Se réapproprier Paris !

Le 14 novembre, le réseau Genre en Action et l’OIF ont organisé un caucus sur le thème : « Nouvelles modalités d’aide au développement : nouvelles opportunités ou nouveaux effets pervers pour les femmes en Afrique francophone »

Le 14 novembre, le réseau Genre en Action et l’OIF ont organisé un caucus sur le thème : « Nouvelles modalités d’aide au développement : nouvelles opportunités ou nouveaux effets pervers pour les femmes en Afrique francophone ». Sont intervenues Mesdames Koita Mama de Femnet (Mali), Awa Fall Diop d’Orgens (Sénégal) et Annie Matunda de WILP (République démocratique du Congo). A l’ordre du jour : les difficultés que les organisations francophones rencontrent sur le terrain. Le point clé de la discussion a été la Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide, adoptée par les Etats en 2005. En septembre, la Conférence d’Accra (Ghana) devait notamment faire l’évaluation de cette déclaration. Les francophones présentes à cette conférence ont été marginalisées : tout se faisait en anglais, tout était écrit en anglais. Il a fallu crier haut et fort pour avoir la Déclaration en Français. Le caucus a permis de donner plus d’informations sur la Conférence d’Accra, d’expliquer les cinq principes de la Déclaration de Paris et de formuler ensemble quelques recommandations : faire de l’appropriation de cette déclaration un de nos principes, travailler en amont des prises de décision à tous les niveaux, interpeller les partenaires et bailleurs de fonds, avoir une synergie et harmoniser nos idées, forces et moyens afin d’avancer en étant plus fortes.

Eugénie Konan – WILDAF - Cote d’Ivoire

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter