaucoup de femmes m’apparaissent également comme de saisissants produits de marketing culturel…………………………..

    5/ Pensez-vous qu’il existe une tendance à considérer certains arts comme étant plus favorables à la création artistique des femmes que d’autres ? Lesquels ? Pourquoi ?

    Oui, les préjugés sociaux ne se reflètent-ils pas dans la catégorisation même des pratiques artistiques ?

    6/ Y a-t-il des disciplines artistiques où il est plus difficile pour les femmes d’exister que pour les hommes ? Lesquelles ?

    Là encore, on ne peut pas généraliser. La situation diffère sensiblement en Europe et en Afrique, et d’un pays à l’autre. Mais disons que certains préjugés demeurent encore… J’observe moins de femmes dans des domaines comme la mise en scène, la réalisation et la photographie………………………

    7/ Les attentes et les comportements des responsables culturels (programmateurs, éditeurs, galeristes, théâtres, festivals, …) et des élu(e)s en charge de la culture, en général, sont-ils différents à l’égard des femmes qu’à l’égard des hommes ? Si non, en quoi et comment sont-ils différents ?

    Difficile toujours de généraliser mais s’il faut dégager une tendance, je me fierais à mon expérience. J’observe effectivement des attentes et des comportements différents à l’égard des hommes et des femmes. Il me semble d’ailleurs impossible d’exclure la prise en compte du genre dans les comportements sociaux, particulièrement dans le domaine des arts et de la culture.
    Dans ces rapports si particuliers artistes-responsables culturels, qui se fondent essentiellement sur le malentendu, au mieux le non-formulé et le subjectif, autant dire un épatant « flou artistique »… peut-on nier que se reflètent encore aujourd’hui, à travers 1001 subtilités, les avatars de tenaces préjugés ?

    Responsables culturels (elles) : …..
    …………………………………….
    Elu(e)s : ………………………..

    8/ Les critères pour l’attribution d’aides à la création ou l’accès aux formations artistiques sont-ils les mêmes pour les hommes que pour les femmes ? Si non en quoi sont diffèrent-ils ?

    En général, il me semble être semblables. Du moins officiellement. Difficile aujourd’hui dans un tel domaine d’afficher une quelconque distinction de critère fondée sur le genre. Est-ce à mettre au « crédit/débit » des féministes ? Je ne sais. De toutes façons, les critères généraux de l’art contemporain se « féminisent » insensiblement, presque inconsciemment. Même si les valeurs de l’art que je considère comme masculines me semblent encore dominer aujourd’hui.
    ……………………………………

    9/ Dans la pratique, y a-t-il égalité d’accès entre les hommes et les femmes aux aides à la création artistique, à la formation ? Si non, comment cela s’exprime-t-il ? Pourquoi ?

    Globalement, l’accès me paraît inégal. Cela reflète des contraintes et des pressions sociales différentes. .…………………………………..
    B/ Inégalités de genre et droits des femmes : un thème culturel ?
    10/La question de l’égalité hommes/femmes, de la parité et des droits des femmes est-elle abordée dans les créations artistiques contemporaines ? Si oui, par qui et comment ?

    Elle me semble peu, voire très peu abordée. Elle n’est toutefois pas totalement absente dans le théâtre, le cinéma, la danse. Ce sont en général des femmes qui portent ces questions.…………………………………..

    11/ Les créations artistiques véhiculent-elles ou renforcent-elles des stéréotypes sur les relations hommes/femmes, les rôles des un(e)s et des autres ?

    Je trouve que les créations artistiques renforcent souvent les stéréotypes. C’est dommage, presque affligeant parfois. Nous rêvons de plus d’audace, de réflexion, de vision, de singularité…………………………………..

    C/ Femmes et hommes en tant que responsables des activités et politiques culturelles

    12/ Dans votre contexte (pays, domaine artistique), la législation favorise t-elle explicitement la parité et l’égalité homme/femme dans les professions culturelles et artistiques ?

    Je n’ai pas l’impression que ce soit le cas en France……………………………………
    ……………………………………

    13/ Dans la pratique, y a-t-il égalité d’accès entre les hommes et les femmes aux postes et responsabilités culturels ? Si non, comment cela s’exprime-t-il ? Pourquoi ?

    Non, il n’y a pas égalité d’accès. Cela s’explique tjrs par la survivance des préjugés. Mais aussi par le fait que peu de femmes osent encore (voire s’intéressent à…) de tels postes. …………………………………..

    14/ Les critères qui interviennent dans les choix politiques pour l’attribution d’aides ou l’accès aux emplois et responsabilités, sont-ils les mêmes pour les hommes que pour les femmes ? Si non en quoi sont diffèrent-ils ?

    Ne suis pas compétente pour répondre………………………………
    ……………………………………

    15/ Si le fonctionnement de la culture (gestion, programmes, aides) est organisé autour de réseaux, ceux-ci favorisent-ils tout autant les projets des femmes que des hommes ? Si non, pourquoi et comment ?

    Il me semble que oui, proportionnellement… Ce qui compte avant tout, c’est la qualité des projets.……………………………………

    16/ Il y a-t-il des réseaux (officiels ou officieux) qui sont particulièrement défavorables/favorables aux femmes (ou aux hommes) ? Leurs caractéristiques ?

    Je ne les connais pas……………………………………

    17/ Si l’éducation artistique était une priorité, quelle politique (mesures, contenus, autres) recommanderiez-vous concernant l’égalité femmes/hommes (en tant qu’artistes et/ou gestionnaires de la culture) ?

    Veiller à plus ou moins équilibrer œuvres d’hommes et de femmes dans les périodes étudiées.
    Etudier les spécificités des créations féminines…………………………………..

    18/ Ce que vous souhaiteriez rajouter ou commenter :

  • Blanche G.
    Age : 50
    Profession : Productrice
    Sexe : F
    Pays : F

    A/ Femmes et hommes en tant qu’artistes

    1/ Voyez-vous l’art comme un monde d’hommes ? Pourquoi ?

    Je me sens plus dans un métier et une industrie, qu’un art. Mais ceci étant dit, je crois effectivement que le métier de producteur est un métier d’homme (ou a tout le moins correspondant au comportement considéré comme masculin : volonté de conquête, ego surdimensionné, besoin de reconnaissance explicite) dans lequel il est assez difficile d’exister sur un autre mode de rapport au monde. Ceci étant posé je ne crois pas que ce soit pire (et je crois que c’est même moins) que dans bien des milieux ………………………………..
    …………………………………..

    2/ Pensez-vous qu’il y a un style particulier ou une part de style qui soit propre aux femmes artistes ? Le ou la quelle et pourquoi ?

    Dans l’approche oui, mais dans le style ???? Cela voudrait-il dire que l’art des hommes est d’une seule famille ?………………………………
    ……………………………………

    3/ Pensez-vous que l’on attende (ou que l’on peut attendre) de la création des femmes des productions, des œuvres, des démarches, des esthétiques spécifiques différentes de celles des hommes ? Lesquels, lesquelles ? Pourquoi ?

    J’ai un peu de mal à systématiser. Cela voudrait dire qu’on arrive à faire très clairement la part de ce qui est spécifique à un artiste, de ce qui vient de son appartenance à l’un ou l’autre sexe. En revanche il est indéniable que l’approche du monde (qu’il soit dans la pratique d’un art, ou dans l’exercice qu’une fonction) va déterminer des pratiques, des relations, des pensées que l’on peut sans doute retrouver chez toutes celles qui ont été élevées comme des femmes. ………………………………..
    ………………………………….

    4/ Quelle place et quelle visibilité les femmes ont-elles dans le champ de la création artistique ?

    Elles sont sans doute plus facilement reconnues dans le champ de la création artistique (pour laquelle une « sensibilité féminine » peut être considérée comme un atout) que dans l’industrie lourde ! Dans ce cas il faudra faire la preuve que l’on peut fonctionner selon des codes masculins. D’ailleurs les femmes qui sont reconnues dans ces champs là sont considérée au choix comme des « garçons manqués » ou des « monstres ».
    …………………………………..

    5/ Pensez-vous qu’il existe une tendance à considérer certains arts comme étant plus favorables à la création artistique des femmes que d’autres ? Lesquels ? Pourquoi ?

    Comme en science ou il serait plus « naturel » que les femmes se dirigent vers les métiers de la santé, de la biologie, en un mot du vivant (parce qu’elles procréent ?) que vers les recherches d’abstraction pure ? (voir le film que j’ai produit sur les femmes chercheurs de haut niveau « Femmes de tête » d’Hervé Nisic qui manifestent avec beaucoup d’humour et de compétence le contraire) ……………………………………

    6/ Y a-t-il des disciplines artistiques où il est plus difficile pour les femmes d’exister que pour les hommes ? Lesquelles ?

    On connaît peu de femmes sculpteur ou compositeur. Pourquoi ? Quelles sont les qualités « masculines » qui restent nécessaire à ces pratiques ????……………………………………
    ……………………………………

    7/ Les attentes et les comportements des responsables culturels (programmateurs, éditeurs, galeristes, théâtres, festivals, …) et des élu(e)s en charge de la culture, en général, sont-ils différents à l’égard des femmes qu’à l’égard des hommes ? Si non, en quoi et comment sont-ils différents ?…………………………………….

    Responsables culturels (elles) : …..
    …………………………………….
    Elu(e)s : ………………………..
    …………………………………….

    8/ Les critères pour l’attribution d’aides à la création ou l’accès aux formations artistiques sont-ils les mêmes pour les hommes que pour les femmes ? Si non en quoi sont diffèrent-ils ?
    ……………………………………
    ……………………………………

    9/ Dans la pratique, y a-t-il égalité d’accès entre les hommes et les femmes aux aides à la création artistique, à la formation ? Si non, comment cela s’exprime-t-il ? Pourquoi ?

    Il n’y a sans doute pas plus d’égalité là qu’ailleurs. Mais certainement aussi parce que nous (les femmes) avons intégré que les salaires et les bourses données aux femmes sont « naturellement » inférieurs à ceux donnés aux hommes. Et le plus tragique est que nous avons intégré cette différence, que nous soyons la femme qui sollicite ou (et c’est le pire) que nous soyons la femme qui distribue les budgets et les bourses à d’autres femmes.…………………………..
    …………………………………..
    B/ Inégalités de genre et droits des femmes : un thème culturel ?
    10/ La question de l’égalité hommes/femmes, de la parité et des droits des femmes est-elle abordée dans les créations artistiques contemporaines ? Si oui, par qui et comment ?

    Assez peu de façon aussi frontale et déclarée, en tous les cas. Encore que le documentaire essaye de prendre en charge les faits de société y compris la question de la
    parité/disparité………………………………..
    …………………………………..

    11/ Les créations artistiques véhiculent-elles ou renforcent-elles des stéréotypes sur les relations hommes/femmes, les rôles des un(e)s et des autres ? …………………………………..
    …………………………………..

    C/ Femmes et hommes en tant que responsables des activités et politiques culturelles

    12/ Dans votre contexte (pays, domaine artistique), la législation favorise t-elle explicitement la parité et l’égalité homme/femme dans les professions culturelles et artistiques ?

    Elle est supposée le faire, mais tant qu’il y aura une grande disparité dans les décideurs (par exemple dans les chaînes de TV il y a énormément de chargées de programme, mais très peu de directrices de chaîne) Dans une double page centrale d’un journal professionnel qui annonçait « les 100 personnes qui ont fait l’audiovisuel cette année » il y avait moins de 10 femmes. ……………………………………
    ……………………………………

    13/ Dans la pratique, y a-t-il égalité d’accès entre les hommes et les femmes aux postes et responsabilités culturels ? Si non, comment cela s’exprime-t-il ? Pourquoi ?…………………………………..

    14/ Les critères qui interviennent dans les choix politiques pour l’attribution d’aides ou l’accès aux emplois et responsabilités, sont-ils les mêmes pour les hommes que pour les femmes ? Si non en quoi sont diffèrent-ils ?……………………………………

    15/ Si le fonctionnement de la culture (gestion, programmes, aides) est organisé autour de réseaux, ceux-ci favorisent-ils tout autant les projets des femmes que des hommes ? Si non, pourquoi et comment ?

    Non parce que (à quelques exceptions radicales près) nous ne nous organisons pas en réseau « féminins ». En revanche il nous arrive sans doute à toutes d’être particulièrement attentive à un projet défendu par une femme (la discrimination s’inverse) ……………………………………
    ……………………………………

    16/ Il y a-t-il des réseaux (officiels ou officieux) qui sont particulièrement défavorables/favorables aux femmes (ou aux hommes) ? Leurs caractéristiques ?
    ……………………………………
    ……………………………………

    17/ Si l’éducation artistique était une priorité, quelle politique (mesures, contenus, autres) recommanderiez-vous concernant l’égalité femmes/hommes (en tant qu’artistes et/ou gestionnaires de la culture) ?

    Ouvrir des portes, favoriser des apprentissages. Chaque fois que l’on donne à quelqu’un de la liberté (au contraire du « le travail du marbre ce n’est pas pour les filles », ou « la broderie ce n’est pas pour les garçons ») il en résulte forcement plus de liberté pour tous. Et les pratiques artistiques ont particulièrement besoin de liberté. …………………………………..
    …………………………………..
    18/ Ce que vous souhaiteriez rajouter ou commenter :

    Que c’est d’abord dans nos têtes à nous (et dans nos pratiques) qu’il faut faire bouger les choses. Si on fait tomber nos propres barrières dans nos têtes (très difficile quand elles sont solidement et profondément installées), ce sera plus facile pour essayer de faire tomber celles qui bloquent les têtes des autres, et de ne pas en élever consciemment ou non sur le chemin des têtes qui n’ont pas de barrières.

  • Catherine G.
    Age : 49
    Profession : conteuse
    Sexe : femme
    Pays : France

    A/ Femmes et hommes en tant qu’artistes

    1/ Voyez-vous l’art comme un monde d’hommes ? Pourquoi ?

    …Traditionnellement oui. La femme artiste et tout simplement créatrice, était une notion très suspecte jusqu’à il y a peu. (voir à ce sujet les âneries de livres publiés jusque dans les années 40 : la femme est une exécutante consciencieuse, pas une créatrice, dans tous les domaines, artistiques, scientifiques etc.…) Encore aujourd’hui, une jeune femme qui se veut artiste, doit souvent le concilier avec sa vie familiale, de mère de jeunes enfants, ce qui n’est pas encore aujourd’hui très bien vu, ni par le conjoint ni par la société. Combien de femmes divorcent quand elles deviennent artistes un peu reconnues ? Chez les conteuses c’est très fréquent…A ceci s’ajoute le fait que la femme elle même se culpabilise. Combien de fois ne m’a-t-on pas dit quand j’étais en déplacement : mais comment vous faites avec vos enfants ? Ben : Ils ont un papa ! C’est bizarre pour des enfants non ? Ceci c’est le point de vue social. Mais il pèse lourd, car tout le temps où nos enfants sont petits, nous ne nous permettons pas de sortir, de vaquer dans les lieux, où on se fait connaître etc.…Bref, on perd du temps. Mais attention ! C’est aussi un choix. Faire des enfants demande aussi qu’on soit avec eux. Mais les hommes ont rarement ce genre de scrupules.
    Pour le reste : dans le conte, les endroits « prestigieux, » sont dévolus majoritairement aux hommes. Les femmes sont bonnes pour les endroits les plus difficiles (qui demandent donc normalement un certain talent) ZEP, quartiers difficiles, etc.….Aux hommes les paillettes des théâtres et du confort. Cela change un peu aujourd’hui par rapport à il y a quelques années (70% d’hommes dans les festivals de France un été, j’ai compté) C’est comme en politique : on doit prouver deux fois plus pour être considérée comme « valable »…On s’en fout : on a l’habitude, et on est même cap ! Et toc ! ……
    Sauf, que les programmateurs ne viennent pas nous voir dans les écoles de quartier, mais qu’ils vont voir de beaux spectacles dans les festivals, pour faire leur « marché » d’artistes... ; si bien que tenir dans ce métier en tant que femme, est un exercice très délicat !

    2/ Pensez-vous qu’il y a un style particulier ou une part de style qui soit propre aux femmes artistes ? Le ou la quelle et pourquoi ?

    Honnêtement je ne sais pas. Je pense que nous sommes plus ou moins féminin ou masculin, dans notre création, mais cela a-t-il un vrai rapport avec notre sexe ? Chez les conteurs, je remarque peut-être une certaine tendance chez les femmes, à privilégier l’émotion, les grands sentiments. Chez plusieurs plus que chez les hommes, un culot réellement politique plus affirmé. Je dirai bizarrement que les hommes cherchent plus à plaire et qu’ils en ont les ficelles. Ils sont souvent plus brillants, mais aussi plus consensuels. La femme n’ayant pas complètement confiance dans son talent et même sa légitimité à être sur scène, est souvent plus « modeste » et donc plus apte à tenter des expériences avec les uns et les autres. L’homme artiste développe souvent un fort égo… Les femmes sont souvent moins douées pour s’imposer sur le marché. Les hommes ont un culot à ce niveau là qu’elles n’ont pas souvent.
    J’ai entendu plusieurs conteurs dire à peu près : « J’ai de la chance, j’ai toujours aimé ce que je faisais… » C’est une phrase à peu près imprononçable chez une femme dite « normale » La femme doute, presque toujours et presque toujours silencieusement. L’homme doute parfois, et alors tout le monde doit être au courant et le rassurer ……………

    3/ Pensez-vous que l’on attende (ou que l’on peut attendre) de la création des femmes des productions, des œuvres, des démarches, des esthétiques spécifiques différentes de celles des hommes ? Lesquels, lesquelles ? Pourquoi ?

    Il me semble oui, que l’on peut attendre des femmes, qu’elles revendiquent leur place, qu’elles expliquent haut et fort, ce que cela veut dire être femme, dans nos sociétés et dans les autres. Qu’elles se positionnent en femme. Mais cela ne doit être ni un devoir permanent et obligatoire, ni une contrainte, C’est juste un thème, à développer au féminin. Je donnerai un exemple, que je connais un peu : quand un psychanalyste fait l’analyse de l’anorexie (maladie presqu’exclusivement féminine) il en fait une approche d’homme. Quand des psychanalystes femmes se penchent sur cette maladie, et qu’elles y mettent un regard réellement féminin, et non pollué par l’idéologie dominante masculine, l’approche est totalement différente. (de la jeune fille conformiste dans un cas, on aboutit à la rebelle de nature dans l’autre !!!) Je pense que c’est la même chose artistiquement. Les femmes ont d’autres choses à dire autrement sur un certains nombres de thèmes…
    ………………………………….

    4/ Quelle place et quelle visibilité les femmes ont-elles dans le champ de la création artistique ?…………………………………..

    5/ Pensez-vous qu’il existe une tendance à considérer certains arts comme étant plus favorables à la création artistique des femmes que d’autres ? Lesquels ? Pourquoi ?……………………………………

    6/ Y a-t-il des disciplines artistiques où il est plus difficile pour les femmes d’exister que pour les hommes ? Lesquelles ?……………………………………

    7/ Les attentes et les comportements des responsables culturels (programmateurs, éditeurs, galeristes, théâtres, festivals, …) et des élu(e)s en charge de la culture, en général, sont-ils différents à l’égard des femmes qu’à l’égard des hommes ? Si non, en quoi et comment sont-ils différents ?

    Ca c’est une horreur ! Les femmes programmatrices, papillonnent dès qu’il y a un mâle un peu séducteur à l’horizon….Surtout si ce sont des programmatrices qui n’en sont pas, comme les bibliothécaires, qui n’ont pas de formations à ce sujet, mais qui le sont pourtant souvent vis-à-vis des conteurs. Et comme leur profession est majoritairement féminine, elles ont besoin d’un peu de mixité, ce qui est normal
    Quant aux programmateurs, ils font souvent plus confiance à la présence scénique des hommes que des femmes, surtout pour les solos, que nous représentons en tant que conteur.
    Tout ceci a ses nuances évidemment ! Et il me semble, qu’à force d’avoir été plusieurs à soulever le problème, une certaine confiance envers la gente féminine, se fait peu à peu.……………………………….

    Responsables culturels (elles) : …..
    …………………………………….
    Elu(e)s : ………………………..

    8/ Les critères pour l’attribution d’aides à la création ou l’accès aux formations artistiques sont-ils les mêmes pour les hommes que pour les femmes ? Si non en quoi sont diffèrent-ils ?……………………………………

    9/ Dans la pratique, y a-t-il égalité d’accès entre les hommes et les femmes aux aides à la création artistique, à la formation ? Si non, comment cela s’exprime-t-il ? Pourquoi ?…………………………………..
    B/ Inégalités de genre et droits des femmes : un thème culturel ?
    10/La question de l’égalité hommes/femmes, de la parité et des droits des femmes est-elle abordée dans les créations artistiques contemporaines ? Si oui, par qui et comment ?

    …Regardez les musiciens. Combien de musiciens pour une seule musicienne ?………………………………..

    11/ Les créations artistiques véhiculent-elles ou renforcent-elles des stéréotypes sur les relations hommes/femmes, les rôles des un(e)s et des autres ?

    Notre époque est très consensuelle artistiquement. Et c’est sans doute un des grands reproches que je ferai à l’ère Mitterrand. Il était devenu de mauvais goût d’être artiste « engagé ». Forcément : on était du même bord politiquement que le « prince »
    Et cela a induit autant que le laminage style TF1, un rapport à l’art de divertissement, et non plus de dérangement. De réflexion, de remise en question, d’interrogation sur notre époque, de tremplin, d’utopie. Etc.
    Parallèlement, une certaine démocratisation de la sphère artistique, qu’on ne peut que louer, a fait qu’être artiste, n’était pas forcément signe de grandes exigences vis-à-vis de soi même. On a confondu démocratisation, et indulgence. Tout le monde a le droit de s’exprimer. Certes. Ajoutons la décision que j’estime moi politique et idéologique, de faire un doux amalgame entre pro et amateurs, et on a les ingrédients pour une indulgence culturelle paresseuse, qui nous évite les fatigantes prises de position critiques, qui fait des programmateurs, publics et artistes, des copains gentils, (qui s’emmerdent ensemble, mais bon c’est le prix à payer pour éviter les conflits)
    Bref, il y a indigence de la création. Dire et redire qu’être artiste demande un apprentissage, une recherche permanente, une curiosité pour le travail des autres. (regardez la pauvreté des connaissances culturelles de beaucoup de nos confrères)
    Et si il n’y a pas réflexions, il n’y a pas de raisons de s’interroger sur les rapports entre sexes, sur la place du féminin dans la société. Et dès qu’on ne s’interroge plus, on laisse l’idéologie conservatrice et dominante reprendre sa place. Tout « naturellement ». Il n’y a pas culture, si il n’y a pas bagarre, permanente, remise en cause de nos schémas de pensée, ouverture sur le monde et les autres, ancrage dans la vie politique, éthique, historique, humaine. Et donc dans ses contradictions, que l’art toujours doit mettre en avant. L’art avance ou n’est plus art. Si je me fais bien comprendre….Si je sais dire ce que je sais, et la colère qui m’anime, face à ma société, où l’on ne pense plus, où l’on n’expérimente plus. Cela a aussi des raisons économiques : on est pris objectivement à la gorge, par le manque de budget, le manque de place pour l’expérimentation, le stress face à notre statut, l’accumulation de problèmes administratifs, qui nous empêchent de fonctionner en tant qu’artistes oui, mais aussi en tant que travailleurs qui gagnons et notre vie et notre légitimité sociale, par notre travail, comme n’importe quel citoyen. Or c’est cela qu’on veut nous enlever…je m’éloigne du sujet, mais la vie n’est pas qu’un dilemme homme femme…il y a aussi celui du peuple et du capitalisme…Et l’un nourrit l’autre…Et je m’arrête là !.….………………………………..
    …………….……………………..

    C/ Femmes et hommes en tant que responsables des activités et politiques culturelles

    12/ Dans votre contexte (pays, domaine artistique), la législation favorise t-elle explicitement la parité et l’égalité homme/femme dans les professions culturelles et artistiques ? ……………………………………

    13/ Dans la pratique, y a-t-il égalité d’accès entre les hommes et les femmes aux postes et responsabilités culturels ? Si non, comment cela s’exprime-t-il ? Pourquoi ?…………………………………..
    ..

    14/ Les critères qui interviennent dans les choix politiques pour l’attribution d’aides ou l’accès aux emplois et responsabilités, sont-ils les mêmes pour les hommes que pour les femmes ? Si non en quoi sont diffèrent-ils ?……………………………………

    15/ Si le fonctionnement de la culture (gestion, programmes, aides) est organisé autour de réseaux, ceux-ci favorisent-ils tout autant les projets des femmes que des hommes ? Si non, pourquoi et comment ?
    ……………………………………

    16/ Il y a-t-il des réseaux (officiels ou officieux) qui sont particulièrement défavorables/favorables aux femmes (ou aux hommes) ? Leurs caractéristiques ?……………………………………

    17/ Si l’éducation artistique était une priorité, quelle politique (mesures, contenus, autres) recommanderiez-vous concernant l’égalité femmes/hommes (en tant qu’artistes et/ou gestionnaires de la culture) ?

    Apprendre aux femmes à avoir confiance en elles. Leur inculquer qu’elles ont droit comme les hommes à une place, que ce n’est pas une faveur qu’on leur fait. Leur apprendre à être plus culottées quand elles doivent se faire reconnaître. Leur dire de foncer, d’oser, de déranger. Celles qui sont connues sont celles qui ont fait ce chemin là. Combien de femmes ne sont pas sûres de la légitimité de leur droit à avoir une place ? Posez la question vous serez étonnés ! Elles disent donc merci quand on leur offre un petit bout du gâteau, comme si c’était un cadeau, et non parce que leur travail le mérite.…………………………………..
    …………………………………..
    18/ Ce que vous souhaiteriez rajouter ou commenter :

  • Sylvia V.
    Age : 44 ans
    Profession : journaliste - écrivain
    Sexe : féminin
    Pays : France

    A/ Femmes et hommes en tant qu’artistes

    1/ Voyez-vous l’art comme un monde d’hommes ? Pourquoi ?

    Cela ne devrait pas être le cas, mais hélas les hommes dominent le monde de l’art. Ils en ont bâti les principes et les règles de fonctionnement, ont imposé leur vision artistique et ont donc ainsi forgé les goûts à leur image.

    2/ Pensez-vous qu’il y a un style particulier ou une part de style qui soit propre aux femmes artistes ? Le ou la quelle et pourquoi ?

    Les femmes artistes proposent souvent un autre regard, pas forcément plus subtil ou plus sensible, mais en tous cas différent de celui des hommes. Elles sont pour la plupart davantage en harmonie avec leur corps et la nature, mais aussi plus empêtrées dans leur affect.

    3/ Pensez-vous que l’on attende (ou que l’on peut attendre) de la création des femmes des productions, des œuvres, des démarches, des esthétiques spécifiques différentes de celles des hommes ? Lesquels, lesquelles ? Pourquoi ?

    Oui, une esthétique moins dogmatique, moins académique, plus « tripale ».

    4/ Quelle place et quelle visibilité les femmes ont-elles dans le champ de la création artistique ?

    Bien que les choses commencent à changer, les femmes conservent moins de visibilité sociale que les hommes dans le monde de l’art. Elles y sont autant impliquées, en tant qu’artistes-créatrices, mais les « postes à responsabilité » (direction de grands théâtre, musées, orchestre…) sont toujours essentiellement aux mains des hommes. Ils font travailler les femmes mais leur imposent leur vision masculine de l’art. Quelles femmes a mis en scène un opéra ? Ou chorégraphié un grand ballet classique ? Combien y a-t-il de femmes chef d’orchestre ? Elles sont légion sur scène ou dans la fosse, mais pas à la direction artistique.

    5/ Pensez-vous qu’il existe une tendance à considérer certains arts comme étant plus favorables à la création artistique des femmes que d’autres ? Lesquels ? Pourquoi ?

    Probablement la peinture ou l’écriture, des arts qui se pratiquent plutôt en solitaire.

    6/ Y a-t-il des disciplines artistiques où il est plus difficile pour les femmes d’exister que pour les hommes ? Lesquelles ?

    La musique rock et la musique traditionnelle vivante leur est encore largement fermée (hormis parfois au chant). Le milieu du jazz est indéniablement plus ouvert.

    7/ Les attentes et les comportements des responsables culturels (programmateurs, éditeurs, galeristes, théâtres, festivals, …) et des élu(e)s en charge de la culture, en général, sont-ils différents à l’égard des femmes qu’à l’égard des hommes ? Si non, en quoi et comment sont-ils différents ?

    Dans l’art comme partout ailleurs, les femmes ont plus de difficultés à percer. Elles doivent redoubler d’effort pour arriver à s’imposer. Première historique, le festival d’Avignon est co-dirigé par une femme. Mais les artistes hommes y sont malgré tout davantage considérés. Dans l’édition (où je travaille en partie), les femmes parviennent désormais à s’imposer autant que les hommes… à condition de jouer en partie leur jeu : se cantonner à la littérature notamment. À niveau égal, les essayistes femmes « rament » plus que les hommes pour se faire éditer. Le principe est simple : ce n’est pas le contenu du livre mais la notoriété de son auteur qui prime pour l’éditeur (je parle des grands éditeurs parisiens, bien sûr, qui prennent de moins en moins de risque éditoriaux). Et comme les hommes ont souvent des postes plus en vu, ils arrivent mieux à se faire publier. Les femmes ont plus de facilité à percer en littérature et documentaire jeunesse (les éditeurs les supposent plus à même de comprendre ce qui se passe dans l tête d’un enfant). Bref, le changement de siècle n’a guère fait évoluer les mentalités.

    8/ Les critères pour l’attribution d’aides à la création ou l’accès aux formations artistiques sont-ils les mêmes pour les hommes que pour les femmes ? Si non en quoi sont diffèrent-ils ?

    Pour les aides, c’est clair, d’autant que ce sont les hommes qui décident principalement de leur répartition. Pour la formation, je ne crois pas.

    9/ Dans la pratique, y a-t-il égalité d’accès entre les hommes et les femmes aux aides à la création artistique, à la formation ? Si non, comment cela s’exprime-t-il ? Pourquoi ?…………………………………..
    …………………………………..
    B/ Inégalités de genre et droits des femmes : un thème culturel ?
    10/ La question de l’égalité hommes/femmes, de la parité et des droits des femmes est-elle abordée dans les créations artistiques contemporaines ? Si oui, par qui et comment ?

    J’ai l’impression que non, mais j’avoue ne pas être au fait de tout ce qui se fait.

    11/ Les créations artistiques véhiculent-elles ou renforcent-elles des stéréotypes sur les relations hommes/femmes, les rôles des un(e)s et des autres ?

    Je pense qu’elles les renforcent de plus en plus. La création s’est énormément stéréotypée et « assagie » ces dernières années. Les théâtres notamment sont tombés dans le politiquement correct, sans doute pour maintenir leur subvention et leur public.

    C/ Femmes et hommes en tant que responsables des activités et politiques culturelles

    12/ Dans votre contexte (pays, domaine artistique), la législation favorise t-elle explicitement la parité et l’égalité homme/femme dans les professions culturelles et artistiques ?

    NON. On y viendra peut-être…

    13/ Dans la pratique, y a-t-il égalité d’accès entre les hommes et les femmes aux postes et responsabilités culturels ? Si non, comment cela s’exprime-t-il ? Pourquoi ?

    Non. Cf plus haut.

    14/ Les critères qui interviennent dans les choix politiques pour l’attribution d’aides ou l’accès aux emplois et responsabilités, sont-ils les mêmes pour les hommes que pour les femmes ? Si non en quoi sont diffèrent-ils ?……………………………………
    ……………………………………

    15/ Si le fonctionnement de la culture (gestion, programmes, aides) est organisé autour de réseaux, ceux-ci favorisent-ils tout autant les projets des femmes que des hommes ? Si non, pourquoi et comment ?

    Non, toujours pour les mêmes raisons. On stigmatise et soutien certaines artistes femmes, histoire de prouver qu’il y en a. Cela semble suffisant pour soulager les consciences. Cela dit, il y a sûrement aussi une part d’autocensure chez les femmes qui n’osent pas assez demander d’aide ou postuler à certains postes par peur d’essuyer un refus.

    16/ Il y a-t-il des réseaux (officiels ou officieux) qui sont particulièrement défavorables/favorables aux femmes (ou aux hommes) ? Leurs caractéristiques ?
    ……………………………………
    ……………………………………

    17/ Si l’éducation artistique était une priorité, quelle politique (mesures, contenus, autres) recommanderiez-vous concernant l’égalité femmes/hommes (en tant qu’artistes et/ou gestionnaires de la culture) ?

    Ne pas cantonner les femmes aux arts dits mineurs et les pousser vers des postes de direction et de management artistique. Le mot est moche, mais c’est la seule façon je pense de parvenir à une égalité en matière d’art. Il suffit de voir le fonctionnement des conservatoires : on encourage les meilleurs musiciens hommes vers la direction d’orchestre, et non les filles. Les meilleurs danseurs classiques sont assez vite invités à proposer leur chorégraphie. Les danseuses se contentent de rester sur scène, puis passent à l’enseignement quand elles deviennent trop âgées.
    Je ne suis toutefois pas pour un principe législatif qui imposerait une sorte de discrimination positive en faveur des femmes. Les réalisatrices ne devraient pas avoir plus de difficultés que les hommes à monter leurs films, mais priver des bons réalisateurs de subventions sous prétexte de les verser aux femmes, mêmes si leur projet ne vaut pas le coup, serait une ineptie.
    La seule solution (utopiste, hélas, en ces temps politiques) serait d’accroître les budgets alloués à la culture. Si ceux-ci sont plus importants, les femmes en bénéficieront davantage. Lorsqu’ils se réduisent à peau de chagrin, les hommes se les répartissent entre eux.

    18/ Ce que vous souhaiteriez rajouter ou commenter ?

  • M.J
    Attachée de communication.
    Chargée de production.
    43 ans
    F
    France

    A/ Femmes et hommes en tant qu’artistes

    1/ Voyez-vous l’art comme un monde d’hommes ? Pourquoi ?

    Quand à ce questionnaire, ce genre de questions me désintéresse totalement. Peut-être même suis-je un garçon et ça personne ne le sait. Je ne réfléchis pas en homme ou femme mais en personne.
    Quel intérêt de savoir si c’est un homme ou une femme qui est devant moi sur scène c’est le Comédien qui m’intéresse par dessus tout ?
    Arrêtons de poser des questions là ou c’est inutile.

  • V.Nathalie
    Age : 41 ans
    chanteuse comédienne
    Sexe : féminin
    Pays : France

    1/ Voyez-vous l’art comme un monde d’hommes ? Pourquoi ?

    Oui plutôt bien que les choses changent, si on regarde les programmations institutionnelles on trouve plus d hommes metteurs en scène, chorégraphes, compositeurs…que de femmes et combien de femmes dirigent une scène nationale ?

    2/ Pensez-vous qu’il y a un style particulier ou une part de style qui soit propre aux femmes artistes ? Le ou la quelle et pourquoi ?

    Cette question est curieuse, certaines femmes revendiquent une parole artistique spécifiquement féminine et d’autres non se plaçant plus en tant qu’être humain sans avoir besoin de revendiquer leur différence de genre

    3/ Pensez-vous que l’on attende (ou que l’on peut attendre) de la création des femmes des productions, des œuvres, des démarches, des esthétiques spécifiques différentes de celles des hommes ? Lesquels, lesquelles ? Pourquoi ?

    Pas particulièrement pour moi la femme n’a pas forcément à se positionner par rapport à l’homme mais plutôt à développer sa propre poésie qui peut véhiculer du féminin comme du masculin ou un langage qui échappe au genre, cependant certaines paroles défendant la cause des femmes restent encore nécessaires et d’actualité mais elles peuvent être aussi portées par des hommes

    4/ Quelle place et quelle visibilité les femmes ont-elles dans le champ de la création artistique ?

    Cela dépend des pratiques mais elle reste quand même inférieure à celle des hommes

    5/ Pensez-vous qu’il existe une tendance à considérer certains arts comme étant plus favorables à la création artistique des femmes que d’autres ? Lesquels ? Pourquoi ?

    6/ Y a-t-il des disciplines artistiques où il est plus difficile pour les femmes d’exister que pour les hommes ? Lesquelles ?

    La musique reste un milieu très masculin et machiste

    7/ Les attentes et les comportements des responsables culturels (programmateurs, éditeurs, galeristes, théâtres, festivals, …) et des élu(e)s en charge de la culture, en général, sont-ils différents à l’égard des femmes qu’à l’égard des hommes ? Si non, en quoi et comment sont-ils différents ?

    Ayant fait partie d’un trio féminin a cappella, j’ai été souvent surprise par la réaction des programmateurs face à notre double spécificité : « désolé j ai déjà un groupe de filles dans ma programmation, ou je vais organiser une soirée filles ou je vous prend pour la journée des femmes » comme si le fait d’être un groupe féminin demandait des conditions de programmation particulières

    Responsables culturels (elles) :
    Elu(e)s :

    8/ Les critères pour l’attribution d’aides à la création ou l’accès aux formations artistiques sont-ils les mêmes pour les hommes que pour les femmes ? Si non en quoi sont diffèrent-ils ?

    Oui il me semble

    9/ Dans la pratique, y a-t-il égalité d’accès entre les hommes et les femmes aux aides à la création artistique, à la formation ? Si non, comment cela s’exprime-t-il ? Pourquoi ?

    Oui il me semble

    B/ Inégalités de genre et droits des femmes : un thème culturel ?

    10/La question de l’égalité hommes/femmes, de la parité et des droits des femmes est-elle abordée dans les créations artistiques contemporaines ? Si oui, par qui et comment ?

    Pas très souvent il me semble

    11/ Les créations artistiques véhiculent-elles ou renforcent-elles des stéréotypes sur les relations hommes/femmes, les rôles des un(e)s et des autres ?

    Il m’arrive encore d’entendre certaines paroles misogynes sur scène qui me hérissent, de même que la facilité avec laquelle certains metteurs en scène déshabillent les comédiennes sur un plateau sans que la nudité se justifie, sans parler de l’image catastrophique des femmes et de leur soi disant sexualité que véhicule les clips de Rap ou de RnB ,j’ai parfois l’impression que le combat de nos mères n’a servi à rien et que notre corps est toujours la pâture de fantasmes de consommateurs masculins

    C/ Femmes et hommes en tant que responsables des activités et politiques culturelles

    12/ Dans votre contexte (pays, domaine artistique), la législation favorise t-elle explicitement la parité et l’égalité homme/femme dans les professions culturelles et artistiques ?

    A un certain niveau de responsabilité j’en doute fort

    13/ Dans la pratique, y a-t-il égalité d’accès entre les hommes et les femmes aux postes et responsabilités culturels ? Si non, comment cela s’exprime-t-il ?
    Pourquoi ?

    Non

    14/ Les critères qui interviennent dans les choix politiques pour l’attribution d’aides ou l’accès aux emplois et responsabilités, sont-ils les mêmes pour les hommes que pour les femmes ? Si non en quoi sont diffèrent-ils ?

    Je ne sais pas

    15/ Si le fonctionnement de la culture (gestion, programmes, aides) est organisé autour de réseaux, ceux-ci favorisent-ils tout autant les projets des femmes que des hommes ? Si non, pourquoi et comment ?

    Je ne sais pas

    16/ Il y a-t-il des réseaux (officiels ou officieux) qui sont particulièrement défavorables/favorables aux femmes (ou aux hommes) ? Leurs caractéristiques ?

    Je ne sais pas

    17/ Si l’éducation artistique était une priorité, quelle politique (mesures, contenus, autres) recommanderiez-vous concernant l’égalité femmes/hommes (en tant qu’artistes et/ou gestionnaires de la culture) ?

  • C. Josiane
    Age : 47
    Profession : attachée culturelle
    Sexe : féminin
    Pays : Colombie

    1/ Voyez-vous l’art comme un monde d’hommes ? Pourquoi ?

    NON

    2/ Pensez-vous qu’il y a un style particulier ou une part de style qui soit propre aux femmes artistes ? Le ou la quelle et pourquoi ?

    Une sensibilité féminine existe avec plus de subtilité dans les modes d’expression

    3/ Pensez-vous que l’on attende (ou que l’on peut attendre) de la création des femmes des productions, des œuvres, des démarches, des esthétiques spécifiques différentes de celles des hommes ? Lesquels, lesquelles ? Pourquoi ?

    Il n’y a rien à attendre de différents, seulement constater

    4/ Quelle place et quelle visibilité les femmes ont-elles dans le champ de la création artistique ?

    Cela dépend des domaines

    5/ Pensez-vous qu’il existe une tendance à considérer certains arts comme étant plus favorables à la création artistique des femmes que d’autres ? Lesquels ? Pourquoi ?

    Une tendance vis à vis de la danse existe toujours , toutefois les nouvelles formes chorégraphiques prouvent le contraire

    6/ Y a-t-il des disciplines artistiques où il est plus difficile pour les femmes d’exister que pour les hommes ? Lesquelles ?

    La composition musicale

    7/ Les attentes et les comportements des responsables culturels (programmateurs, éditeurs, galeristes, théâtres, festivals, …) et des élu(e)s en charge de la culture, en général, sont-ils différents à l’égard des femmes qu’à l’égard des hommes ? Si non, en quoi et comment sont-ils différents ?

    Dans la culture comme ailleurs, un plus grand niveau d’exigence est attendu des femmes , comme si naturellement les hommes avaient tous les droits et les femmes doivent conquérir leur place.
    Responsables culturels (elles) : Elu(e)s :

    8/ Les critères pour l’attribution d’aides à la création ou l’accès aux formations artistiques sont-ils les mêmes pour les hommes que pour les femmes ? Si non en quoi sont diffèrent-ils ?

    Oui j’espère

    9/ Dans la pratique, y a-t-il égalité d’accès entre les hommes et les femmes aux aides à la création artistique, à la formation ? Si non, comment cela s’exprime-t-il ? Pourquoi ?

    En théorie, l’égalité existe, j’espère

    B/ Inégalités de genre et droits des femmes : un thème culturel ?

    10/La question de l’égalité hommes/femmes, de la parité et des droits des femmes est-elle abordée dans les créations artistiques contemporaines ? Si oui, par qui et comment ?

    11/ Les créations artistiques véhiculent-elles ou renforcent-elles des stéréotypes sur les relations hommes/femmes, les rôles des un(e)s et des autres ?

    Certaines , sans doute mais globalement je ne pense pas

    C/ Femmes et hommes en tant que responsables des activités et politiques culturelles

    12/ Dans votre contexte (pays, domaine artistique), la législation favorise t-elle explicitement la parité et l’égalité homme/femme dans les professions culturelles et artistiques ?

    Oui

    13/ Dans la pratique, y a-t-il égalité d’accès entre les hommes et les femmes aux postes et responsabilités culturels ? Si non, comment cela s’exprime-t-il ? Pourquoi ?

    Je ne pense pas puisque les postes à responsabilité sont beaucoup plus occupés par des hommes, certains secteurs comme les musiques sous toutes ses formes, les directions d’équipements culturels… paraissent prioritairement occupés par des hommes.

    14/ Les critères qui interviennent dans les choix politiques pour l’attribution d’aides ou l’accès aux emplois et responsabilités, sont-ils les mêmes pour les hommes que pour les femmes ? Si non en quoi sont diffèrent-ils ?

    Les critères théoriques peuvent paraître similaires mais le résultat révèle que ce sont des arbitrages plus subtils qui régissent ces attributions . L’image de la femme intervient dans ces critères.

    15/ Si le fonctionnement de la culture (gestion, programmes, aides) est organisé autour de réseaux, ceux-ci favorisent-ils tout autant les projets des femmes que des hommes ? Si non, pourquoi et comment ?

    16/ Il y a-t-il des réseaux (officiels ou officieux) qui sont particulièrement défavorables/favorables aux femmes (ou aux hommes) ? Leurs caractéristiques ?
    …Le milieu homosexuel particulièrement défavorable aux femmes ainsi que les réseaux catholiques et religieux.

    17/ Si l’éducation artistique était une priorité, quelle politique (mesures, contenus, autres) recommanderiez-vous concernant l’égalité femmes/hommes (en tant qu’artistes et/ou gestionnaires de la culture) ?

    Tenter d’établir la parité dans les mesures d’attribution des aides, des postes et des programmes.

    18/ Ce que vous souhaiteriez rajouter ou commenter :

    Même si une conscience existe sur l’inégalité entre hommes et femmes, rétablir la parité en théorie n’est pas suffisant et de plus celle – ci pourrait permettre d’occulter les véritables racines de ce problème . En effet, cette inégalité est d’ordre « culturel » , au sens ancrée dans les mentalités (voyons l’actualité française de ce moment) ? Cette inégalité prend corps dès la tendre enfance par l’éducation parentale, les médias, les programmes scolaires et toutes les religions

  • Nom, prénom : L.Isabelle
    Age : 47 ans
    Profession : actrice
    Sexe :f
    Pays : France

    1/ Voyez-vous l’art comme un monde d’hommes ? Pourquoi ?

    Non. Je n’arrive pas à penser à l’art en général. Je pense à des artistes précis qu’ils soient hommes, ou des femmes.

    2/ Pensez-vous qu’il y a un style particulier ou une part de style qui soit propre aux femmes artistes ? Le ou la quelle et pourquoi ?

    Oui, probablement. Dire quoi c’est la porte ouverte aux poncifs. Il y a une part de style c’est une’expression très juste qui indique une ouverture, une certaine façon d’aborder certains thèmes qui me semblent propre aux femmes.

    3/ Pensez-vous que l’on attende (ou que l’on peut attendre) de la création des femmes des productions, des œuvres, des démarches, des esthétiques spécifiques différentes de celles des hommes ? Lesquels, lesquelles ? Pourquoi ?

    Je n’arrive pas à savoir si on attend du différent ou s’il y a un regard immédiatement différent sur l’œuvre. Suivant l’objet artistique j’imagine que cela varie. Ce n’est pas le même regard face à un livre ou une sculpture ou un spectacle de théâtre.

    4/ Quelle place et quelle visibilité les femmes ont-elles dans le champ de la création artistique ?

    5/ Pensez-vous qu’il existe une tendance à considérer certains arts comme étant plus favorables à la création artistique des femmes que d’autres ? Lesquels ? Pourquoi ?

    Cela ne se passe pas ouvertement et je reste convaincue que la création artistique permet, j’espère, de déjouer l’idée qu’une femme écrirait mieux des poèmes, ou un roman d’amour qu’un roman de guerre. Je pourrai dire la même choses du cinéma, de la sculpture etc….

    6/ Y a-t-il des disciplines artistiques où il est plus difficile pour les femmes d’exister que pour les hommes ? Lesquelles ?

    Oui j’imagine très bien que les femmes chefs opérateurs dans le cinéma, ou dans un certain style de musique (‘le rock) par exemple ont du sans cesse « prouver » face à des équipes essentiellement masculine. Peut-être même réalisatrice . Une directrice de la photo m’a raconté que pour un plan difficile une partie de l’équipe se tenait devant le « combo » pour guetter le dérapage. Finalement je cite là des métiers où des femmes sont à la tête d’équipes. Je ne sais pas ce qu’il en est dans d’autres domaines comme l ‘édition , les galeries etc.….

    7/ Les attentes et les comportements des responsables culturels (programmateurs, éditeurs, galeristes, théâtres, festivals, …) et des élu(e)s en charge de la culture, en général, sont-ils différents à l’égard des femmes qu’à l’égard des hommes ? Si non, en quoi et comment sont-ils différents ?

    Oui et c’est normal ! Il n’y a pas à avoir non plus d’attitude « unisex » la question qui se pose probablement c ‘est en quoi être femme dans des postes peut impliquer une différence à l’égard de ses fonctions et en quoi c’est possible.En quoi les femmes se l’autorisent –elles ?…………………………….

    Responsables culturels (elles) : Elu(e)s :

    8/ Les critères pour l’attribution d’aides à la création ou l’accès aux formations artistiques sont-ils les mêmes pour les hommes que pour les femmes ? Si non en quoi sont diffèrent-ils ?

    Je ne sais pas

    9/ Dans la pratique, y a-t-il égalité d’accès entre les hommes et les femmes aux aides à la création artistique, à la formation ? Si non, comment cela s’exprime-t-il ? Pourquoi ?

    Je ne connais pas assez ces pratiques pour répondre à cette question.

    B/ Inégalités de genre et droits des femmes : un thème culturel ?

    10/La question de l’égalité hommes/femmes, de la parité et des droits des femmes est-elle abordée dans les créations artistiques contemporaines ?

    On en parle beaucoup. Je crois m^me qu’il y avait une subvention accordée par le Fond Social Européen dès qu’on présentait un projet avec ce thème. Mais la vraie question n’est pas là. On ne peut imposer dans la création artistique des thèmes, ni les souligner mais comment chaque femme artiste fait « intimement » de cette question. Jusqu’où elle la pousse.Suis je assez claire ?J’en doute !!!

    11/ Les créations artistiques véhiculent-elles ou renforcent-elles des stéréotypes sur les relations hommes/femmes, les rôles des un(e)s et des autres ?

    Oui mille fois oui.Dans la plupart des films français les personnages de femmes ont une problématique très restreinte : coucher avec un homme ou pas coucher. Rester avec son mari et ses enfants ou partir avec un amant etc.…Les figures de femmes un peu plus complexes, sensibles, intelligentes sont plutôt rares. C’est à inventer de toute urgence.

    C/ Femmes et hommes en tant que responsables des activités et politiques culturelles

    12/ Dans votre contexte (pays, domaine artistique), la législation favorise t-elle explicitement la parité et l’égalité homme/femme dans les professions culturelles et artistiques ?

    Je crois qu’oui mais je réponds sans trop savoir ce qui n’est pas bien.

    13/ Dans la pratique, y a-t-il égalité d’accès entre les hommes et les femmes aux postes et responsabilités culturelles ? Si non, comment cela s’exprime-t-il ? Pourquoi ?

    Je ne saurai répondre.

    14/ Les critères qui interviennent dans les choix politiques pour l’attribution d’aides ou l’accès aux emplois et responsabilités, sont-ils les mêmes pour les hommes que pour les femmes ? Si non en quoi sont diffèrent-ils ?

    Je ne pense pas.

    15/ Si le fonctionnement de la culture (gestion, programmes, aides) est organisé autour de réseaux, ceux-ci favorisent-ils tout autant les projets des femmes que des hommes ? Si non, pourquoi et comment ?

    J’imagine que non mais je n’ai pas d’arguments.

    16/ Il y a-t-il des réseaux (officiels ou officieux) qui sont particulièrement défavorables/favorables aux femmes (ou aux hommes) ? Leurs caractéristiques ?

    Je ne sais pas.

    17/ Si l’éducation artistique était une priorité, quelle politique (mesures, contenus, autres) recommanderiez-vous concernant l’égalité femmes/hommes (en tant qu’artistes et/ou gestionnaires de la culture) ?

    Laisser la place à des tas d’œuvres artistiques faites par des femmes de tous les pays. Qu’on puisse entendre des façons différentes de situer cette problématique ? Cette question ne se situe pas de la m^me façon pour une femme iranienne, tchétchène, rwandaise etc. Et c’est cette ouverture là, connaître aussi ces différences là qui me semblerait interessant. Se tourner vers « la femme étrangère » (‘sens propre comme sens figuré)

    18/ Ce que vous souhaiteriez rajouter ou commenter :

    Dans un village en Afghanistan une école venait d’être construite pour les garçons et les filles (les uns l’après midi les autres le matin). Elle a été brûlée immédiatement par les talibans. Voilà.
    C’est difficile de répondre à ces questions .Je sens une différence qui me touche dans la création féminine quand quelque chose de « pas convenue » s’est inventée.Le contraire d’une parole militante , le contraire d’une égalité. Après il faut pouvoir le faire ,continuer le geste de Camille Claudel qui avait inventé sa sculpture (ce qu’admirait et redoutait Rodin !!) il n’y a pas non plus à dire tu es femme donc tu as une écriture féminine !!!C’est plus dangereux et plus complexe

  • RACINE Valentine
    Age : 28
    Profession : administration et production de projets culturels
    Sexe : Féminin
    Pays : France

    1/ Voyez-vous l’art comme un monde d’hommes ? Pourquoi ?

    Oui, dans la représentativité des personnes qui le compose. Peu de femmes sont dans les domaines de l’art, en tant qu’artiste, par rapport aux hommes. Les grands artistes classiques que l’Histoire a retenus sont des hommes, les auteurs, les « plasticiens », les poètes, les chanteurs. Au travers, quelques femmes qui ont passé les mailles du filet, Louise Labbée (orthographe ?), George Sand, Camille Claudel (et encore)… au moins d’un point de vue d’une culture générale moyenne, des plus érudits trouveraient peut-être des contre-exemples, mais quand même...
    Les choses évoluent au peu au XXème siècle, mais finalement, ça reste toujours quand même d’actualité.

    2/ Pensez-vous qu’il y a un style particulier ou une part de style qui soit propre aux femmes artistes ? Le ou la quelle et pourquoi ?

    Un style particulier, je ne crois pas, l’artiste est avant tout un individu qui dégage dans son art sa personnalité. Les personnalités peuvent être multiples. La conscience de la sous-représentation des femmes dans l’art, donne à certaines un style féministe, mais toutes les artistes ne le revendiquent pas explicitement dans leur art.

    3/ Pensez-vous que l’on attende (ou que l’on peut attendre) de la création des femmes des productions, des œuvres, des démarches, des esthétiques spécifiques différentes de celles des hommes ? Lesquels, lesquelles ? Pourquoi ?

    On peut attendre des femmes des créations différentes, plus sensibles, plus ci, plus ça, en conformité avec un caractère qu’on se fait de la femme en général. Est-ce juste ? Que l’on attende des choses est une chose, ce qui se produit réellement en est une autre. Peut-être que la « société » a une vision de la nature de la femme qu’elle s’attend à retrouver dans chacune des productions conduites par elles. Mais homme et femme ont leur part de masculinité et de féminité, du coup, ça fausse tout.

    4/ Quelle place et quelle visibilité les femmes ont-elles dans le champ de la création artistique ?

    Peu et pas assez de visibilité, comme dans les autres domaines de la société, la création artistique n’y échappe pas.

    5/ Pensez-vous qu’il existe une tendance à considérer certains arts comme étant plus favorables à la création artistique des femmes que d’autres ? Lesquels ? Pourquoi ?

    D’un point de vue statistique, j’aurais tendance à penser que l’on retrouve plus de femmes dans la danse, le chant… peut-être parce que ce sont des domaines où on les a laissé s’exprimer depuis le plus longtemps, des disciplines qu’on le leur reconnaissait historiquement le plus facilement, dans lesquels elles ont été légitimées, et cela donne ses fruits avec le temps.

    6/ Y a-t-il des disciplines artistiques où il est plus difficile pour les femmes d’exister que pour les hommes ? Lesquelles ?

    Pour ma part ce sont aussi des a priori que j’ai, les metteurs en scène femmes ne semblent pas très nombreuses, les plasticiennes, les compositeurs idem, peut-être dans des disciplines artistiques plus « classiques » au sens qui ont une histoire de plusieurs siècles (théâtre, les « beaux arts », la composition musicale, la poésie) même si les esthétiques à l’intérieur des disciplines changent. Les disciplines artistiques qui ont émergées récemment comme les arts de la rue, les arts de la parole, se sont développées en même temps que l’ont a reconnu les revendications féministes dans l’art et dans la société. Peut-être est-il plus facile pour les femmes de s’inscrire dans des disciplines historiquement « jeunes », pas encore marquées par une empreinte masculine trop inhibante.

    7/ Les attentes et les comportements des responsables culturels (programmateurs, éditeurs, galeristes, théâtres, festivals, …) et des élu(e)s en charge de la culture, en général, sont-ils différents à l’égard des femmes qu’à l’égard des hommes ? Si non, en quoi et comment sont-ils différents ?

    Responsables culturels (elles) :
    a priori, les responsables culturels sont séduits par des projets artistiques par leur qualité, leur propos, par la personnalités de ceux qui les conduisent. En cela, il n’y aurait pas de discrimination pour un sexe ou l’autre. Cependant, selon la sensibilité des responsables culturels à la question des femmes dans l’art, certains sont plus sensibles à rechercher dans les projets qu’ils vont programmer des programmes émanant de femmes artistes, dans un souci de rétablir l’équité et d’influencer sur l’état de fait de la sous-représentation des femmes artistes dans les programmations.

    Elu(e)s : ………………………..
    De même, certains élus peuvent être sensibles par une idée de la parité au sens politique dans tous les domaines de la société, y compris dans les programmations culturelles. Là encore, comme les responsables culturels, cela dépend de la personnalité de ceux qui font les choix de programmation, sachant que ce sont en majorité des hommes. Restent à savoir si cette majorité d’hommes se sent concernée par la sous-représentation des femmes dans les programmations. Je ne suis pas sûre que cela soit un enjeu principal de programmation pour nombre d’entre eux. Je ne pense pas non plus qu’on puisse plus compter sur les femmes responsables de programmation. Celles-ci ne vont pas forcément être plus sensibles à la question.

    8/ Les critères pour l’attribution d’aides à la création ou l’accès aux formations artistiques sont-ils les mêmes pour les hommes que pour les femmes ? Si non en quoi sont diffèrent-ils ?

    De ce que j’en sais, a priori les critères d’attribution des aides sont les mêmes, ainsi que l’accès à la formation.

    9/ Dans la pratique, y a-t-il égalité d’accès entre les hommes et les femmes aux aides à la création artistique, à la formation ? Si non, comment cela s’exprime-t-il ? Pourquoi ?

    Plus insidieusement, les aides sont attribuées aux artistes qui ont « fait leurs preuves », c’est-à-dire déjà monté une production qui a tourné, déjà soutenu par des partenaires (des lieux culturels, les collectivités locales etc…). Si moins de femmes ont d’aides à la création c’est peut-être parce qu’elles n’ont pas franchi les premières étapes. Ont-elles été découragées avant de franchir les premières marches, par la conscience qu’être femme suppose un combat supplémentaire de légitimité.

    B/ Inégalités de genre et droits des femmes : un thème culturel ?

    10/La question de l’égalité hommes/femmes, de la parité et des droits des femmes est-elle abordée dans les créations artistiques contemporaines ? Si oui, par qui et comment ?

    Oui, par les artistes militant(e)s en la matière, ceux qui se sentent touchés par cette inégalité. De manière très direct, façon coup de poing (cf Pol). Mais aussi, Ariane Mnouchkine, les tableaux des pièces « Le dernier caravansérail » ou « Les Ephémères » avec la traite des blanches, les femmes brimées par les Talibans, la femme battue face à sa fille, la femme paysanne soumise à l’autorité totale de son mari etc…
    Dans mon souvenir, de manière moins choc, je pense aussi certains personnages de Bernadète Bidaude, de Michèle Bouhet, à la princesse de Christèle Pimenta, aux chansons du groupe Les Elles, au travail de la danseuse sud-africaine Nelly ( je ne sais plus son nom, Babette connaît) mais j’avoue que peu d’exemples me viennent en tête.

    11/ Les créations artistiques véhiculent-elles ou renforcent-elles des stéréotypes sur les relations hommes/femmes, les rôles des unes et des autres ?

    Je n’ai d’exemples en tête.

    C/ Femmes et hommes en tant que responsables des activités et politiques culturelles

    12/ Dans votre contexte (pays, domaine artistique), la législation favorise t-elle explicitement la parité et l’égalité homme/femme dans les professions culturelles et artistiques ?

    La législation en faveur de la parité ne concerne que la représentation des femmes au niveau politique, et encore cette loi n’a pas vraiment aboutie. Sur un autre point, la législation concernant les intermittents apparaît défavorable aux femmes artistes, notamment autour de la prise en compte de la maternité dans le calcul des droits (je ne suis pas au point là-dessus, mais je sais que c’est discriminant quand le principal statut des artistes en France est l’intermittence).

    13/ Dans la pratique, y a-t-il égalité d’accès entre les hommes et les femmes aux postes et responsabilités culturels ? Si non, comment cela s’exprime-t-il ? Pourquoi ?

    A priori, peu de femmes accèdent au niveau de responsabilités de direction quelques soient les domaines encore une fois. Ce qui est paradoxal, c’est que les femmes sont majoritaires dans les métiers culturels. Cela mène à prendre la question au sens général. Pourquoi y a-t-il moins de femmes aux postes de direction ou de responsabilité (je dis « direction » pour schématiser) ?
    Il y a certainement plusieurs réponses. L’une d’entre elles, est que les femmes sont aussi souvent au centre de l’organisation de leur foyer familial. Les postes de responsabilités supposent une grande disponibilité, des déplacements nombreux (pour les responsables culturels) qui sont parfois peu compatibles avec les responsabilité de mère que les femmes se donnent. Celles qui peuvent parvenir à concilier vie familiale et professionnelle sont celles qui peuvent se reposer sur leur conjoint qui assumera la part « compensatrice » d’organisation du foyer.
    Celles qui ne sont pas mères peuvent toujours l’être potentiellement en dessous d’en certain âge qui peut être relativement tardif. Elles seront toujours moins fiables qu’un homme quand il s’agira de choisir entre l’une ou l’autre, lors d’un entretien. Sur cette problématique, je pense qu’un certain nombre de femmes s’auto-censurent elles-mêmes en ne postulant pas à ces postes. Je pense aussi que la société, les cellules familiales, n’encouragent pas les filles et les femmes à avoir des postes à responsabilité, et cela se traduit certainement dans l’inconscient collectif des femmes, qui incite à croire que les responsabilités ne sont pas pour elles.

    14/ Les critères qui interviennent dans les choix politiques pour l’attribution d’aides ou l’accès aux emplois et responsabilités, sont-ils les mêmes pour les hommes que pour les femmes ? Si non en quoi sont diffèrent-ils ?……………………………………
    ……………………………………

    15/ Si le fonctionnement de la culture (gestion, programmes, aides) est organisé autour de réseaux, ceux-ci favorisent-ils tout autant les projets des femmes que des hommes ? Si non, pourquoi et comment ?

    Pour favoriser autant les projets des femmes que ceux des hommes, encore faut-il qu’il y ait en nombre, qu’ils soient visibles et présentés à ces différents réseaux.

    16/ Il y a-t-il des réseaux (officiels ou officieux) qui sont particulièrement défavorables/favorables aux femmes (ou aux hommes) ? Leurs caractéristiques ?
    ……………………………………
    ……………………………………

    17/ Si l’éducation artistique était une priorité, quelle politique (mesures, contenus, autres) recommanderiez-vous concernant l’égalité femmes/hommes (en tant qu’artistes et/ou gestionnaires de la culture) ?

    Dans un premier temps, l’éducation artistique aux jeunes générations devrait faire intervenir autant de femmes que d’hommes pour montrer aux jeunes filles et garçons, que les métiers d’artistes ne sont pas plus réserver aux hommes qu’aux femmes. Pour que l’égalité homme/femme soit probante, il faut encourager les femmes à s’exprimer en tant qu’artiste. Il faut lutter contre l’inconscient collectif féminin qui fait que les femmes s’auto-censurent dans leurs ambitions.

    18/ Ce que vous souhaiteriez rajouter ou commenter :

    Je pense que l’amélioration de la situation vient à la fois d’un changement de mentalité des femmes elles-mêmes, dans la prise en compte du problème cité, car toutes ne se sentent pas concernées de la même manière. Vient ensuite la volonté politique, au niveau des choix de programmations, au niveau des encouragements par les aides attribuées, au niveau de l’éducation artistique, au niveau de la lutte contre le frein psychologique de la maternité, de faire des femmes une composante bien présente du monde artistique et culturel.

    •  ??? Le 29/05/07 à 20:10 , par Une Fille..

      Pourquoi les filles et les garçons sont-ils différents ?

      par nature ou par éducation ou par culture Ou les deux ?

      Quel Sont les différences ? ..

      Quel Sont les difficulté des garçonss ..
      - Décrochage scolaire ?
      - Sucide ?
      - il se dévalorise , non ?

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter