Vers une nouvelle masculinité au Maroc - étude du degré de féminisme chez l’homme marocain

Dans son ouvrage "Vers une nouvelle masculinité au Maroc", l’auteur Abdessamad Dialmy, docteur en sociologie, propose d’étudier dans quelle mesure l’homme marocain ordinaire parvient à redéfinir la masculinité, à la remettre en question comme pouvoir et privilèges, et ainsi à faire évoluer une identité masculine figée qui résiste aux valeurs égalitaires de la santé reproductive et sexuelle.

Dans son ouvrage "Vers une nouvelle masculinité au Maroc", l’auteur Abdessamad Dialmy, docteur en sociologie, propose d’étudier dans quelle mesure l’homme marocain ordinaire parvient à redéfinir la masculinité, à la remettre en question comme pouvoir et privilèges, et ainsi à faire évoluer une identité masculine figée qui résiste aux valeurs égalitaires de la santé reproductive et sexuelle.

Résumé

«  Ne bénéficiant pas d’un niveau scolaire élevé, l’homme « ordinaire » n’a pas les capacités théoriques et intellectuelles lui permettant de concevoir le principe de l’égalité des sexes comme un principe rationnel et raisonnable, comme un futur inévitable. À la différence de l’intellectuel qui non seulement conçoit ce principe mais qui milite pour lui dans certains cas, le Marocain ordinaire considère la domination masculine comme une donnée bio-naturelle et religieuse sacrée. C’est chez cet homme que l’on risque le plus de trouver une identité masculine figée qui résiste aux valeurs égalitaires de la santé reproductive et sexuelle.

Interroger l’homme ordinaire possédé par le paradigme de la masculinité et ses pouvoirs, c’est commencer à semer le doute en lui, c’est lui faire prendre conscience de la nécessité d’évoluer vers une identité nouvelle, de tendre vers une masculinité nouvelle. D’où les questions suivantes : dans quelle mesure l’homme marocain ordinaire est-il actuellement arrivé à redéfinir la masculinité, à la remettre en question comme pouvoir et privilèges ? Jusqu’où y voit-il une donnée culturelle susceptible de changement ? Jusqu’où y renonce-t-il pour se définir comme homme nouveau ? Telles sont les questions majeures de ce travail. A travers ces questions, l’enjeu est de mesurer le degré de féminisme chez l’homme marocain ».

Phrase tirée de la préface de Michel Bozon (INED, Paris) :
« Le fait même que cette enquête ait pu se tenir, malgré des difficultés liées à des tentatives d’intimidation intégristes, est un événement… Cette enquête sur la masculinité est sans doute une première dans le monde arabo-musulman ».

***

Pour en savoir plus :
Vers une nouvelle masculinité au Maroc, Codesria, Dakar, 2009, par Abdessamad Dialmy

Concernant l’auteur :
Né en 1948 à Casablanca, docteur en sociologie, Abdessamad Dialmy est professeur à l’Université Mohamed V de Rabat (Maroc) depuis 2006. Il s’intéresse aux questions de société en cherchant des réponses dans l’islam tout en récusant les dogmes de l’islamisme. Abdessamad Dialmy est directeur du Laboratoire interdisciplinaire d’études sur la santé et la population de l’Université de Fès (Maroc).

Parmi ses publications
- Jeunesse, sida et islam au Maroc, (EDDIF, 1999).
- Logement, sexualité et islam, (EDDIF) : Trois facteurs qui conditionnent largement la réalité sociale actuelle au Maroc.
- Féminisme, islamisme et soufisme, (Publisud, 1997) : L’auteur tente de définir une voie moyenne entre ce qu’il appelle le « féminisme colonial, juste et machiavélique à la fois » et l’islamisme oppresseur de la femme. L’auteur voie dans le soufisme une théorie de l’islam d’égalité des sexes.

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter