Questions et réponses sur les rapports de genre

L’analyse des rapports de genre est souvent considérée comme étant au coeur de la compréhension des relations de pouvoir et de hiérarchie au sein de la société contemporaine. Partant du fait que ces rapports ne sont pas faciles à saisir, vous trouverez ci-dessous quelques définitions, sous la forme de questions et de réponses, sur les différentes notions concernant les rapports de genre. Petit lexique fourni par l’Unesco ...

Dans quel sens utilisons-nous le terme "genre" ?

Le genre se réfère aux différences et aux relations sociales entre les hommes et les femmes. Celles-ci sont acquises et varient considérablement d’une société, d’une culture et d’une époque à l’autre. Le mot genre ne saurait remplacer celui de sexe, qui renvoie exclusivement aux différences biologiques entre hommes et femmes. Les données statistiques, par exemple, sont ventilées par sexe. L’analyse des rôles, des responsabilités, des contraintes et des besoins des femmes et des hommes dans tous les domaines dans un contexte social donné fait appel au genre. Des recherches récentes montrent que le genre est passé du cadre de « rôle sexuel » à la reconnaissance de sa participation aux structures de pouvoir et aux relations économiques. En outre, les identités liées au genre sont multiples, divisées et potentiellement instables ; le genre comprend toujours la dynamique de l’appartenance ethnique et de la classe sociale.

L’intérêt de l’approche genre est double. Elle constitue un outil d’analyse et un instrument de changement social. En tant qu’outil d’analyse, elle permet de prendre en compte le caractère socialement construit des catégories hommes/femmes et d’intégrer les rapports de pouvoir. En tant qu’instrument de changement social, l’approche genre reconnaît l’interaction complexe des aspects sociaux, économiques, politiques et idéologiques et ne traite pas l’intégration des femmes au développement d’une manière séparée.

Dans quel sens utilisons-nous la notion "égalité entre les genres" ?

L’égalité entre les genres signifie que les droits, les responsabilités des femmes et des hommes ainsi que les possibilités qui leur sont offertes ne dépendront pas du fait d’être né de l’un ou de l’autre sexe. L’égalité entre les genres est également définie sur le plan de la distribution égale du pouvoir économique et doit être comprise comme une distribution d’influence,
de pouvoir et d’opportunités fondée sur la parité.

Atteindre l’égalité des genres ne signifie pas que les femmes et les hommes deviendront exactement égaux. Cela veut dire plutôt que les femmes et les hommes doivent avoir la même valeur dans la société. Pour s’accomplir, la démocratie requiert une participation et une représentation égales des citoyens des deux sexes dans l’économie et la prise de décision, ainsi que dans la vie sociale, culturelle et civile.

En général, l’égalité des genres peut s’atteindre à travers différents moyens. L’UNESCO s’est engagé dans la lutte pour l’égalité des genres en cherchant des moyens créatifs et innovateurs afin d’aider les femmes et les hommes à arriver aux résultats similaires en utilisant des chemins différents.

Dans quel sens utilisons-nous la notion "équité entre les genres" ?

L’équité entre les genres signifie qu’un traitement impartial doit être accordé aux hommes et aux femmes, en fonction de leurs besoins respectifs. Ce traitement peut être identique ou différent, mais il doit être équivalent en termes de droits, d’avantages, d’obligations et d’opportunités.

Quelle est la différence entre "’égalité entre les genres" et "l’équité entre les genres" ?

L’équité entre les sexes est le moyen par lequel on atteint l’égalité entre les genres. Les programmes d’équité mettent en œuvre les mesures nécessaires pour donner l’accès égal aux hommes et aux femmes aux ressources. Ces mesures sont nécessaires car en effet, les programmes de développement, les politiques et les projets sociaux ont la tendance à favoriser les hommes au dessus des femmes. Par exemple, les programmes qui ont comme but d’améliorer l’accès des filles à l’éducation sont un moyen équitable qui permet aux filles à rattraper les garçons à l’école. Les programmes de discrimination positive, qui établissent un seuil minimum des femmes dans les institutions scolaires, gouvernementales et privées, sont également un moyen d’équité qui permettra à nos sociétés d’arriver à l’état idéal de l’égalité entre les genres.

A quoi sert-elle "l’analyse de genre" ?

L’analyse de genre est un outil de diagnostic des différences entre hommes et femmes sur le plan des activités, des conditions, des besoins, de l’accès aux ressources et de leurs maîtrise, comme l’accès aux bénéfices du développement et à la prise de décision. Elle étudie les liens entre ces facteurs et d’autres dans un contexte socio-économique, politique et environnemental général. L’analyse de genre passe avant toute chose par la collecte de données ventilées par sexe et d’informations intégrant la problématique hommes/femmes sur la population concernée. Elle constitue la première étape d’une planification tenant compte des sexospécificités en vue de la promotion de l’égalité des genres.

Dans quel sens utilisons-nous la notion de "généralisation de l’analyse selon le genre" ?

La généralisation de l’analyse selon le genre (gender mainstreaming) consiste à évaluer les répercussions sur les femmes et sur les hommes de toute action planifiée, notamment en matière de législation, de politiques et de programmes, de quelque secteur et à quelque niveau que ce soit. Il s’agit d’une stratégie visant à incorporer les préoccupations et les expériences des femmes aussi bien que celles des hommes dans l’élaboration, la mise en œuvre, la surveillance et l’évaluation des politiques et des programmes dans tous les domaines – politique, économique et social –, de manière à ce que les femmes et les hommes bénéficient d’avantages égaux et que l’inégalité ne puisse persister.

Dans quel sens utilisons-nous la notion d’"habilitation" (empowerment) ?

Il s’agit de la capacité des gens -hommes et femmes- à s’organiser, individuellement et collectivement, afin d’avoir un meilleur accès à la prise de décisions, à l’information, aux connaissances, à l’éducation, aux ressources économiques et aux chances. L’habilitation donnera aux femmes les moyens de contrôle, de pouvoir et d’influence dont elles ont besoin pour négocier leurs droits au foyer et dans la société, et de participer à la vie sociale et politique sur un pied d’égalité avec les hommes.

Source : Unesco http://portal.unesco.org/shs/fr/ev.php-URL_ID=3941&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html

Le renforcement du pouvoir d’action des femmes ou l’habilitation sont des conditions essentielles à l’égalité, au développement et à la paix.

P.-S.

Unesco

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter